A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le coeur cousu de Carole Martinez

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> En ce moment, vous lisez quoi ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Guylou
Administrateur


Inscrit le: 01 Juin 2007
Messages: 4 691

MessagePosté le: 14/09/2009 20:47:44    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Un vrai coup de coeur ! Un livre à l'écriture débridée, parfois déjantée qui tord les mots et les phrases pour leur faire dire ce qu'on n'attendait pas d'eux. J'ai pensé à Milena Agus et aussi un peu à Gabriel Garcia Marquez, autant dire que c'est assez latin !
L'histoire commence par une boîte transmise de mère en fille au moment des premières règles, une boîte à garder fermée pendant neuf mois, tout le temps de l'initiation aux prières du premier soir et celles des autres soirs, celle des mourants qui ne peut être utilisée qu'une seule fois en cent ans. Puis la boîte s'ouvre et révèle le don.
On y rencontre une mariée trop belle qui fâne le jour de ses noces sous le regard d'envie que les autres portent sur elle, une brodeuse de talents qui sait coudre la volonté et le désir, ou l'être et son ombre. Elle donne naissance à cinq enfants, tous animés d'un don particulier qui me semble moins relever du fantastique que d'un regard ouvert et nouveau sur le réalité. Jouée et perdue dans un combat de coq par son mari, la femme entraîne ses enfants dans une course sans fin, vers le sud, ne s'arrêtant même pas à la mer, trouvant un bateau et continuant son chemin de colère jusqu'à ce qu'une autre femme tende vers elle sa paume teintée au henné et l'arrête pour qu'elle puisse enfin accoucher de son dernier enfant.
L'action se passe en Espagne et toute l'écriture pose la chaleur et les couleurs de ce pays. Les femmes sont toutes superbes, de l'héroïne à son amie la prostituée, de la belle-mère taciturne à la sagette (comprendre la sage-femme) ou son acolyte la faiseuse d'anges, d'Anita, la fille aînée muette puis conteuse à Martirio, l'amie de la grande faucheuse en passant par la lumineuse Clara qui se couche avec le soleil ou Angela née dans un nuage de plumes et dotée d'une voix magnifique...
Je ne m'arrêterais pas s'il ne le fallait. Je vous livre le prologue pour vous donner une idée.

"Mon nom est Soledad.
Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec des bras morts incapables d'enlacer et de grandes mains inutiles.
Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un mur derrière lequel accoucher, qu'il m'est passé dans le sang.
Ma peau masque un long sablier impuissant à se tarir.
Nue sous le soleil peut-être verrait-on par transparence l'écoulement sableux qui me traverse.
LA TRAVERSÉ
Il faudra bien que tout ce sable retourne un jour au désert.

À ma naissance, ma mère a lu ma solitude à venir.
Ni donner, ni recevoir, je ne saurais pas, jamais.
C'était inscrit, dans la paume de mes mains, dans mon refus obstiné de respirer, de m'ouvrir à l'air vicié du dehors, dans cette volonté de résister au monde qui cherchait à s'engouffrer par tous mes trous, furetant autour de moi comme un jeune chien.
L'air est entré malgré moi et j'ai hurlé.

Jusque-là, rien n'était parvenu à ralentir la marche de ma mère. Rien n'était venu à bout de son entêtement de femme jouée. Jouée et perdue. Rien, ni la fatigue, ni la mer, ni les sables.
Personne ne nous dira jamais combien de temps aura duré notre traversée, combien de nuits ces enfants qui suivaient leur mère ont dû dormir en marchant !
J'ai poussé sans qu'elle y prît garde, accrochée à ses entrailles, pour ne pas partir avec toute cette eau qu'elle perdait sur les chemins. J'ai lutté pour être du voyage et ne pas l'interrompre.

La vieille Mauresque qui a arrêté ma mère en lui touchant le ventre, celle qui a murmuré «Ahabpsi !» comme on élève un mur, et qui, armée d'une main et d'une parole, s'est dressée seule face à la volonté furieuse de cette femme grosse d'une enfant arrivée à terme depuis longtemps déjà et qui voulait poursuivre sa route et qui voulait marcher encore, bien qu'elle eût déjà marché plus qu'il n'était possible et qu'elle se sentît incapable de marcher davantage, la vieille Arabe aux mains rousses de henné plus fortes que le désert, celle qui est devenue pour nous le bout du monde, la fin du voyage, l'abri, cette femme a lu, elle aussi, ma solitude dans mes paumes, elle qui ne savait pas lire.
Son regard est entré d'un coup dans les viscères de ma mère et ses mains sont venues m'y chercher. Elle m'a cueillie au fond de la chair où j'étais terrée, au fond de cette chair qui m'avait oubliée pour continuer de marcher, et, après m'en avoir libérée, elle a senti que mes mains ne me serviraient de rien, que j'y avais comme renoncé en naissant.
Sans se comprendre, elles m'ont donné, chacune dans sa langue, le même prénom. «Soledad» a dit ma mère sans même me regarder. Et la vieille en écho lui a répondu «Wahida»."
_________________
Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage... Jean Anouilh
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14/09/2009 20:47:44    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Guylou
Administrateur


Inscrit le: 01 Juin 2007
Messages: 4 691

MessagePosté le: 18/11/2009 08:24:23    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Personne n'a été tenté par ce livre, après ma critique ? Dommage, vous loupez vraiment un livre flamboyant !
_________________
Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage... Jean Anouilh
Revenir en haut
Jeffw
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 816

MessagePosté le: 18/11/2009 11:23:14    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Ne te méprends pas Guylou, je suis très tenté par ce livre après ta critique/fiche...
Il a juste rejoint l'une de mes longues listes Cadeaux, pour quand j'aurais des sous (pas là tout de suite) ou pour quand les gens seront assez gentil pour m'en faire (on peut rêver)...
Á votre bon coeur m'sieurs-dames !
Mr. Green
_________________
Quant à ces féroces soldats, je le dis, c'est pas pour cafter, n'empêche qu'y font rien qu'à mugir dans nos campagnes.
Pierre Desproges


Léonard de Vinci? Non non! C'est pas lui la brouette.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 901

MessagePosté le: 18/11/2009 18:16:54    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Tentée, si, mais je suis comme Jeffw, j'ai déjà une liste impressionnante de livres qui me font envie!
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Guylou
Administrateur


Inscrit le: 01 Juin 2007
Messages: 4 691

MessagePosté le: 18/11/2009 19:24:22    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Et moi donc, je viens d'acheter dans ma librairie d'occas préférée le Colum McCann et un polar mongol (si, si !) qui s'appelle "Des myrtilles dans la yourte"...
_________________
Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage... Jean Anouilh
Revenir en haut
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 055

MessagePosté le: 19/11/2009 23:43:27    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Un polar mongol! Shocked Il faudra que tu me le prêtes!
Et pour Le coeur cousu, moi aussi le livre me tente.
On échangera quelques livres autour d'un café un de ces jours... Smile
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Don Lo
Administrateur


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1 980

MessagePosté le: 24/01/2010 15:16:01    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez Répondre en citant

Ce livre m'attend chez ma belle-mère.
Rien que d'en lire la première page (ce que tu reproduis plus haut Guylou), j'ai su qu'il me plairait.
_________________
Si je ne suis pas là, demandez à Guylou ou Wiliam.
Si je suis là aussi.

(un blog, moi ? Non, quand même pas... Disons plutôt deux)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 18/01/2017 02:46:18    Sujet du message: Le coeur cousu de Carole Martinez

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> En ce moment, vous lisez quoi ? Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com