A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Texte pas primé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 30/12/2008 13:51:56    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Voici le début du texte envoyé au concours Sky Prods.
Thème : "La tentation".
Ce texte n'a pas gagné.


Révélation

Il m’a suffi de découvrir le thème de ce concours pour ressentir l’immédiate nécessité qui me torturait d’y participer. Dire que j’ai été tenté par la tentation ne serait qu’une aimable formule sur laquelle je glisserai sans aspérité. Non, il s’agit d’autre chose : la tentation en est le moteur vital. Ce concours, je dois y participer, mais je le dois uniquement parce qu’il me faut le gagner.
Voyez-vous, j’ai une révélation à faire.

Oh, il n’est pas question de scandale à paillettes ou de fait divers cafardeux que les professionnels du battage médiatique s’obstinent à nommer « scoop ». Quoique je puisse sans doute réussir à vous tenter par ce biais. Non, je vous parle là d’une toute autre tentation, celle qui nous tenaille tous, un jour ou l’autre, quand la peur de la fin se mue en espoir fou. « Pas moi, non pas moi, je ne mourrai pas ! » crie-t-on alors dans la nuit, bien conscient que le fait de vouloir y croire ne changera rien. Mais quand même, faire reculer la fin, voir l’abolir… sacré tentation, non ? Si vous saviez…
À mon sens, cette révélation ne peut se satisfaire d’un entrefilet dans une presse complaisante, entre les aboiements de campagnes électorales et les démêlés sentimentaux de tel couple cathodique. Il y faut une mise en lumière exclusive, le lustre d’un triomphe, l’amplification indéniable que lui donnera cette course à la victoire. Tout révéler, d’un seul coup, et dans quelle éclat ! Mon texte doit gagner.

Ne croyez pas que je cherche à en tirer quelque gloire. Je me dois à cette vérité, c’est tout. J’ai bien sûr été tenté de la garder pour moi. Les circonstances mêmes dans lesquelles elle m’a été transmise plaident pour la discrétion. Oui, vous avez bien lu, je n’ai rien découvert par moi-même. On m’a seulement choisi pour en être dépositaire. Et encore… choisi ? Si l’on croit au hasard, alors il fallait bien le voir ici à l’œuvre.

Un soir de grande solitude, je déambulais le long d’une plage normande sans autre ambition que celle d’accepter le temps. Le cordon de dunes, stabilisé par quelques facines et de récentes plantations d’oyats, me séparait de la route touristique. J’aurais pu me sentir au milieu de nulle part. Soudain, une respiration catarrheuse est venu hacher la lourde chute des vagues récurrentes sur le sable. Quelqu’un s’approchait en titubant, exténué. Je me suis retourné, inquiet sans trop savoir, mais toutes mes craintes se sont envolées lorsque j’ai reconnu le vieux Gérard. C’est un voisin, sa ferme n’est séparée de ma longère que par une chasse et deux lopins. Il tomba à quatre pattes dans le sable, cherchant son souffle parmi les bois flottés et les lambeaux d’écume laissés par la marée.
Sa main me fit un signe, mais j’étais déjà en train de me pencher sur lui. En quelques phrases coupées de toux sifflante, il me dit tout, sans me laisser l’interrompre. L’aurais-je voulu que je n’aurais pas pu. Il y avait tant d’urgence et de nécessité dans sa voix. En ce lieu d’entre terre et mer, alors que le soleil hésitait à plonger pour que naisse la nuit, la vérité changea de réceptacle. Mes oreilles effarées résonnaient aux mots du vieux Gérard comme sous les boutoirs d’un bélier forçant les remparts de ma raison. Je n’admettai rien : j’assimilai, comme une machine acquiert des données pour les traiter plus tard.

Un claquement de portière nous interrompit. Des appels venus de la route relevèrent Gérard plus vivement qu’un coup de fouet. Alors que les feulements rauques et le galop puissant d’une paire de molosses s’insinuaient entre les dunes, le vieux me poussa dans le clapot d’une vague mourante et reprit sa course sans un mot de plus. Alors qu’il disparaissait derrière un monticule, je vis les chiens filer sur sa trace, messagers sombres et flous happant les lueurs du couchant. Derrière eux, trois silhouettes suivaient au petit trot. D’où j’étais, je reconnus précisément le flottement de soutanes et le tranchant de cols blancs qui leur tournaient le cou. Jamais personne ne revit le vieux Gérard.



