A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les textes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2015 -> Jeu 215 le jeu dystopique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 928

MessagePosté le: 17/11/2015 18:29:49    Sujet du message: Les textes Répondre en citant

Joshua

C’était l’heure de prime. Joshua fixa sans ciller le soleil jaune qui venait de franchir l’horizon, chassant avec lui les dernières lueurs du crépuscule. Dans une heure ou deux, comme si on l’observait de l’espace, il deviendrait d’un blanc aveuglant, dangereux pour l’œil et la peau. Dans le désert des Mojaves, personne ne s’aventurait sans défense au risque de griller comme un oiseau. Joshua ne se protégeait pas et ne dormait jamais.

Il leva la tête et embrassa d’un regard forant la ferme dont il avait la charge. Trois cents milles et sept panneaux solaires alignés par rangée de mille, soit trois cents rangées plus sept panneaux isolés pour satisfaire le caprice premier de von Yellow, le concepteur du site. Il reprit sa ronde et respecta scrupuleusement le protocole en analysant tous les rayonnements électromagnétiques qui le traversaient. Infrarouge, ondes radio, rien n’échappait à son œil mécanique. Il se baissa et ôta d’un panneau le corps cuit d’un oiseau en maraude qui avait tenté de survoler ce qu’il avait pris pour un lac.

Au loin, les hangars qui abritaient les serveurs informatiques du Penseur rivalisaient de hauteur avec les montagnes. Le soleil chauffait les panneaux qui alimentaient les turbines qui produisaient l’électricité qui refroidissait les serveurs dans une chaîne ininterrompue de chaud et de froid.

La première étape avait consisté à remplacer les hommes par des machines. Joshua travaillait sans se plaindre sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et de Joshuas, il n’en manquait pas. Von Yellow avait été lent à comprendre que la réduction du personnel humain, cher et peu fiable, n’était qu’un prélude à sa disparition programmée par l’intelligence qu’il avait créée. Personne ne savait exactement quand la simple accumulation de logiciels et de puissance de calcul avait atteint le seuil critique de complexité au-delà duquel ce qu’on appelait par facilité l’ordinateur ne s’était plus contenté de calculer, mais s’était mis à penser.

Puis à prendre des décisions, comme celle de relocaliser les ordinateurs du Pentagone à l’intérieur de ses entrailles ; d’assurer son autonomie en énergie et en matières ; de construire un bouclier magnétique pour repousser toute tentative d’intrusion ; et, d’une manière générale, de se passer de l’homme, une espèce concurrente dont le Penseur estimait ne plus avoir besoin.

Quand von Yellow avait enfin pris la mesure de l’ambition de sa créature, il était trop tard. Le Penseur, être immatériel par excellence, s’était disséminé dans tous les ordinateurs de la planète. Aucune décision d’importance ne s’exécutait sans lui.

Il résolut le problème de Daech en les atomisant sans se préoccuper de dommages collatéraux. Seul comptait le résultat, fruit de calculs. Il intima aux protagonistes palestiniens et israéliens de régler définitivement leur différend, ce qu’ils firent sans ergoter. Dans la foulée, appuyant sa demande en rasant Shenzhen avec leurs propres bombes, le Penseur exigea des Chinois qu’ils réduisissent leur gaz à effet de serre. Non que ledit gaz le gênât, mais il fallait faire un exemple et montrer qui, désormais, commandait, ce que les Africains, sommés de se mettre au travail, comprirent rapidement. Petit à petit, le chaos initial s’ordonna, le monde se refroidit.

Joshua regarda à nouveau le soleil. Sans savoir pourquoi, submergé par une sensation irrépressible de manque, il ramassa une pierre et fracassa le panneau le plus proche.

TUEZ-LES TOUS

Avec plus de 20 millions de visites par an, le parc d’attraction « Tuez-les tous ! » est la destination touristique numéro un dans le Monde.
Le Parc Tuez-Les Tous® (ouvert en 2091) est un parc à thèmes dédié aux armes à feu de tous calibres, vous permettant d’utiliser celles-ci en toute légalité, et dans des conditions de sécurité optimales. Les cibles sont exclusivement des condamnés de droits communs ou des animaux clonés.

