A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Retrouvailles

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yunette
Plume de Phoenix


Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 1 442

MessagePosté le: 23/03/2009 12:36:20    Sujet du message: Retrouvailles Répondre en citant

Une jeune femme élève une enfant qui n'est pas sienne, orpheline de mère, confiée par son père à la jeune femme, s'absente un soir, la confiant à une amie (Ascram= Héloïse). Retrouvailles le lendemain. (ce ci est un morceau choisi de jeu de rôles, la petite Célia est incarnée par notre Chrys internationale et Yunette par... euh, moi ? ^^)

__________________________________________

Célia était en grande contemplation de l’extérieur, il était rare qu’elle puisse observer tant de monde à la fois. Yunette plongea son regard par la fenêtre. La ville d’Aix fourmillait, va et vient incessant de badauds en tous genre affairés pour la plupart. Certain flânaient, de ci de là des gamins couraient en tous sens, se rapprochant parfois des flâneurs. Une main s’échappa en direction d’une bourse rebondie, la Proc détourna le regard et se retourna vers ses amis. Son fils était en grande discussion avec Héloïse tandis qu’Alexis, mi ravi, mi contraint semblait se demander dans quel sens il faudrait le porter.

Ils discutèrent un bon moment, puis la cathédrale sonna l’heure pour la jeune femme de quitter ses amis et les enfants. Elle les embrassa tendrement et quitta rapidement la demeure. Repassant dans le hall d’entrée, elle fut encore moins rassurée par la nuit tombante. Elle alla rejoindre ceux qui allaient défendre la ville avec elle. La garde se fit sans anicroche. Elle espérait que les suivantes seraient pareilles. Au matin, relativement exténuée, Yunette retourna en direction de la demeure de ses amis. Elle était pressée de les rejoindre, la froide humidité de la fin de nuit avait pénétré ses vêtements et il lui tardait de se réchauffer près d’un bon feu crépitant. Arrivée devant la porte, elle se frotta les mains qui commençaient à s’engourdir et cogna le loquet contre le battant de bois épais.


__________________________________________

Yunette partie affronter le froid et une éventuelle attaque de la ville, Héloïse, aidée d'Alexandra, alla coucher Galaad et Célia dans une petite chambre qu'elle leur avait réservée.
Célia paraissant un peu inquiète du départ de sa mère adoptive, elle s'installa près d'elle et essaya de la distraire, lui contant une histoire sans queue ni tête :


Citation:
Il était une fois une petite fille, nommée Baguenaude, qui vivait dans un village où le temps s'écoulait tranquillement, trop tranquillement au goût de la petite, qui rêvait de parcourir le monde. De sa fenêtre, elle s'interrogeait sur ces hommes et femmes qui partaient le matin très tôt, hors du village, et rentraient le soir, l'air harassé, noirs comme la nuit.

Un jour, elle n'y tint plus, les suivit et pénétra dans ce lieu étrange, sous terre, sombre et inquiétant, mais attirant aussi lorsque la lueur des torches faisait luire la roche.
Un gros homme semblait être le chef et, sous sa moustache en bataille, hurlait des ordres incompréhensibles pour Baguenaude. Elle vit alors tous les mineurs se disperser dans des galeries, leur pioche en main et commencer à creuser dans la roche. La poussière volait, les pioches creusaient, le gros homme criait, faisait claquer son fouet pour dissuader chacun d'arrêter le travail.

Baguenaude, qui était passée inaperçue, assistait à ce ballet, et en elle montait la colère. Pourquoi traiter les gens de cette sorte ?
Sa première sortie hors du village lui avait laissé un goût amer, et elle rentra chez elle, se jurant bien que, dès qu'elle en aurait l'âge, elle ferait en sorte que les mineurs travaillent dans de bonnes conditions, avec un salaire correct et surtout le respect de leur labeur.


Célia s'était endormie, elle n'avait sans doute pas compris le quart de l'histoire. Cela avait au moins eu le mérite de calmer son inquiétude. Héloïse l'embrassa tendrement, vérifia que Galaad dormait, puis rejoignit Alexis.

Le lendemain matin :

La nuit semblait avoir été courte quand Héloïse fut éveillée par le heurtoir de la porte d'entrée. Elle se leva, enfila rapidement une houppelande et descendit ouvrir à Yunette.


Bonjorn Yunette ! Tu parais bien fatiguée ! Veux-tu prendre une collation, ou aller te reposer tout de suite ? Les enfants dorment encore.


__________________________________________


Yunette partait, sans elle et sans Galaad. Célia ne comprenait pas. Pourquoi? Pourquoi les abandonnait-elle? Elle aurait bien voulu aller la rejoindre, mais Ascram tenait sa petite main, et, perdue, se croyant abandonnée, elle ne se sentait pas la force de tenter de se défaire de l'emprise de la jeune femme.
Elle n'arrivait pas à comprendre, se contentait de fixer la porte, les larmes aux yeux. Pourquoi la laisser chez une inconnue, partir comme ça, la nuit tombée? Que se passait-il? Reviendrait-elle au moins?