La suite... si vous êtes tentés Wink
_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 30/12/2008 13:51:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Microbe
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 674

MessagePosté le: 30/12/2008 14:07:37    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Oui la suite! maintenant que tu m'as tentée... Wink
Revenir en haut
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 30/12/2008 16:18:05    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Ha haaaa !
Bientôt peut-être...
_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Arleen
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 981

MessagePosté le: 30/12/2008 22:53:46    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

si tu joues les tentateurs tentés Don lo .... forcément on attends la suite.
Je me demande par quelle pirouette tu vas t'en sortir Twisted Evil Laughing
_________________
"Le roman, c'est la clef des chambres interdites de notre maison." Louis Aragon
Revenir en haut
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 30/12/2008 23:51:55    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Début de réponse...

Seul sur la plage, j’ai d’abord tenté de me raisonner. On ne bascule pas ainsi, au soir d’une journée sans saveur, dans un univers de série B. Je me suis esquivé, sans chercher à en savoir plus, sans le vouloir, certainement. La tentation du repli, celle qui saisit l’huître sous le jet de citron. Mon pauvre quotidien me paraissait tout à coup bien séduisant et j’ai eu envie d’effacer l’incident de ma mémoire, de jouer la facilité en la maquillant de rationalité. Vaine tentative. Ce que m’avait dit le vieux Gérard faisait son chemin en moi. De la parole comme de molécules à action lente, que l’on digère alors qu’il faudrait peut-être en cracher le venin.
Sous leur travail de sape, mes yeux se dessillèrent. À m’imprégner de cette révélation, je commençais à voir le monde tel qu’il est. Et je vis bientôt aussi apparaître autour de moi ceux qui comptaient bien maintenir la vérité sous le couvercle de l’illusion.

Cela commença un dimanche matin de marché, deux jours seulement après la disparition de Gérard. Ses révélations me gonflaient d’un souffle nouveau. J’arpentais la rue du village avec peut-être plus de visible assurance que je n’aurais dû, portant sur les gens et les choses un regard trop franc. J’étais déjà un autre, c’était manifeste. Un homme m’aborda, me demandant si tout allait bien. Il voulait m’entraîner vers la terrasse du bar des Étendards qui étalait son teck trop neuf en travers du trottoir. Comme je tentais de le rassurer, je lus dans son regard qu’il n’avait pas peur pour moi, mais de moi. Il m’avait décrypté. Je représentais un danger pour ce qu’il croyait du monde, une fissure dans sa foi. Je le reconnus, il sortait toujours de l’église à la même heure les dimanches, et tenait en semaine un cabinet de consultation médicale. Science des corps et dogme de l’âme : sinistre mélange qui plus d’une fois dans l’Histoire fit entendre sa détonation. Il ne voulait pas m’aider, mais me marquer, pour qu’on puisse m’anéantir. Mon sourire l’effraya plus encore. Il se cabra intérieurement, mais quelque sens nouveau en moi le perçut. Masquant sa crainte sous une indifférence soudaine, il se détourna en clamant que cela me regardait, mais que je ne devais pas venir me plaindre plus tard. Je n’avais pas peur. J’étais tenté de plastronner : a-t-on peur, quand on sait ?

Et puis ce fut un coup de téléphone, un matin, trop tôt pour mon idée de la bienséance. Quelqu’un, qui se présenta comme mandaté par le procureur, me demanda si je disposais d’informations quant à mon voisin, Gérard. À ma très naturelle question « Quel genre d’informations ? », il fut répondu « Quel genre d’informations pensez-vous pouvoir fournir ? » Un cul de sac rhétorique. J’allais raccrocher lorsqu’on m’enjoignit de ne pas tenter le Diable.
Le Diable ! Cette entité maligne si vite brandie me semblait présenter un tel concentré de contradiction avec les vérités qui m’avaient transformé. Ceux qui l’invoquaient aussi facilement devaient être de la même étoffe que les trois soutanes de la plage. Pauvres gens qui en étaient encore à croire alors qu’ils auraient pu savoir. Et pauvre monde, livré à leurs tentatives répétées d’effacer la lumière pour mieux s’arroger le pouvoir. Il m’aurait suffi de quelques mots – ceux de Gérard – pour faire basculer mon interlocuteur téléphonique. Mais je sentis tant de haine affleurer sous ses questions que je cédai sous cette pression et raccrochai.

Ils étaient sur ma piste. D’une manière ou d’une autre, ils avaient dû s’assurer que tous les proches de Gérard conservent l’innocence de l’ignorance… ou disparaissent. En élargissant le cercle, ils en venaient fatalement à m’y inclure. Je n’avais pas peur, mais n’étais pas encore prêt. De même que Gérard, sans doute, lequel n’avait cédé à la tentation pour se décharger du fardeau de ces révélations qu’au tout dernier moment. J’entrepris donc un simple pas de côté, suffisant à m’extraire de leur cercle.



