A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le progrès en marche

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
trompette sournoise
Plume de Garuda


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 429

MessagePosté le: 30/09/2010 11:38:50    Sujet du message: Le progrès en marche Répondre en citant

Si vous regrettez déjà les cadrans rotatifs de nos braves téléphones domestiques, si la voix même de l’opératrice de communication vous manque, si vous léchez encore un timbre à l’occasion, avec un plaisir un peu coupable, alors tremblez, passéiste lecteur, car la révolution télématique est en marche !

Cela s’appelle le minitel, mes chers compatriotes. Un pur produit de nos cerveaux français. Et l’invention s’apprête à envahir nos foyers, entendez-la mugir en mode binaire dans nos campagnes, prête à vous simplifier l’existence jusqu’à l’extrême, égorger vos fils et vos compagnes,

Pourquoi pas.

Pour commencer, l’objet est d’une laideur scandaleusement ordinaire. La triste géométrie de ses traits, la fadeur provocante de ses couleurs (disponible en blanc cassé, ou marron), et la pauvreté des matériaux qui le composent, classent immédiatement le minitel au rang de grosse merde en plastique. Il jure par définition avec n’importe quel intérieur habitable et vous flanquera la nausée chaque fois que votre regard ira se perdre sur le guéridon du salon. Il est probable que vous vomissiez sur le tapis oriental. Bref, le progrès débarque sous des allures bien peu ragoutantes.

Mais n’allons pas trop vite en besogne, ni vers la déchetterie la plus proche, et laissons sa chance à l’innovation.

Si le support physique de la machine évoque le design néo-socialiste des années 50, nul doute que les services proposés par le minitel sauront nous faire oublier, pour un temps, notre sensibilité esthétique la plus élémentaire.


« C’est bien commode pour trouver les numéros des gens » témoigne Madame Scherer, ma voisine de pallier, une femme dont le physique rappelle justement celui de l’appareil en question, à quatre-vingt kilos près.

Arrêtons-nous un instant sur cette déclaration d’obèse. Le minitel semblerait être un outil de renseignement téléphonique performant. Voire tout à fait commode.

Montre en main, j’ai donc chronométré le temps nécessaire pour obtenir le numéro de Monsieur Charles Zimmerschlossfeld, un collègue de bureau que je souhaitais contacter dans la minute pour lui faire part d’un mot d’esprit particulièrement subtil que je venais d’inventer. Au terme de cette expérimentation implacable, je puis affirmer ce qui suit :


1. l’utilisation (ancrée dans les mœurs, et la morale admise) de l’annuaire téléphonique du Bas-Rhin me permis d’accéder à l’information en 47 secondes.


En revanche :


2. l’ambiance sonore distillée par un minitel en branle provoque l’épilepsie, suivie assez rapidement du suicide.
3. la disposition et le format des touches qui s’égaillent sur le clavier ont été conçus à l’attention exclusive des enfants de huit ans, souffrant d’autisme. Nul être doué de raison ne peut espérer pianoter trois phrases sans avoir recours au support psychologique de l’alcool.
4. le vrombissement produit par la surchauffe instantanée des circuits de l’appareil fait craindre l’explosion pure et simple. Les prototypes du minitel auraient, dit-on, défiguré une vingtaine d’ingénieurs (très justement châtiés en l’occasion). Un minitel sur deux est capable de s’envoler avec fracas dès qu’il est relié au secteur.
5. Mon chat, un félin extrêmement tolérant depuis sa castration, s’est pourtant attacher à gratifier la machine d’un jet de pisse dédaigneux, à l’odeur tenace.
6. Le 36-15 Aline est une véritable escroquerie.
7. le minitel affiche les coordonnées téléphonique de Monsieur Charles Zimmerschlossfeld, résidant 7 allée de Kayesrberg, à Mutterscholtz dans un temps remarquable de deux heures et trente-deux minutes.
8. une fois que j’eus l’intéressé au bout du fil, je fus bien incapable de me souvenir le subtil mot d’esprit qui avait motivé mon appel. Je me contentai donc d’insulter copieusement mon collègue de bureau, car la première minute est facturée banco.

Voilà qui est FORT COMMODE, Madame Scherer ! Que de longs poils bruns vous poussent sur les nichons et allez vous faire foutre avec votre progrès !

Mais je m’emporte.

Car il y aussi le réseau.

L’ensemble de l’humanité (hexagonale) s’est donné rendez-vous autour du minitel. Il vous est désormais possible d’être mis en relation en temps réel avec vos contemporains. Tagada tsouin tsouin. A savoir : des pervers télématiques, des putes télématiques, des abonnés à la Camif télématiques (n’oubliez pas votre code « chouchou »), des joueurs télématiques, des oisifs télématiques, toute un monde d’interconnexions pitoyables dans une boite moche.

Ô joie, tu submerges soudainement mon cœur.

Sans parler d’un nouveau langage adapté aux carences du clavier susmentionnées, un dialecte épuré de toute forme de grammaire, de clarté et d’élégance et qui émerge déjà, au grand dam de Monsierur Pivot et des correcteurs de sa dictée annuelle.

Par exemple, on ne sait quelles conclusions tirer de la présentation que me livra sans ambages Chris-sex, sur 36-15 Aline :

« JF 30 A 170 95 70 90 BRUNE AU CH LG CH DIA OSE AVEC CPL H ET F POURQUOI PAS RENCONTRE SI DESIR MUT »

Ce à quoi, je répondis « 1 55 FCD 8 !! 4 11NBH 445 11255ML84 ? 999PPP9… », par pure politesse et sortai de chez moi pour aller tuer des chats, en guise de représailles.


