A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Sylvestre, où es-tu ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2015 -> Jeu 218 le jeu de la ST sylvestre de l'épouvante -> Critiques constructives du Jeu 218
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 294

MessagePosté le: 04/01/2016 16:39:24    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ? Répondre en citant

Cécile tartinait des tranches de pain de mie de tapenade, de foie gras et de rillettes de saumon. Le grand plat de service se remplissait peu à peu. La jeune femme jeta un œil sur la pendule. Elle avait le temps, les invités n'étaient pas attendus avant deux bonnes heures.
Franck et Cécile organisaient chaque année depuis dix ans le réveillon du jour de l'an. La tradition voyait revenir les amis de longue date avec lesquels ils passaient de bons moments. Cécile n'aurait pour rien au monde dérogé à ces préparatifs. Elle aimait cuisiner, s'investir dans cette tâche longue et minutieuse mais créative.
Elle récapitula mentalement ce qui était prêt et ce qu'il restait à faire et cria : "Franck ! L'apéro en est où ?"
— Bientôt prêt, chérie !"
Lorsqu'elle eut terminé les canapés, Cécile alla prendre sa douche. Elle aimait ce moment de détente où enfin elle pouvait s'occuper d'elle-même. Puis elle enfila la jolie robe fourreau rouge grenat que Franck lui avait offerte. Le décolleté mettait en valeur sa poitrine et la couleur chaude, sa chevelure noire. Un maquillage discret et une touche de parfum vinrent parfaire la tenue impeccable.
"Tu es magnifique, mon amour, lui dit Franck lorsqu'il la vit.
— Tu n'es pas mal toi non plus, lui répondit-elle en rajustant son nœud papillon et en déposant un baiser léger sur le bout de son nez."
Comme chaque année, tout était prêt à l'avance mais cela ne gênait pas le couple. Il patientait en écoutant du jazz, sirotant une coupe de champagne. Dans moins d'une demi-heure, les invités allaient arriver, s'échelonnant dans le temps, pour finir par Marc et sa nouvelle compagne.
"Madeline, c'est ça ? Je me demande comment elle est ! Pas coincée comme la dernière, j'espère !"
Cécile se mit à rire et avala une gorgée de champagne. À l'heure dite, elle courut à la fenêtre pour voir si la voiture de Pierre et Marie arrivait. La rue était déserte.
"C'est bizarre, ils ne sont jamais en retard !
— T'inquiète, ils ne vont pas tarder."
Mais le temps passa et personne ne sonna. Les autres couples ne semblaient pas plus pressés. Au bout d'une heure à tourner en rond, Cécile dit :
"Il leur est arrivé quelque chose !
— À tous à la fois ? Peu probable ! Je les appelle."
Mais les coups de téléphone ne donnèrent rien, personne ne répondait. Cécile marchait de long en large dans le salon, le front barré d'une profonde ride. Franck renouvela ses appels plusieurs fois, sans succès.
La voix de Cécile chevrota :
"Ils ont peut-être eu un accident."
Mais même les pompiers étaient aux abonnés absents. L'affolement rongeait le couple. Franck alluma la télévision. Un écran noir piqueté de points blancs apparut. Il changea de chaine sans obtenir rien d'autre que ce panorama de brouillard neigeux. C'est alors qu'il se rendit compte qu'un silence épais régnait dans tout l'appartement. Il voulut remettre le CD mais aucun son ne sortit de l'appareil.
Brusquement, la lumière s'éteignit, le moteur du réfrigérateur expira. Cécile poussa un cri et se blottit contre son mari. Ils restèrent ainsi un long moment dans le noir, laissant les minutes s'égrener dans le silence le plus complet. Franck réagit le premier. Il se dirigea vers la porte d'entrée et l'ouvrit, Cécile sur ses talons, agrippée à son bras.
Dehors, un ciel vitreux parsemé de nuages sombres surplombait la ville détruite, les rues défoncées, les arbres arrachés... Des ruines des immeubles, s'exhalaient les lambeaux fumants d'une haleine fétide de feu de fin du monde.
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 04/01/2016 16:39:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sachka
Plume de Griffon


Inscrit le: 09 Déc 2007
Messages: 1 806

MessagePosté le: 04/01/2016 19:21:45    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ? Répondre en citant

J'ai été un peu décontenancée face à ce texte dans la mesure où j'ai été agréablement surprise par la fin mais après avoir été ennuyée par le déroulé du récit. Ce qui est assez rare me concernant : en général, je suis plus souvent déçue par la chute que par ce qui précède.

C'est un texte bien écrit mais je trouve que ça manque de relief, de personnalité. Dans le style, je n'ai pas senti suffisamment l'angoisse des deux protagonistes monter. Peut-être, trop de dialogues, trop d'exclamations... ?

