A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Indépendance ou le vide plein

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lal Behi
Plume de Phoenix


Inscrit le: 16 Déc 2008
Messages: 1 349

MessagePosté le: 11/12/2009 15:30:38    Sujet du message: Indépendance ou le vide plein Répondre en citant

Billet écrit après la lecture de l’opuscule d’Eigil Knuth, « Indépendance, ou la philosophie du voyage en traîneau » (ouvrage quadrilingue en français, groenlandais, inuktitut et russe, agrémenté de nombreux dessins de l’auteur).

Pour paraphraser Indépendance, peut-être eut-il fallu que la feuille restât blanche, entièrement, immaculée même. Car c’est de cela qu’il s’agit, un désert de neige, une étendue sans limite, que ce soit de géographie ou d’esprit.

Au fur et mesure que les pages de cet opuscule se feuillettent, les édifices nivéens prennent forme, se sculptent de silhouettes multiples – fantômes protéiformes qui hantent ce néant ; le vide se pare de plein. Le traîneau file, traverse la page, se fraie un chemin entre les caractères, atomes noirs et labiles qui épousent sa trajectoire. Le temps n’a pas de prise qui s’étire amoureusement, oublieux même de la nuit, éternelle aube.

La liberté enfin s’impose, aveuglante, statuesque dans son immensité mais sans cesse changeante comme chaque horizon, chaque détour de montagne.

Le texte de cet étrange ouvrage s’égrène en français, groenlandais, inuktitut et russe. Peu importe notre capacité à déchiffrer ces langues millénaires ou à traduire ces signes kabbalistiques, la magie opère, le mystère de la traversée de l’inlandsis s’épaissit encore sous ces alphabets sibyllins. Leur lecture reste énigmatique, à l’instar de ce monde glaciaire où la chaleur brûle le cœur de l’homme et ravive son cerveau.

Imaginons : alors que les triangles, les courbes sinueuses et les diacritiques minuscules de l’inuktitut apparaissent, un doigt avide de retrouver les sensations de l’auteur glisse sur les phrases incompréhensibles. Par un phénomène d’empathie, l’encre se dissous sous la pulpe, des lignes sombres naissent et s’étirent comme les coupures des traîneaux, les ornières peu à peu disparaissent, se font vestiges. Encore un effort et la page devient à son tour inaltérée, quelques manipulations supplémentaires et le livre en son entier recouvre sa virginité.

Ne serait-ce pas un sublime hommage à Eigil Knuth que de lui rendre son ouvrage ainsi purifié, ayant nous-mêmes inclus sa substance dans notre chair, vide de toute empreinte humaine, prêt pour de nouvelles explorations et – souhaitons-le – pour les mêmes extases, les mêmes découvertes mystiques.

_________________
« La pensée de chacun allait au gré de l'ombre des arbres. » - Kyoto, Yasunari Kawabata
Lalbehyrinthes devient Łálßєħўrιnтђeș, là où naissent les poèmes-capsules
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 11/12/2009 15:30:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com