A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

MYOPUS GRADUS
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 19/03/2016 09:22:28    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Feuilleton en une vingtaine d'épisodes "MYOPUS GRADUS". Pourquoi feuilleton ? Parce que 3 fois par semaine 2000 à 2500 caractères environ (c'est pourquoi je ne poste pas dans "Critiques constructives", trop restrictif pour cet exercice d'écriture).

Je prends ma plume "académicienne" ( Oui, c'est un copain qui m'a fait cette réflexion "trop académique ce style! " - oui, mais moi j'en ai assez des phrases courtes et/ ou nominales et du langage courant ! ).

NB : Toute similitude avec des personnages ayant existé peut s'avérer... vraie ! Smile

Vous ne souhaitez pas lire ? Tant pis pour vous ! Smile

@Dona : quel est ton objectif ?

Moi : écrire régulièrement ! C'est une question d'hygiène littéraire !

Allez, c'est parti.


Dernière édition par Donaco le 19/03/2016 09:26:40; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/03/2016 09:22:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 19/03/2016 09:25:52    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

" MYOPUS GRADUS " épisode 1 :




« La directrice ouvrit la porte de la classe, les élèves se levèrent, leur maître me salua et nous rejouâmes en quelque sorte la célèbre scène du nouveau, dans « Madame Bovary » de Gustave Flaubert. Mais nous la jouâmes à l'envers.

Je fus aussitôt médusée par cette piètre assemblée qui me dévisagea pendant plusieurs minutes. Derrière moi, j'entendais la directrice expliquer aux élèves de la 4ème B du collège privé « Notre-Dame de la Recouvrance » qu'ils se devaient de m'accueillir dans leur classe. J'étais seule, dans une ville et collège inconnus insista-t-elle, on devait faire en sorte que je rattrape le niveau de la classe et que je puisse m'intégrer le plus vite possible...

J'observai ce qui me semblait être une assemblée de gueux... Le mot est idoine bien qu'il paraisse extravagant. C'est vraiment d'un œil torve que je dévisageais ces visages stupides, aux sourires niais, ces garçons balourds et crasseux aux genoux, ces filles mal dégrossies aux vêtements mal assortis. Je posai mon regard sur une grande blonde dont le pull rose bonbon, tricoté en laine grossière (oui, du fait main grand-mère maison, le comble de la vulgarité) était apparié d'un pantalon en Tergal moulant mais large du bas, vert bouteille. La touche suprême était ses baskets blanches...

Jamais je n'avais espéré voir en vrai un spécimen de cette envergure !... Cela existait donc vraiment cette absence totale de goût et même cette culture du mauvais goût ?... C'était en quelque sorte une aubaine pour philosopher avec la misanthropie qui m'arrivait d'un collège où l'élégance et le luxe régnaient en maître, un de ces collèges bourgeois où la moitié de la progéniture des notables de cette grande ville étudiaient jusqu'au baccalauréat. J'arrivais à point dans ce qui me semblait être un lieu d'indigence intellectuelle. J'observai de près ces jeunes invertébrés que j'avais déjà jugés. J'allais les briser.

Une joie démoniaque emplit mon cœur aigri et je pris place là où le maître venait de me l'indiquer: 3ème rang à gauche. Ma voisine directe était donc cette jeune fille inélégante et grossière en pull-over fait main. Elle s'appelait Blandine. Blandine, comme celle que les lions refusèrent de dévorer dans l'arène ? remarquai-je. Elle ne savait pas ; je compris immédiatement que cette fille m'était prédestinée pour faire mes premières griffes dans ce collège de province. Et j'aiguisais mes serres en jubilant intérieurement. Ces nigauds, j'allais leur en mettre plein la vue. "


Dernière édition par Donaco le 11/05/2016 21:47:12; édité 2 fois
Revenir en haut
jeeves
Plume de Phoenix


Inscrit le: 30 Aoû 2012
Messages: 1 373

MessagePosté le: 20/03/2016 17:04:24    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Une situation qui a du arriver dans beaucoup d'écoles et qui me ramène des années en arrière...J'attends la suite.
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 20/03/2016 18:19:59    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Merci pour cet encouragement Jeeves ! Smile

Episode 2, demain.
Revenir en haut
Sachka
Plume de Griffon


Inscrit le: 09 Déc 2007
Messages: 1 806

MessagePosté le: 20/03/2016 18:24:53    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Je crois que tu devrais abandonner le passé simple, et l'imparfait en partie, sur ce coup-là.
A mon sens, ça handicape ton récit qui est très vivant dans le fond.
_________________
Into the woods, we must go.
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 20/03/2016 18:42:01    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Agréable mise en bouche. Je trouve aussi que ton récit gagnerait en vigueur si tu le faisais au présent. D'autant que passé simple, imparfait, leur emploi est parfois discutable dans certaines phrases. Et puis le présent de narration, c'est tellement vivant !
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hori
Administrateur


Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 1 827

MessagePosté le: 20/03/2016 18:47:46    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

