A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cuisine et vocalises.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 380

MessagePosté le: 10/09/2010 14:25:49    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Cette nuit, pas moyen de fermer l'œil, insomnie puissance douze.
Et puis, je tombe sur un micro article qui me fait marrer.
Et puis j'imagine...
Ça part dans tous les sens mais ce sont mes premières lignes depuis trois semaines, alors je vais pas chipoter.
Les mots s'enchaînent et ça fait du bien.

Je dédie ce texte sans queue ni tête à toutes ces femmes qui préfèrent bailler ostensiblement que feindre.
Et à tous ces hommes qui n'ont pas le bonheur d'avoir un four dans leur cuisine.
_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 10/09/2010 14:25:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 380

MessagePosté le: 10/09/2010 14:28:06    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

« Putain de bordel de merde ! Bichon !»

Je sursautai à l’appel de ma dulcinée. Je m’étais assoupi devant la télé, Scolopendre ronronnant sur mes genoux au rythme du générique de Rex chien flic. Scolopendre, c’est mon chat. Il doit son nom à Maëlle qui voue aux félins une haine farouche depuis que l’un d’eux lui a pissé sur la tête lors d’un rendez-vous galant.
Elle avait décroché un rencart avec le plus beau parti de son collège et s’était pomponnée pendant des heures sous l’œil presque attendri de sa mère et de ses sœurs. Bien avant minuit, elle rentrait, furieuse, humide, malodorante, avec ses deux souliers même pas en verre et sans aucun prince sur les talons. Elle n’a jamais avoué par quel mystérieux concours de circonstances elle s’était retrouvée avec un matou incontinent sur le crâne.

« Bichon ! »

Erika déboula dans le salon en brandissant le dernier Newcook qu’elle me balança en travers du torse, que j’ai malingre et fragile, la faute à quatre années de sana dans ma petite enfance. Scolopendre fusa avant que le magazine ne lui rebondisse dans les babines. Pas plus que ma fille, ma femme n’apprécie la gent féline.
D’un geste gracieux, j’ajustai mes lunettes sur mon appendice nasal en récupérant la revue. Je m’attardai quelques instants sur la couverture (Francesca Lodo nue sous son tablier de cuisine, excusez du peu) avant qu’Erika ne me la reprenne des mains, excédée, pour l’ouvrir à la page qui l’intéressait. Elle tapota de l’ongle un entrefilet dans lequel il était question de cris d’extase et de simulation orgasmique.
« C’est vraiment prendre les femmes pour des panures de dinde, ce truc. Sois gentil, ponds-moi un article saignant pour mon blog. Ils n’ont interviewé que des brebis peroxydées ou des gardiennes d’immeuble, pas possible autrement. »

Erika a une dent contre les gardiennes d’immeuble depuis que la nôtre me poursuit de ses assiduités. C’est une gentille blonde avec des seins comme des boutons de porte et qui, l’été dernier, s’est fait plaquer par son mec, un gitan au tempérament corsé que la sédentarité rendait chèvre.
Un beau matin, il a pris sa petite femme en levrette sur le buffet de la cuisine, il s’est reboutonné en buvant son café et puis il s’est barré, laissant sur la table son dernier chèque de paie en guise de mot d’adieu.
Je vous livre la version courte. Personnellement, j’ai eu droit à tous les détails sur fond de sanglots déchirants quand, dès la porte claquée par le beau mâle arrogant, Annie m’est tombée dans les bras, ses petits seins nichant pile dans mes paumes, par un hasard des plus heureux.

Mais j’ai toujours eu un peu la poisse.
Sans surprise, Erika, qui ne devait rentrer que le lendemain, est arrivée au beau milieu de la séance de réconfort et l’on a frôlé le drame, l’incident diplomatique irréversible avec crucifixion à la clef. Fort heureusement et contre toute logique, j’étais encore décemment braguetté, ce qui nous a évité le pire. Mais la petite gardienne a été reconduite manu militari à la frontière et n’est plus autorisée, depuis, à franchir le seuil de notre appartement sous quelque motif que ce soit. L’affaire remonte à plus d’un an mais Erika a la rancune tenace.

- Il faut que je file, mon bichon, tu t’occupes de ma chronique ?
- Évidemment, l’assurais-je, me demandant ce qu’elle en attendait précisément.
Je fixai intensément les trois lignes de l’article une bonne partie de l’après midi, m’accordant quelques coups d’œil vers Francesca Lodo, plus appétissante que jamais avec son épluche légumes brandi et sa farine sur les tétons, page 18. Une heure avant le retour d’Erika, je me décidai à tenter quelques enchaînements grammaticaux, tâchant avec plus ou moins de bonheur de me glisser dans la peau de ma femme le temps d’une courte chronique.

Le résultat la laissa pour le moins dubitative. Moi je trouvais que ça tenait la route, voire que c’était pertinent.
Jugez vous-mêmes :

« Parce que j’aime me tenir informée de l’actualité la plus trépidante, je ne vous parlerai pas de l’abolition de la corrida en Catalogne (olé !) bien que j’y souscrive totalement mais de cette récente étude selon laquelle 66% des femmes ne manifesteraient leur jouissance que pour faire éjaculer l’homme plus rapidement et/ou lui donner confiance en lui.
J’avoue que l’annonce m’a laissée coite. Impossible de remettre en cause le sérieux de cette nouvelle puisque c’est Newcook, numéro un de la cuisine et du sexe au quotidien, qui le dit. Et si Newcook le dit…

66% de simulatrices. Concrètement, messieurs, cela signifie que sur les dix amoureuses figurant à votre tableau de chasse, trois étaient sincères, six bluffaient et une répétait distraitement ses gammes tout en réfléchissant à son menu du soir. Poêlée de St Jacques ou blanquette de veau ? Oh oui, là c’est bon, continue, encore... Au prix des crustacés à cette saison... Oh oui, oui, ouiiii, chériii... Je crois qu'on va s'en tenir à la blanquette... Etc.

