A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Betty

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 222 - la plante verte de Versailles -> critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
clara b.
Plume de Quetzal


Inscrit le: 23 Jan 2016
Messages: 22

MessagePosté le: 08/03/2016 18:18:48    Sujet du message: Betty Répondre en citant

Betty

C’est tout ce qu’il lui restait, Betty, leur plante verte. Bien sûr, c’est allé par étapes, il a vidé l’appartement de sa présence, par étapes. Les choses pratiques d’abord : son nécessaire de toilette : l’odeur de son déodorant n’embaume plus les carreaux de la salle de bains. Puis la penderie s’est vidée, elle ne pouvait plus tremper ses chemises de ses larmes. Puis sa guitare, dont les accords ne résonnent plus entre ces murs, ses livres et ses bibelots. Un grand vide, à la place.

Mais il avait laissé Betty. Elle avait été témoin de leur aménagement rue Berthier. Ils l’avaient placée près d’une fenêtre de sorte que le soleil la baignât de sa lumière tout au long de la matinée. Elle trônait au milieu du salon propre et fonctionnel de ce couple conventionnel.

Marc était ingénieur informatique, Estelle était professeur à l’ISIPCA*.
Betty faisait partie du dernier voyage d’IKEA, la touche finale au décor de leur histoire. Elle avait assisté à la pendaison de crémaillère, aux dîners, aux soirées entre amis.
Ils ne souhaitaient pas encore d’enfants, pas d’animaux de compagnie : ils n’étaient que tous les trois.

Puis vinrent les temps sombres, les disputes, les pleurs parfois. Soir après soir, car il n’était plus trois, mais quatre, une inconnue s’était glissée dans cette équation.
Les éclats de voix, les portes qui claquent. Estelle, seule sur le canapé, Marc n’est pas rentré. Lorsqu’il revint, c’était pour récupérer ses affaires.

Estelle a prétexté une grippe, a pris des calmants et a dormi pendant vingt heures.
À son réveil, elle a croisé Betty des yeux et s’est peut-être rendue compte que c’était la seule trace de leur vie commune. Alors mi-supersticieuse mi-rêveuse, elle s’emplit d’un espoir fou de retrouver Marc en prenant soin de Betty. Elle l’arrosait, l’époussetait, lui parlait tous les jours. C’est là qu’elle la nomma du nom de l’héroïne d’un film qu’ils adoraient. Elle lustrait cet amour en entretenant son témoin.

Betty était choyée, elle s’épanouissait de jour en jour : grandissant, verdissant, une vraie renaissance. Estelle, elle, maigrissait, souffrait l’absence. Elle dormait peu, mangeait à peine, pleurait sans cesse. Mais elle s’accrochait à cet espoir, Betty ou la promesse d’un retour.

Les mois passèrent, elle se ressaisit, retrouva peu à peu un semblant de normalité. Rire entre amis, sortir dans les bars, un nouveau départ.

Un de ces soirs, dans un de ces bars, elle le rencontra. Il avait un ”je-ne-sais-quoi” qui lui plut d’instinct. Ils passèrent cette soirée et bien d’autres, ensemble.
Betty était délaissée, la terre craquait entre ses racines, ses feuilles pendaient molles le long de ses tiges. Le soleil la brûlait, la laissant plus assoiffée encore.
Estelle, elle, resplendissait : maquillée, appretée comme une amoureuse, heureuse à nouveau.

Vint le jour où elle décida d’emménager chez l’inconnu. Il vivait Avenue Mirabeau, tout près de son travail. Elle loua un camion et vida son appartement en une journée.
Betty fit partie du dernier voyage, destination : les poubelles de l’immeuble.



*ISIPCA: Institut supérieur international du parfum, de la cosmétique et de l'aromatique alimentaire
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/03/2016 18:18:48    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 899

MessagePosté le: 09/03/2016 09:03:49    Sujet du message: Betty Répondre en citant

Associer la vie de la plante verte aux tribulations de celle de ses, puis sa propritaire(s), c'était une excellente idée et l'histoire est très bien menée et agréable à lire. Le lien avec Versailles m'a paru trop absent, plutôt trop bien caché, donc je n'ai pas retenu ce texte.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 984

MessagePosté le: 10/03/2016 11:51:13    Sujet du message: Betty Répondre en citant

Mon N° 2. La plante verte ainsi que sa grandeur et sa décadence sont bien présentes dans ce texte ; Pas de trace de Versailles ni de Jouy en Josas , mais à mon sens, ce n’était pas la contrainte principale, puisque Jouy en Josas, autant dire n’importe où. Et J’aurais été bien en peine si j’avais voulu voter pour un texte qui respecte toutes les contraintes…
Comme Danielle, j’ai trouvé cette histoire bien racontée, avec une agréable pointe de cynisme, et excellente l’idée de lier l’histoire de la plante à celle du couple. Amusante aussi l’opposition entre les apparences respectives d’Estelle et de Betty : lorsque l’une resplendit, l’autre dépérit et vice-versa.
Quelques fautes, que je laisse l’auteur trouver.
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Hori
Administrateur


Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 1 913

MessagePosté le: 11/03/2016 19:34:42    Sujet du message: Betty Répondre en citant

C'était mon numéro trois ! Smile

Tobermory a écrit:
...excellente l’idée de lier l’histoire de la plante à celle du couple. Amusante aussi l’opposition entre les apparences respectives d’Estelle et de Betty : lorsque l’une resplendit, l’autre dépérit et vice-versa.


Je ne saurais mieux dire.

- Il y a répétition de par étapes dans la première phrase, on peut supprimer la dernière mention.
- C’est là qu’elle la nomma... : cette formulation très orale me chiffonne un peu ; on pourrait dire c'est alors qu'elle la nomma, ou tout simplement elle la nomma... J'admets que l'écriture directe sied à ce genre de conte contemporain, avec des phrases sans verbes, des accumulations de groupes de mots et une grammaire "relâchée".
- Estelle a prétexté une grippe...: cette phrase et la suivante sont au passé composé, puis on passe au passé simple. On pourrait dire s'est empli au lieu de s'emplit, ce qui assure une meilleure unité de temps. Par contre dans le paragraphe au-dessus l'alternance présent/passé simple est harmonieuse, le présent accélère la narration au bon moment.
Revenir en haut
clara b.
Plume de Quetzal


Inscrit le: 23 Jan 2016
Messages: 22

MessagePosté le: 18/03/2016 19:09:52    Sujet du message: Betty Répondre en citant

Merci pour ces retours!
J'avoues, Danielle que Versailles n'était pas si présente... j'ai mis quelques noms de rue et l'institut mais c'est vrai que c'était moyen
Merci Tobermory! Argh! ces maudites fautes! J'écris souvent tard le soir et sans correcteur orthographique, ça n'aide pas. Je me relirai à la loupe à l'avenir.
Hori: super ton analyse si pointue et fine! Merci!
A tous un grand merci pour votre bienveillance envers la novice que je suis!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 17/01/2017 10:05:35    Sujet du message: Betty

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 222 - la plante verte de Versailles -> critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com