J'ai lu le texte sans commenter - je n'aurais rien trouvé d'autre que "vite, la suite !" à écrire - mais je réagis aux commentaires de Sachka et de Danielle : j’apprécie au contraire beaucoup cette narration traditionnelle, qui est d'ailleurs le principe du défi que s'est lancée Donaco : renouer et jouer avec son style académique. Cette narration est plus exigeante lorsqu'on écrit en focalisation interne et que le narrateur ne connait pas le futur, mais je trouve que Donaco s'en sort plutôt bien. J'ai hâte de voir comment l'innocente cagole au pull rose va s'en sortir face à l'odieuse nouvelle...
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 20/03/2016 20:55:39    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Ah... je crains de vous décevoir sur deux points : ce n'est pas un récit d'action... Et tout est à l'imparfait et au passé-simple. Il y a même quelques subjonctifs passés... (j'ai quelques épisodes d'avance)

Mais c'est vrai, comme dit Hori, que c'est un peu mon challenge !Smile Merci de vous y être intéressées en tout cas.
Revenir en haut
DocLulu
Plume de Kinor


Inscrit le: 29 Fév 2016
Messages: 113

MessagePosté le: 20/03/2016 22:45:46    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

J'ai dévoré ton récit Donato ! Le temps employé me convient parfaitement et donne un air un peu ancien à ton histoire qui nous pousse dans le passé, et c'est très agréable !
De plus tu m'oblige a ouvrir mon dictionnaire pour quelques mots ce qui est instructif.. Wink
Vite la suite !
_________________
Écriture, l'ancre de nos vies.
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 21/03/2016 10:16:14    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

" Myopus gradus " épisode 2 :



" Depuis toujours, j'avais été une bonne élève en français, en latin, en langues, en histoire. Mes notes étaient pitoyables en mathématiques, en sciences physiques et en chimie. Les enseignants de ces matières ne m'avaient jamais donné le goût d'étudier et leur strictité à mon égard empêchait tout rapprochement. J'avais grandi dans l'ignorance de ces domaines, ignorance crasse que je cultivais par mépris pour ces professeurs masculins pour la plupart, si rigides et mal vêtus.

Rien n'égalait les professeurs de littérature que j'avais eus jusqu' alors. Elles étaient toutes femmes élégantes et raffinées aussi bien physiquement que d'esprit. Toutes avaient remarqué en moi une sensibilité hors du commun, un goût immodéré des Lettres, une plume agile ; je les avais toutes profondément respectées. Si je n'étais pas toujours la meilleure, j'étais toujours la plus originale et mes écrits étaient régulièrement lus en cours. J'avais appris à cultiver ma différence oui, mais à force de mépris et de rejet de tous ceux qui ne me semblaient pas dignes de la comprendre ou bien pis, de l'apprécier. Je laissais depuis longtemps, au rebut, ces êtres passables et monotones que les anthologies de littérature enseignées en classe par des maîtres passionnés ne faisaient pas vibrer.

J'arrivais donc dans un collège de province, situé dans une bourgade du bord de mer et j'allais avoir la chance incroyable de côtoyer des fils et filles de marins, pêcheurs en mer ou cultivateurs. Cette perspective de briller dans un cercle de pauvres gens m'enivra dès les premiers jours et en plus de mettre un point d'honneur à ma distinction vestimentaire, je me préparai aussi à mettre en avant ma faconde littéraire.

Ma première journée fut consacrée à faire connaissance avec ces nouveaux camarades de classe, cobayes innocents et bêtes jugeai-je lorsque je les entendis parler avec un fort accent de campagne. Dès le premier soir, j'avais détecté les fortes têtes : Rabbit, le premier que j'eus surnommé à cause de ses dents en avant était affreusement myope et enlaidi par une paire de lunettes du plus mauvais goût. C'était un bon footballeur disait-on. Ah bon ? répondis-je, sourire narquois aux lèvres. Ils ne comprirent pas l'ironie du propos, eux non plus...

Ma voisine, Blandine, avait deux parents agriculteurs et ne cessa de chanter les louanges de la vie pastorale qu'elle menait au foyer, agrémentée des naissances des lapineaux et autres créatures de basse-cour. Je la jugeai sur le champ car en plus d'arborer fièrement son pull-over maison, elle était gentille. Bécasse fut mon verdict. Je ne pouvais rien faire pour elle et dès le premier jour, je condamnais son âme naïve à errer dans les limbes de l'inculture et du mauvais goût. Rabbit, grand échalas au regard bigleux me surprendrait plus tard. Quant aux autres... Certains se hasardèrent à poser des questions trop personnelles et mes réponses, incisives, les incitèrent à ne plus jamais m'en poser par la suite. "


Dernière édition par Donaco le 30/04/2016 16:57:26; édité 1 fois
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 21/03/2016 10:23:16    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

C'est quoi le blème avec "lapineaux" ? Le correcteur le souligne ?? C'est "lapinots" ? Non. " Lapinaux" ? Non plus... Ce n'est pas le vrai nom pour désigner la progéniture du lapin...
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 21/03/2016 12:17:01    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Lapineau serait une variante du mot académique lapereau.