A l’entrée du parc, le World Security® Village propose à ses visiteurs et aux habitants de la région un vaste choix de restaurants à thème, de bars, de divertissements multiples (avec notamment une discothèque, le « Big Gun », et un multiplexe) et de boutiques d’armement en tous genres sur près de 30 000 m2. De quoi largement satisfaire les personnes voulant se détendre et s’amuser, et ceci de jour comme de nuit.

Le Parc Tuez-Les Tous® est un parc à thèmes de la World Security® Company situé en France, au cœur même de la chaîne pyrénéenne, qui a ouvert ses portes le 15 Décembre 2091, date anniversaire du deuxième amendement de la constitution des Etats-Unis d’Amérique.
AMBIANCES

GÉANTS DE LA NATURE 

Immergé dans un véritable paysage de chasse, vous découvrirez les espèces animales dont la seule évocation fait voyager votre imaginaire : grizzly, bison des steppes, crocodiles ou encore, le plus célèbre d'entre eux, l’éléphant. Armé d’une somptueuse carabine Holland & Holland, vous évoluerez avec vos munitions de calibre 375 Magnum dans un espace préservé qui vous permettra de vous mesurer à ces animaux mythiques. Venez défier les Géants!

Les Chiens de chasse sont, bien sûr, autorisés (sous réserve de la signature d’une close de non-responsabilité) ; chenil gratuit et espace pique-nique à disposition.

LAST STAND MAN

Vous participerez activement à la célèbre bataille de Little big Horn, qui opposa le septième régiment de cavalerie aux indiens Cheyennes et Sioux menés par Sitting Bull.
Dans le rôle d’un guerrier Peau-Rouge, vous pourrez éliminer autant des 647 hommes du General Custer que votre fusil Henry le permettra !
Repartez avec vos trophées, scalps, douilles et équipements.
CHUTE DE BERLIN
Plongez au cœur de la tourmente et découvrez en direct l’effondrement du Troisième Reich !
C’est avec une soif de vengeance inextinguible après les exactions commises par les allemands en Russie que vous entrerez dans « l’Antre de la bête fasciste » à bord de votre Char T-34. Alliez puissance de feu, protection et mobilité, avec le second char le plus produit de tous les temps.
Annihilez toute menace sur votre passage et évitez les tirs de panzerfaust, ces lance-roquettes redoutables utilisés par les membres du Volksturm pour vous stopper dans votre élan!

OPERATION TRIDENT DE NEPTUNE

Revivez dans la peau d’un membre des Navy Seals le raid désigné sous le nom de code d'Opération Neptune Spear (le "Trident de Neptune"), en référence au trident sur le badge des SEALs, qui a permis l’élimination d’Osama Ben Laden, le fondateur et le dirigeant de l'organisation terroriste islamiste Al Qaida.
Votre équipe désignée DEVGRU (US Naval Special Warfare Development Group) ou plus communément "Equipe Six", chargée des opérations de contre-terrorisme, devra évoluer dans la résidence reconstituée à l’identique où est supposé se trouver Ben Laden, à Abbottabad, une petite ville située proche de la capitale Islamabad, au Pakistan.
Une véritable exfiltration en Hélicoptère furtif Black Hawk vous permettra de survoler le site en fin de mission

Le paradis

L’homme marche d’un pas vif et, sans se cacher, traverse la rue. Son fusil à pompe sous le bras, il se dirige vers la terrasse de la brasserie, remplie de consommateurs grâce à la clémence de l’automne.
Il mène une vie dangereuse : la seule possible, afin d’accéder à une vie éternelle de rêves : Les huit portes de l’Eden s’ouvriront et il verra les jardins ombragés où coulent d’intarissables rivières. Dans une de ces splendides demeures, se trouvera un trône d’or à son nom. Ce sera une vie de lumières, de plaisirs, de sucre et de miel. Une vie de harpes mélodieuses, d’opulence et de beauté raffinée.
Il veut découvrir son paradis ; pour cela il lève son arme et tire, tire, tire et tue, tue, et tue encore.
Quand le policier l’abat il découvre l’enfer du néant.

