A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Là où poussaient les coquelicots

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 220 - le jeu de l'abribus -> Critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
marmotte
Plume de Garuda


Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 381

MessagePosté le: 05/02/2016 19:06:50    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots Répondre en citant

Je suis un abribus, oui mais pas n’importe lequel. Je suis l’abribus de la rue des coquelicots. Oh ! Les coquelicots il n’y en a plus depuis longtemps … depuis bien avant ma venue. Les bulldozers ont eu raison d’eux comme des prairies avoisinantes. A la place, une multitude de tours ont poussé comme des champignons, des routes sont sorties de terre et je suis arrivé là-dessus, tout flambant neuf. Un design ultra chic avec une belle banquette rouge, des parois en plexiglas. Les plus séduisantes affiches s’invitent sur mes parois. Je suis irrésistible !

Je la connais par cœur, la fourmilière humaine de tous ceux qui chaque jour se blottissent dans mon giron. Je les protège des rafales du vent du nord, de la pluie et pas seulement ! J’apaise les angoisses qui les prennent au ventre dès le matin… Je les rassure ! Je les rassemble : « Non vous n’êtes pas tout seuls, les autres sont là, ils attendent comme vous ce car foldingue qui n’est jamais à l’heure et que vous craignez si fort d’avoir raté ».

C’est toujours l’Auguste qui arrive le premier le matin, sa cigarette au bec, puis suivent les autres. Ils sont tous aussi mal réveillés. Ca cause peu. Un salut de la main et chacun s’absorbe dans ses pensées. Résignés, il faut bien aller au turbin pour faire bouillir la marmite.

Plus tard, avec les gosses c’est autre chose, c’est le moment que je préfère. Ça bouge, ça saute, ça se chamaille, ça court partout, bref ça vit. C’est le bonheur ! Le jour de la rentrée des classes, ils s’observaient les uns les autres avec un peu de méfiance, depuis ils ont pris de l’aplomb, même Lisette, la plus jeune ne s’en laisse pas compter du haut de ses cinq ans.

Quand tout ce petit monde est embarqué, un moment de répit. Un chien vient rôder et renifler les papiers gras et les restes de croissants abandonnés. En bon limier, il termine son enquête par une bonne pissette contre le panneau publicitaire du parfum « j’adore ». Un second vient encore marquer son territoire et à force l’odeur du pipi de chien donne une saveur inattendue au fameux slogan de l’affiche. Qu’y puis-je ? Réflexion faite une publicité de litière pour chiens serait peut-être mieux à sa place : « Médor, j’adore ! »

Le temps passe, les parapluies s’ouvrent, quelques piétons viennent s’abriter, guettant une éclaircie. On s’assoie, on papote : « Le SDF qui venait tous les soirs coucher sur le banc avec son litron a été coffré. C’est mieux comme ça, Quel exemple pour nos jeunes ! » J’apprends que Dédé est parti avec une jeunesse (c’est ainsi qu’on dit ici) On ne le verra plus, il est monté à Paris, abandonnant sa pauvre femme avec le petit, si c’est pas une honte ! Et patati et patata. Le car arrive et le calme revient.

Le soir tout ce petit monde est de retour, se déversant par vagues successives. Beaucoup d’animation, mais On ne s’attarde pas, ou alors seulement le temps d’un au revoir, et chacun rejoint sa tour. La circulation se fait plus rare, les lampadaires s’allument. Ce soir je serai tout seul. Mon compagnon est en cellule. Je l’aimais bien, il ne faisait de mal à personne. Et moi, je me sentais moins seul.
_________________
Le chat qui s'en va tout seul par les chemins mouillés du bois sauvage.
R. Kipling (Histoires comme ça)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 05/02/2016 19:06:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Orcus
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 05 Juin 2013
Messages: 909

MessagePosté le: 08/02/2016 16:30:53    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots Répondre en citant

Je n’ai rien à reprocher à ce texte sinon qu’il ne tient pas tout à fait sa promesse initiale : « Je suis un abribus, oui mais pas n’importe lequel ». Bon, d’accord, c’est l’abribus de la rue des coquelicots, mais à part ça ? Dès le second paragraphe, exit les coquelicots. C’est dommage, car c’est l'une de mes fleurs préférées.
Bref, voilà un texte qui se lit bien, les séquences s’enchaînent avec fluidité, le vocabulaire est précis, mais... mais... mais... la journée se termine sans qu’il ne se passe rien qu’il ne se soit pas passé la veille. Ça me rappelle un conseil de Dan Brown : « dotez vos héros abribus de qualités exceptionnelles. Les gens abribus ordinaires, vos lecteurs en croisent tous les jours. S’ils achètent votre livre lisent le jph, ce n’est pas pour les y retrouver. »
_________________
En savoir plus
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 09/02/2016 09:36:13    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots Répondre en citant

D'accord avec Orcus ! Mais c'était l'écueil la difficulté de ce sujet, faire en sorte que cet abribus soit particulier, différent des autres. Et celui-ci, en effet, mis à part la qualité du style, ne narre que le quotidien de tous les abribus.
Je sais que ça me va bien de critiquer, vu que je n'ai pas participé mais sincèrement, pour moi, c'était un pari perdu d'avance, enfin à 99% !
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 09/02/2016 10:11:19    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots Répondre en citant

" Là où poussaient les coquelicots ", je trouvais que cela faisait un petit air d'Amélie Poulain:) C'est un texte doux et champêtre, plein de nostalgie. J'ai adoré le passage sur le chien et les slogans publicitaires !
Revenir en haut
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 923

MessagePosté le: 09/02/2016 10:39:26    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots Répondre en citant

Mon second vote
Un texte qui comme la majorité de ceux de ce jeu s’attache à dévider le quotidien d’un abribus, avec les différentes catégories qui le fréquentent et les tonalités – bien décrites - propres aux différents moments de la journée. En plus du style très vivant, ce que j’ai préféré – et qui a sans doute a déterminé mon vote – c’est d’abord le début avec ces propos de personnage à l’ego quelque peu surdimensionné : Je suis un abribus, oui mais pas n’importe lequel (alors qu’il ressemble sans doute beaucoup aux autres) Je suis irrésistible !) Une fatuité qui cache en fait une grande sensibilité, cf en particulier la dernière phrase.
Second point qui m’a accroché : la drôlerie de l’épisode du chien, avec son « enquête » et son « Médor j’adore ! » Voilà qui nous change de ces pubs qui savent si bien manipuler nos rêves et nos fantasmes !
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Genovanna
Plume de Simurgh


Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 3 065

MessagePosté le: 10/02/2016 00:12:56    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots Répondre en citant

Je remets ici le commentaire des résultats :
Là où poussaient les coquelicots de Marmotte : une journée d’abribus bien remplie et riche de variété que le style rend extrêmement vivante. Un plaisir de lecture.
Oui, Orcus, ce texte ne suit pas le conseil de Dan Brown, mais il ne le suit pas avec style ! Moi, j'aime lorsque les choses habituelles de la vie sont mises en relief de cette façon.
_________________
Il est des portes sur la mer qui s'ouvrent avec des mots. ...
Hay puertas al mar que se abren con palabras...
Alberti, Rafael 1902
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 17:11:29    Sujet du message: Là où poussaient les coquelicots

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 220 - le jeu de l'abribus -> Critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com