Après lecture de cette seconde partie, je souscris à ton souhait d'utiliser les temps du passé.
Sur le fond, je souhaite vivement que par la suite, la narratrice se fasse moucher ou change de comportement parce que pour le moment: Quelle suffisance, quel mépris, une tête grosse comme une citrouille qu'on a envie de gifler !
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
DocLulu
Plume de Kinor


Inscrit le: 29 Fév 2016
Messages: 113

MessagePosté le: 21/03/2016 18:45:04    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

J'adore au contraire le caractère mordant de cette jeune fille ! Pressé de savoir qu'est ce qui l'a amenée a déménagé dans cette contrée lugubre et arriérée !
_________________
Écriture, l'ancre de nos vies.
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 21/03/2016 19:14:10    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Sûr que le personnage est bien vu, Doclulu mais sincèrement c'est le genre de pimbêche snobinarde et prétentieuse que j'aurais plaisir à remettre en place.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 23/03/2016 11:03:25    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

" Myopus gradus " épisode 3 :


" Le professeur de Français enseignait également l'Histoire-Géographie. C'était un homme d'une quarantaine d'années, sain, qui donnait l'image d'un être élevé à coups de bon air pur et chargé d'iode tel qu'on en trouvait dans cette atmosphère de village marin. Son visage poupin et ses yeux joyeux, son allure décontractée ne me firent pas bonne impression. S'il n'avait pas les mains d'un cultivateur, il en avait le pantalon en velours, passé et déformé. Sa diction plutôt lente ôta toute saveur au poème de Victor Hugo que nous étudiâmes ce jour-là. Je trouvais cet enseignant bien terne. Probablement son origine plébéienne empêchait toute élégance rimique chez cet individu qui se faisait un chimérique empire sur ses élèves, ces cul-terreux qui ne connaissaient même pas la définition de l'hémistiche dans un alexandrin !...

Je répondis ce jour-là comme toutes les autres fois à toutes ses questions et de la pertinence de mes réponses vint le sujet du devoir de la semaine suivante. «  Vous êtes un courtisan du Roi-Soleil. Vous écrivez un poème pour chanter son éloge. » Là où les avortons mordus de football qu'était la bande des garçons et les filles, immatures, poussèrent des cris d'indignation face à un sujet si nébuleux pour leurs cervelles lacunaires, je découvris les joies de l'inspiration. Ce fut immédiat et jouissif. Je savais déjà. Et je quittai la classe, le plan de mon écrit parfaitement établi dans mon esprit. Il me fallut quelques heures à la bibliothèque municipale pour rédiger le portrait de mon courtisan du Grand siècle. Bientôt : jabot, redingote, lavallière, pourpoint, rhingrave, justaucorps, cordon de Saint-Louis n'eurent plus de secret pour moi et Versailles, ressuscité, m'ouvrit en grand ses portes.

J'avais 15 ans quand j'achevai mon récit mais en réalité, nous étions le 1er septembre 1715 et la pâle lumière de l'aube baignait le château tout entier. C'était grandiose, solennel et en grande pompe à tel point que tous les courtisans céans me saluèrent dignement, leurs chapeaux à plumes balayant avec panache le parquet hongrois de la chambre royale. Ils remerciaient dans le même geste, le plus grand des monarques de France et le chantre talentueux qui avait accompagné ses derniers soupirs : c'était moi. "


Dernière édition par Donaco le 25/03/2016 09:27:30; édité 5 fois
Revenir en haut
Hori
Administrateur


Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 1 827

MessagePosté le: 23/03/2016 19:07:18    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Pourquoi 1700 années de plus ? 340 suffisent amplement pour se retrouver à la cour du Roi Soleil, à moins que ton récit ne se déroule durant le IV ième millénaire.

Autrement, toujours aussi savoureux.
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 23/03/2016 20:34:39    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Hori a écrit:
Pourquoi 1700 années de plus ? 340 suffisent amplement pour se retrouver à la cour du Roi Soleil, à moins que ton récit ne se déroule durant le IV ième millénaire.

Autrement, toujours aussi savoureux.



Oh oui! Merci Hori ! Je n'y avais pas fait attention du tout. Il faut que je corrige cela très vite. Merci d'avoir lu:)
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 23/03/2016 21:38:24    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Corrigé. Merci!
Revenir en haut
DocLulu
Plume de Kinor


Inscrit le: 29 Fév 2016
Messages: 113

MessagePosté le: 23/03/2016 21:51:21    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Miam ! Un lien va-t-il se nouer entre ce bourgeon littéraire et notre vieux professeur ? On attend la suite Wink
_________________
Écriture, l'ancre de nos vies.
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 25/03/2016 09:18:03    Sujet du message: MYOPUS GRADUS Répondre en citant

Merci DocLulu ! Smile

L'épisode 4 est un peu long ( 4100 caractères ) mais il se lit facilement.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 05/12/2016 09:28:17    Sujet du message: MYOPUS GRADUS

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com