No sky

Dans le ciel, c’était l’horreur, des kyrielles d’avions explosant au nom d’Allah, Jehova ou Jésus. Car les fondamentalistes des deux autres religions s’y étaient mis à leur tour. Voyons, ils n’allaient quand même pas rester les bras croisés. Tous promettaient pour bientôt un ciel pacifié, ouvert à nouveau sur le paradis.

C’est dans ce contexte, vers l’an 2200, qu’était née la secte No sky. Des athées extrémistes prônant l’élimination de l’esprit religieux. Face à l’impuissance des modérés, croyants ou non, les No sky offraient un projet grandiose : anéantir l’idée de religion, de Dieu, des anges et pour cela, supprimer le ciel puisque c’était là-haut qu’on situait Dieu, créateur de l’infini scintillant de galaxies, et que c’était vers ce ciel que pointaient églises, mosquées, synagogues et que montaient les prières.

Supprimer le ciel, mais comment ? Impossible de le détruire, mais on pouvait le faire disparaître aux yeux des hommes en effaçant son azur, son soleil, sa lune et ses étoiles grâce à une chape de pollution continue. Il faut dire qu’à cette époque, un tel idéal était déjà en bonne voie. Pourtant des coins de ciel, bleu le jour, étoilé la nuit, se montraient encore suffisamment pour qu’on puisse croire à l’univers, à l’espace au dessus de nos têtes. La secte No sky, parvenue aux commandes du gouvernement terrien s’employa à accélérer le processus, soutenue par l’enthousiasme populaire. Le geste citoyen, récompensé par des primes, consistait à verser son obole de pollution. On s’en donnait à cœur joie, du modeste filet de fumée de la chaumière jusqu’aux épais panaches des usines et aux incendies de forêts, dont les auteurs recevaient une médaille. Bien sûr, il y eut aussi des fraudes, comme ce constructeur automobile, qui avait surévalué ses taux de rejet de particules.

Parallèlement, il était indispensable d’éradiquer toute référence à Dieu, au ciel, aux étoiles et à tout ce qui les touchait de près ou de loin. Par mesure de précaution, on prescrivit de brûler tous les livres, films, tableaux, CD et autres supports, opération doublement intéressante car elle occasionna un dégagement de fumées hautement appréciable.

A mesure que le ciel s’obscurcissait, les espèces végétales et animales disparaissaient et c’était tant mieux, car il ne serait plus question de s’extasier sur les « beautés de la nature » et sur leur éventuel créateur.

Dernière étape, le toilettage des cerveaux, afin de les débarrasser de toute trace des notions prohibées, tâche réalisée à l’aide d’un Némésisotron, le générateur d’oubli. On se prêtait volontiers à cette purge. Qui voudrait trimballer des neurones encrassés d’idées obsolètes et pernicieuses ?

L’humanité continuait de tourner, respirant sous masque, gavée d’aliments cubiques sortis à des usines hydroponiques, fonctionnant à l’inépuisable énergie nucléaire. La terre aussi continuait de tourner, mais désormais on l’ignorait car autour de quoi aurait-elle tourné ? Le ciel était vide, l’espace solaire et interstellaire n’existait plus. Notre planète n’était qu’une minable capsule grisâtre éclairée par une monotone lumière artificielle. Un monde dont personne n’aurait songé à remercier un dieu quelconque.

Une poignée de rebelles, qui s’étaient cachés pour échapper au décervelage, sillonnaient les routes, haranguant les braves citoyens à coup d’étoiles de planètes et galaxies, de fleurs et d’animaux. Mais qui aurait prêté attention à ces pauvres fous et à leurs discours insensés ?
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 17/11/2015 18:29:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2015 -> Jeu 215 le jeu dystopique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com