C'est fini ? Nan, pas encore... Twisted Evil
_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Arleen
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 981

MessagePosté le: 03/01/2009 11:27:13    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

j'adore ta tentation du repli Laughing le cul de sac rhétorique est bien trouvé. Je suis tentée par la fin ....
_________________
"Le roman, c'est la clef des chambres interdites de notre maison." Louis Aragon
Revenir en haut
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 03/01/2009 20:21:29    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Alors voilà...

Depuis une chambre d’hôtel, je pris contact avec certains journalistes de mes amis. Des connaissances, plutôt, qui me rappelèrent bien vite que la confiance dont ils m’honoraient n’était pas d’une solidité propre à soutenir mes élucubrations pour les publier. Eux non plus n’étaient pas prêts.
Pendant ce temps, ou à cause de mes tentatives, on me cherchait avec plus d’application. Le soir tombé, j’entendis venant du parking trois portières se claquer sur des grognements de dogues. Depuis le hall d’accueil, me parvinrent les questions rudes que l’on posait, la description que l’on faisait de moi : le cercle s’était à nouveau élargi. Fuir revint alors sur le devant de mes préoccupations.

Vous narrer ma succession d’évasions et d’échecs à me faire entendre serait trop gourmand en paragraphes. Retranché dans la chambre bloc d’une de ces tristes boîtes à dormir de banlieue, dénuées de personnel mais dotées du WiFi, j’ai cru pouvoir diffuser sur l’Internet quelques bribes des révélations de Gérard. On m’a pris à juste titre pour un illuminé, sans voir la lumière qui m’illuminait. La révélation était trop intense pour être reçue sans un peu de décorum.
Et puis ce concours, cette occasion éclatante, en m’appuyant sur la victoire, de faire passer le message.

Je me suis jeté dans l’écriture, l’œil sur le compteur des signes, partagé entre la tentation de tout révéler, et celle plus sournoise de vous tenter, de vous appâter sans vergogne, pour que vous soyez pétris du désir d’en savoir plus, de savoir tout. Ah, que faire ? Trop en dire, ou pas assez !

Voilà. C’est à cet ultime alinéa que je devrais maintenant confier la révélation que vous attendez. C’est vrai… ce serait vrai si la limite des 10 000 caractères ne me l’interdisait. Il vous faudra donc attendre mon allocution lors de la remise des prix, et avouer que vous me déclarez vainqueur car vous êtes aussi un peu tentés. Qu’ajouter d’autre, sinon : comptez sur moi, primez-moi, et croyez-moi, je serai là !


Pfff... quatrième seulement. Je garde ma révélation finale !

_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Arleen
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 27 Fév 2008
Messages: 981

MessagePosté le: 04/01/2009 23:12:52    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

forcément que je n'arrivais pas à voir où tu voulais en venir ! Le sais-tu toi même ? Laughing
Bon j'avoue ça m'a fait rire ta chute .. et finalement je préfère ne pas connaître la révélation, histoire de me l'imaginer moi même Wink
_________________
"Le roman, c'est la clef des chambres interdites de notre maison." Louis Aragon
Revenir en haut
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 05/01/2009 11:13:44    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Arleen a écrit:
forcément que je n'arrivais pas à voir où tu voulais en venir ! Le sais-tu toi même ? Laughing
42 !

Twisted Evil
_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 314

MessagePosté le: 06/01/2009 03:06:35    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Arf... z'avaient vraiment pas un sou de curiosité, les niaiseux du jury Mr. Green

Blague à part, ton texte me fait penser à La plus belle histoire du monde de Kipling.
J'étais gosse la première fois que je l'ai lu et je me souviens de l'amère déception en l'achevant.
J'étais absolument persuadé en ouvrant le bouquin que j'allais lire la plus belle histoire du monde.
Celle qui met tout le monde d'accord, celle qui est tellement belle que sa suprématie ne peut pas être contestée.
Et j'étais avide de savoir, de connaître son secret, de découvrir ce qu'elle pouvait bien raconter pour que le monde entier la sacre reine...

Pfff...comme quoi...c'que je peux être naïf, des fois, quand même...
_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 06/01/2009 09:47:49    Sujet du message: Texte pas primé Répondre en citant

Mmmh évoquer Kipling sur un si petit texte : tu me flattes, Lunatik.
(et décevoir un jury est un job à plein temps Twisted Evil )
_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 21/01/2017 18:23:03    Sujet du message: Texte pas primé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com