A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ravie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> jeu 221 Le jeu des annnées folles -> Critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 926

MessagePosté le: 23/02/2016 14:07:36    Sujet du message: Ravie Répondre en citant

On était à la fin juillet 1911 et il faisait très chaud au Louvre. Les élégantes agitaient des éventails modern style et poussaient des soupirs alanguis, mi-sensuels mi-exténués, au bras de leurs maris ou amants. Moi, je n’avais pas droit à ces mimiques et minauderies. Neige ou canicule, je devais sourire et toujours de ce même sourire énigmatique qui fait ma célébrité, ce sourire aux infinies nuances, dans lequel chacun peut lire ce qu’il veut, tendresse, sérénité, dédain, orgueil, indifférence, ironie…

Dans le groupe de visiteurs agglutinés devant moi, ce n’était comme d’ordinaire que des oh ! des ah ! des admirâââble, fantastîîîque, sublîîîme. Mais entre elles ou à l’oreille de leur époux, les femmes chuchotaient : Pas si belle que ça en fait, même pas de sourcils… et pourquoi elle montre pas ses jambes hein ? Je parie qu’elles sont trop moches. Et ce sourire, c’est d’un niais…

Que m’importait cette aigreur, c’était normal qu’elles soient jalouses. Il fallait voir les rêves et le désir que j’allumais dans le regard des hommes. Pourtant ma vie sentimentale avait été bien pauvre. A peine esquissée, j’étais déjà amoureuse de mon créateur, le génial Léo. Mais lui s’intéressait surtout aux garçons, ou alors il avait l’esprit occupé par son parachute, son hélicoptère ou autres inventions. Par la suite combien de fois j’ai espéré qu’un homme s’éprendrait de moi au point de m’enlever pour une aventure romanesque, qu’il soit prince ou manant. Attente toujours déçue jusqu’à ce matin de l’été 1911.

Dans la salle encore déserte, une silhouette s’avança. Un homme à la moustache conquérante, l’air déterminé. Ses bras se tendirent vers moi, il me décrocha de la cimaise, se précipita vers l’escalier. Là, il s’arrêta et avec des gestes fébriles, me débarrassa de mon cadre. Ce début de déshabillage me chavira les sens. Nous allions nous aimer, là, sur les marches du Louvre. Mais non, ouvrant la combinaison d’ouvrier dont il était vêtu, il me glissa délicatement contre sa poitrine. Quel amant romantique ! La chaleur de sa chair et les battements de son cœur me plongèrent dans une aura de passion.
Où m’emmenait-il, vers un souper aux chandelles, un bal masqué, dans un boudoir ? A un moment un homme l’interpella : « Vincenzo ! » et ils échangèrent quelques mots en italien ; oui en italien, c’était un compatriote ; nous étions faits l’un pour l’autre. Un peu plus tard, il monta quatre à quatre un escalier, ouvrit une porte et me sortit de ma cachette. Nous étions dans une chambre pauvrement meublée, mais qu’importe quand on s’aime. Il me fourra alors dans une valise qu’il boucla. Un voyage ? Chic ! J’imaginais déjà Venise et Florence en amoureux, mais le périple s’arrêta sous le lit, où Vincenzo glissa la valise. Je restai là des mois, dans le noir contrainte de subir les gémissements du sommier et ceux plus lascifs des invitées de mon hôte.

Finalement, j’ai eu mon excursion à Florence, mais ce fut pour découvrir les intentions mercantiles de mon ravisseur. Il tenta de me vendre à un antiquaire, qui, lui, vendit la mèche à la police.

On vient de me ramener à Paris. Je fais la une des journaux, mais l’épisode Vincenzo m’a ouvert les yeux. J’en ai ma claque de la domination masculine, du sourire obligatoire et du « sois belle et tais-toi ». Un de ces quatre, j’envoie valser ma robe, et, seins nus, avec la vénus de Milo, l’Odalisque d’Ingres, Bethsabée sortie du bain et quelques autres, on va manifester. Une sacrée pagaille dans le musée !
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 23/02/2016 14:07:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 821

MessagePosté le: 23/02/2016 16:54:00    Sujet du message: Ravie Répondre en citant

Une bonne idée que d'évoquer le vol de La Joconde et de faire parler cette Mona Lisa, ce qu'elle fait d'ailleurs dans un style alerte et avec beaucoup d'humour. Sacrée coquine ! Quant à la chute, elle m'a ravie ! Mon N°1.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 08:47:15    Sujet du message: Ravie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> jeu 221 Le jeu des annnées folles -> Critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com