Et pourtant, pourtant, j'aime beaucoup la chute, ouverte, sans explication et qui laisse la place pour élaborer tout un tas d'hypothèses sur ce qui s'est passé. Par exemple, le fait que le couple n'ait rien entendu comme bruits extérieurs générant la catastrophe ne m'a absolument pas gênée. Au contraire, ça titille l'imaginaire et je me suis dit que si ça se trouve, ce sont eux qui sont morts mais qu'ils ne le savent pas (du moins, pas encore).
_________________
Into the woods, we must go.
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 820

MessagePosté le: 04/01/2016 19:48:07    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ? Répondre en citant

Pour ma part, c'est la chute qui m'a paru invraisemblable. J'ai eu beaucoup de mal à imaginer qu'une telle catastrophe ait pu se produire et qu'il n'y ait eu que deux miraculés qui n'aient rien entendu, rien vu...
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 926

MessagePosté le: 05/01/2016 09:48:36    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ? Répondre en citant

Mon coup de cœur. J’ai aimé le passage d’une préparation minutieuse d’un réveillon joyeux et convivial à la vision apocalyptique de la dernière ligne. La progressive montée vers l’épouvante finale est bien décrite ; une série de faits significatifs qui se traduisent chez le couple par l’étonnement, puis l’inquiétude, puis l’angoisse et enfin l’horreur, elle-même en deux temps : d’abord la peur générée par le silence et l’obscurité, suivie par l’épouvante (qu’on laisse le lecteur imaginer en lui livrant la vision finale, en deux lignes saisissantes.) L’ haleine fétide, qui personnifie la catastrophe ,et le feu de fin du monde ajoutent une connotation biblique de Bête de l’apocalypse, touche de terreur métaphysique.
Quelques détails commencent à rendre le couple attachant, ce qui rend d’autant plus terrible la dernière partie.

L’écriture est parfaite, élégante et avec toujours le mot juste. Pour ce qui est de la fin, je comprends très bien qu’on ait pu se poser beaucoup de questions et la trouver invraisemblable, mais j’ai eu à peu près la même attitude que Sachka : c’est une chute de SF, voire de fantastique et le lecteur peut laisser courir son imagination pour expliquer la situation. Marmotte m’a dit qu’elle avait pensé au roman « Le mur invisible » : dans sa maison de campagne, une femme se trouve coupée du monde par un mur invisible, phénomène dont on ignore l’origine ; peut-être des expériences de l’armée. (« Le mur invisible » excellent roman de l’autrichienne Marlen Haushofer, bien plus une fable sur la solitude qu’un récit de SF ; bonne adaptation aussi au cinéma, sous le même titre.)
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 294

MessagePosté le: 05/01/2016 10:50:16    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ? Répondre en citant

Merci à vous trois pour vos commentaires, j'avoue que je retrouve avec grand plaisir la rubrique des critiques du JPH, qui avait disparu. C'est toujours intéressant d'avoir des retours Smile

Le contraste entre les deux parties du texte - préparation du réveillon et chute - est évidemment voulu. Je voulais justement créer une atmosphère paisible et joyeuse pour rendre la chute encore plus terrible. Alors, oui, d'accord avec Sachka, j'aurais pu encore plus faire monter l'angoisse que je l'ai fait, par petites touches anodines. Le lecteur l'aurait sentie mais sans trop savoir pourquoi, puisque l'atmosphère était normale. Ça l'aurait intrigué et la chute aurait été l'explication. En fait, j'ai aussi une version longue de ce texte, écrite avant celle-ci (comme souvent) et je pourrais la reprendre en y intégrant ces éléments.

En ce qui concerne l'explication de la fin du monde, j'avoue que ça ne m'a pas effleuré l'esprit un seul instant de vouloir lui donner une explication rationnelle ! Bien sûr, on pourrait toujours, évidemment mais ce qui m'intéressait ici, c'était le contraste entre les deux situations et la réaction des deux personnages. Après, le lecteur imagine ce qu'il veut. Je voulais aussi faire coïncider "fin de l'année" et "fin du monde"... Et ça m'amuse de me dire que les lecteurs vont imaginer plein de raisons possibles Wink

Tober, ça m'a l'air intéressant le livre dont tu parles, je le note !
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jeeves
Plume de Phoenix


Inscrit le: 30 Aoû 2012
Messages: 1 376

MessagePosté le: 05/01/2016 20:34:35    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ? Répondre en citant

tobermory a écrit:
Mon coup de cœur. J’ai aimé le passage d’une préparation minutieuse d’un réveillon joyeux et convivial à la vision apocalyptique de la dernière ligne. La progressive montée vers l’épouvante finale est bien décrite ; une série de faits significatifs qui se traduisent chez le couple par l’étonnement, puis l’inquiétude, puis l’angoisse et enfin l’horreur, elle-même en deux temps : d’abord la peur générée par le silence et l’obscurité, suivie par l’épouvante (qu’on laisse le lecteur imaginer en lui livrant la vision finale, en deux lignes saisissantes.) L’ haleine fétide, qui personnifie la catastrophe ,et le feu de fin du monde ajoutent une connotation biblique de Bête de l’apocalypse, touche de terreur métaphysique.
Quelques détails commencent à rendre le couple attachant, ce qui rend d’autant plus terrible la dernière partie.

L’écriture est parfaite, élégante et avec toujours le mot juste.

C'est exactement mon avis sur ce texte !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 13:31:41    Sujet du message: Sylvestre, où es-tu ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2015 -> Jeu 218 le jeu de la ST sylvestre de l'épouvante -> Critiques constructives du Jeu 218 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com