C'est donc dans un état second qu'elle se laissa manipuler par Ascram, qui peut-être à défaut de comprendre son trouble, fit tout pour la rassurer. Elle ne comprit absolument rien à l'histoire qui lui était racontée. Mais ce petit rituel la ramenait un peu en arrière, malgré son jeune âge, lorsqu'on lui racontait des histoires avant de la border... souvenirs indistincts, lointains déjà...

Un léger baiser. Elle finit par s'endormir. Son sommeil fut très agité, des images, des sons, tout se mélangeait dans sa tête. Une grande angoisse surtout. Un sentiment de perte, d'abandon. Elle se tournait et se retournait dans son lit, gémissant, laissant parfois échapper une larme à travers ses paupières closes. Mais heureusement, elle ne se réveilla pas, ne hurla pas. Le sommeil d'Ascram n'en fut donc que peu ou pas troublé.

Le lendemain la retrouva complètement emberlificotée dans ses draps, sa tête à l'endroit où se trouvaient ses pieds la veille au soir. Un bruit sec la fit sursauter. Quelqu'un à la porte. Dans son sommeil léger, ç'avait été suffisant pour la réveiller. Elle tenta de se défaire de ses couvertures, mais cela prit du temps avant de comprendre comment en sortir. Ascram était partie ouvrir la porte entre-temps.

La voix de Yunette! Elle ne les avait pas abandonnés! Vite elle sauta du lit et courut en direction des voix.

Elle était là! Ne prêtant pas attention au sol glacé sur ses pieds nus, à sa mince chemise qui laissait passer le froid, elle courut en sa direction, heureuse, et lui sauta dans les bras.

Maman! Maman!

Elle la serra de toutes ses maigres forces.


__________________________________________

S’engouffrant dans la chaleur de la maisonnée endormie, Yunette referma bien vite la porte derrière elle, empêchant ainsi la bise d’atteindre son amie. D’ailleurs, de bise, elle lui en fit une en souriant, le regard un peu embué par la fatigue.

Je t’avoue mon amie, que bien qu’exténuée, je préfèrerais me réchauffer un moment d’une tisane et d’un bon feu avant de gagner ma couche. La nuit fut tranquille mais bien fraiche. Et l’humidité de l’aube est traitresse.

Des petits pas. Son de pieds nus sur carrelage glacé. Yunette se retourne et voit sa presque fille, celle qu’elle élève depuis la mort de sa tendre amie Chrysopale. La petite Célia court vers elle comme jamais elle n’a couru. La jeune femme lance un regard à son amie, se demandant comment s’est passée la nuit, mais son attention se reporte vite sur la toute petite qui arrive à son niveau. La Proc’ s’accroupit pour la recevoir en ses bras.


Maman ! Maman !

Moment de flottement. Que faire ? Que dire ? Yeux qui s’embuent. Son amie, oubliée ? Cette enfant… Bras qui se referment. Etreinte qui s’accentue. Force de la petite qui lui fait ressentir l’amour et la peur qu’elle a eue en cette nuit. Peur de l’abandon. Mots qui s’échappent presque malgré elle tandis que l’eau s’écoule sur ses joues.

Shhhhhh, Maman est là…. C’est fini…


Les mots sont dits. Que va-t-il se passer désormais ? Petit sanglot de joie et de peur de l’avenir qui bloque sa gorge et s’en va, résonnant dans l’entrée de l’hôtel. Oubli de l’endroit, autre monde, autre dimension. Une sensation de plénitude, comme un accord de son amie disparue qui lui donne le droit, le droit d’aimer son enfant comme si elle était sienne. Mais… Nouveau sanglot plus fort, et le père de la petite ? Lui qui voulait partir ? Etreinte resserrée encore sur le frêle corps de la fillette. Bouche qui dépose un fort baiser sur son front et ses cheveux, regard qui cherche celui de son amie. Perdue. A-t-elle bien fait ? Angoisse.

_________________
Yunette a raison, toujours. Si elle a tort, faites comme si vous n'aviez rien remarqué.
Un bout de Yunette
Pour les grands & Cow
Wizzzz !


Dernière édition par Yunette le 23/03/2009 22:50:10; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 23/03/2009 12:36:20    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chrysopale
Modérateur


Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 2 346

MessagePosté le: 23/03/2009 22:48:55    Sujet du message: Retrouvailles Répondre en citant

C'est joliii!

Mais ça me dit quelque chose (comment ça c'est normal?)

Euh, au fait, t'exagères pas un peu avec "internationale"? Rolling Eyes
_________________
Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour montrer l'exemple - Prévert
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 21/01/2017 07:17:53    Sujet du message: Retrouvailles

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com