Mais rassurons-nous en affirmant que le minitel et les télécommunications virtuelles ne seront qu’un effet de mode passager. Je n’ose imaginer un monde où nos jeunes dialogueraient « en ligne », cloués devant des machines sans grâce, dans un jargon déplorable, perdant le sens des réalités, prenant du poids, et devenant, au final, des loques humaines.

Vraiment, je préfère ne pas y penser…
_________________
Foutez nous la paix et remplissez les bacs à sable
http://wizzz.telerama.fr/trompettesournoise
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 30/09/2010 11:38:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chrysopale
Modérateur


Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 2 347

MessagePosté le: 30/09/2010 12:18:01    Sujet du message: Le progrès en marche Répondre en citant

Tu as raison, à ce rythme-là, qu'est-ce que ça va donner en l'an 2000...

(en tout cas, merci, j'avais jamais eu d'explication précise de ce qu'était un minitel et de son fonctionnement - comme quoi y a des avantages à pas être français -... je comprends mieux Mr. Green )
_________________
Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour montrer l'exemple - Prévert
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
polka
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 713

MessagePosté le: 02/10/2010 08:57:25    Sujet du message: Le progrès en marche Répondre en citant

......Sais-tu seulement, petit Trompette, que c’est à Strasbourg, ville pilote, que fut initiée la première messagerie par Minitel ? Elle répondait alors au doux nom de Gretel
......A cette époque, tu fréquentais encore les bacs à sable, et tu étais à mille miles d’une telle sophistication dans les moyens de rencontre et de communication, bien sûr. Il te suffisait de prêter ton râteau ou ta pelle, et le monde s’ouvrait à toi, dans cette fervente communion que seule l’édification des pâtés de sable peut susciter… Certes, récupérer ensuite son râteau ou sa pelle n’était pas toujours une mince affaire lorsque l’heure du départ sonnait, et bien des après-midi ont dû se terminer à cheveux tirés, dans les larmes et la morve essuyée à coups de kleenex par une main maternelle vigoureuse, mais néanmoins aimante...
......C’était donc au tout début des années quatre vingt. France Telecom avait lancé la distribution gratuite de ces appareils d’avant-garde à tous ceux qui se porteraient volontaires dans l’essai de ce moyen de communication sans précédent. Il s’agissait ni plus ni moins de pouvoir laisser des messages écrits, et d’en recevoir en retour, même en cas d’absence, et surtout de pouvoir communiquer en temps réel avec tous les membres de cette nouvelle confrérie.
......Il fallait pour cela « se connecter au réseau », en composant un numéro de téléphone, encore à six chiffres à l’époque. Bien entendu, le réseau fut très vite saturé, et il était parfois nécessaire de refaire le numéro un nombre incalculable de fois, durant de longues minutes, voire même une demi-heure, avant de pouvoir enfin entrer en communication. Les détenteurs de combinés à touches supplantèrent bien vite ceux qui ne disposaient encore que de combinés à cadran, d’autant plus que le bruit courut très vite que certains combinés à touche présentaient une touche supplémentaire qui permettait de reproduire le numéro à l’infini par une simple pression !
......Une fois connecté, on vous demandait de créer un pseudonyme, lequel pouvait être « certifié » sur votre demande, empêchant ainsi un autre membre malveillant, désireux de se faire passer pour vous et d’accéder ainsi à vos conversations secrètes, de l’utiliser à son tour. La frappe du texte était ensuite assez laborieuse, car les concepteurs de cet appareil révolutionnaire, sans doute mus par la certitude d’envahir très rapidement le marché international, avaient eu la brillante idée de ranger les lettres par ordre alphabétique… Il fallait ensuite attendre que le message fasse son chemin pour arriver à son destinataire, qui répondait ou pas, trop occupé qu’il était, dans ces conditions chronophages, à mener plusieurs conversations à la fois.
......La suite appartient à chacun. Bien des rendez-vous furent pris, beaucoup de lapins furent posés, et quelques unions célébrées.
......Puis vint l’ère de la fibre optique, et tout alla si vite, de plus en plus vite, et même pour certains pas encore assez. Mais au fond, sommes-nous rendus si loin de l’époque des bacs à sable ? Je te prête ma pelle, tu me prêtes ton râteau, je reprends mes billes, tu pleures dans ton kleenex… en temps réel ou en différé, où est la différence ?

......
Revenir en haut
Genovanna
Plume de Simurgh


Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 3 167

MessagePosté le: 02/10/2010 15:40:08    Sujet du message: Le progrès en marche Répondre en citant

Tes deux dernières phrases sont d'un avant-gardisme surprenant, trompette

Mais on pourrait imaginer encore pire :
des zombies circulant dans la rue, la main sur l'oreille, parlant dans le vide et te bousculant sans te voir,
un énergumène en cravate prenant son petit déjeuner en parlant du temps qu'il fait à sa femme restée dans son lit au loin,
un papa désemparé devant le rayon des céréales et s'impatientant tout seul "mais je les vois pas tes miel pops ! y a pas d'abeille sur les boîtes"...

L'horreur...
_________________
Il est des portes sur la mer qui s'ouvrent avec des mots. ...
Hay puertas al mar que se abren con palabras...
Alberti, Rafael 1902
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 27/05/2017 14:34:17    Sujet du message: Le progrès en marche

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com