Pauvres hommes. Je compatis. Parce que finalement, que veulent ces femmes ? Est-ce que quelqu’un le sait ? Le savent-elles elles-mêmes ? Préfèrent-elles un mec qui les occupe plus de trois minutes préliminaires inclus ou un quelconque léporidé qui les débarrasse de la besogne au plus vite ?
Tout à fait entre nous, je ne vois pas l’intérêt de simuler. Y’a pas écrit l’Abbé Pierre sur mon minou, comme dirait l’autre. Si je couine, si je gémis, si je hulule, c’est uniquement parce que mon seigneur et maître m’entraîne dans les plus hautes sphères de la félicité. Ou que je me suis cogné l’orteil dans le montant du lit (…) »

Erika interrompit sa relecture et me rendit mon calepin.
- Moui. Ce n’est pas exactement ainsi que je voyais les choses, avoua-t-elle pas tout à fait contrariée mais pas vraiment conquise, en gratouillant le crâne d’un Scolopendre ravi de l’aubaine. Je voyais bien que quelque chose la chiffonnait. Je me demandai soudain si la St Jacques n’était pas considérée comme un coquillage plutôt qu’un crustacé.
- Pour répondre à ta question, enchaîna-t-elle en m’embrassant sur le front (après 20 ans de mariage, j’ai appris à faire mon deuil des pelles fougueuses où l’on mélange sans vergogne des salives goût framboise ou parfum roquefort), les femmes veulent un mec endurant s’il est bon mais rapide s’il est nul ou qu’elles ont un soufflé au four. C’est pourtant pas compliqué. Toi par exemple, t’es pas mauvais mais tu risques d’avoir des cornes aussi grandes que tes oreilles si tu n’améliores pas ton chrono, mon lapin.

Elle se leva du canapé en me balançant sous le nez sous cul de princesse viking.
- De plus, je ne hulule pas, ajouta-t-elle avant de disparaître dans la salle de bain.

Songeur, je me jurai de ne plus jamais l’entreprendre sans m’être au préalable assuré que le four soit allumé, minuterie enclenchée.
Et vivent le gratin, les papillotes et les soufflés au fromage.
_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chrysopale
Modérateur


Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 2 345

MessagePosté le: 10/09/2010 19:07:42    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Ca te laisse quoi comme timing ça?
_________________
Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour montrer l'exemple - Prévert
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 380

MessagePosté le: 10/09/2010 23:36:18    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Ben tout dépend s'il s'agit d'une flammekueche ou d'une dinde farcie.
Faut prévoir le menu en fonction de l'énergie disponible, je dirais Mr. Green
_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chrysopale
Modérateur


Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 2 345

MessagePosté le: 10/09/2010 23:50:19    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Euuh... ouais. Ok. Poserai plus de questions, c'est mieux.
_________________
Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour montrer l'exemple - Prévert
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Guylou
Administrateur


Inscrit le: 01 Juin 2007
Messages: 4 691

MessagePosté le: 11/09/2010 07:08:29    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Chouette texte ! Ton vif, enlevé et humoristique. J'aime.
_________________
Avant le jour de sa mort, personne ne sait exactement son courage... Jean Anouilh
Revenir en haut
EmmaBovary
Plume de Simurgh


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 250

MessagePosté le: 12/09/2010 14:23:24    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Luna, sa patte, son style: toujours plaisant! Smile
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Mairenn
Plume de Calao


Inscrit le: 12 Juil 2010
Messages: 54

MessagePosté le: 12/09/2010 19:34:53    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Chouette, ce texte ! Very Happy
_________________
"Nous sommes faits de la même matière que les rêves." (W. Shakespeare)
Mon petit monde
Revenir en haut
MSN Skype
Yunette
Plume de Phoenix


Inscrit le: 04 Juin 2008
Messages: 1 452

MessagePosté le: 13/09/2010 01:05:08    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Ben, normal Mairenn, c'est du Luna...

(Chrys, ne demande pas des précisions que tu ne veux pas connaitre ^^)
_________________
Yunette a raison, toujours. Si elle a tort, faites comme si vous n'aviez rien remarqué.
Un bout de Yunette
Pour les grands & Cow
Wizzzz !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 380

MessagePosté le: 13/09/2010 17:48:35    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

A force d'aller faire le zouave sur la margarine parfumée de Chryso, j'en oublie mes bonnes manières.
Merci de votre passage, toutes.
Mystérieusement, seules les femmes ont répondu.
Les hommes seraient-ils tous chez Darty ?


_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Plume de Simurgh


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 250

MessagePosté le: 14/09/2010 13:08:57    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Gniarf! Gniarf! Gniarf! Laughing (oui, je sais, en virtuel je rigole comme un troll!)
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 748

MessagePosté le: 20/09/2010 12:23:57    Sujet du message: Cuisine et vocalises. Répondre en citant

Ah ben tiens, j'ai justement acheté un four samedi ! J'étudie sérieusement le mode d'emploi depuis... Mr. Green
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 18/10/2017 13:56:15    Sujet du message: Cuisine et vocalises.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com