A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une Renaissance

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DocLulu
Plume de Kinor


Inscrit le: 29 Fév 2016
Messages: 113

MessagePosté le: 16/04/2016 11:26:36    Sujet du message: Une Renaissance Répondre en citant

Bonjour à tous !

J'ai envie de me lancer sur quelque chose de long. Je ne vous donnerai pas le synopsis par peur de vous gâcher la découverte.

Voilà le début. Si il vous plaît je vous présenterai la suite au fur et a mesure que je l'écrirai.


Amicalement Doclulu.
_________________
Écriture, l'ancre de nos vies.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 16/04/2016 11:26:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DocLulu
Plume de Kinor


Inscrit le: 29 Fév 2016
Messages: 113

MessagePosté le: 16/04/2016 11:27:54    Sujet du message: Une Renaissance Répondre en citant

I

« Nicolas ! Appelle l’ hôpital s’il te plaît. Je ne me sens pas bien du tout aujourd’hui. »

Cela faisait déjà 3 ans que ma maladie évoluait et 6 mois qu’elle échappait à tout contrôle. De la femme qui ne montrait rien de cette noirceur interne, je suis passé à celle qui sortait moins, puis qui ne sortait plus.

Puis les douleurs ont commencées à apparaître. Ces douleurs insomniantes qui vous lancent, vous tordent, vous rendent obnubilée. Les traitements ne tardent pas à être instaurés, eux aussi au départ on les refuse. Peur d’être incohérent, de ne plus pouvoir tenir une conversation avec notre entourage. Mais ils deviennent indispensables, et on les prend.

Dans ces moments sans douleurs, on reste chez nous, crispé à nos moindres symptômes, à l’écoute de notre corps. A l’ écoute d’un prochain signe qui évoquerai la domination de la maladie.

Mais parlons de moi. Je m’appelle Sylvie, j’ai soixante-douze ans et je suis atteinte d’un cancer. Je passe actuellement quatre-vingt pourcents du temps allongée à trouver des positions antalgiques. Harassée par une fatigue indescriptible. Je peux tenter de vous la traduire… Imaginez un homme colossal, que dis-je, un géant. Un géant qui vous maintiendrai chaque membre, qui s’opposerai à chacun de vos mouvement, et par-dessus ça, le combat se déroulerai dans un espace appauvri en oxygène. Un combat ou chaque bouffée d’air serait une victoire, et où chacune d’elles serait insuffisante pour l’effort accompli.

Lors de mon dernier séjour à l’hôpital, j’étais extrêmement essoufflée et l’on a discuté avec moi. On a discuté du bénéfice de continuer les traitements par rapport au risque que je prenais, et il n’ était pas favorable. C’ est comme ça que je suis rentré chez moi, allongée ,comme à mon habitude ces dernier temps.
J’ai débuté un bon nombre de réflexions sur ma vie. Les bons moments, les épreuves, une sorte de bilan. J’ai eu beaucoup de temps pour penser à tout ça entre mes nombreuses siestes, les secondes paraissant des heures, le temps n’a pas la même portée lorsque l’on attend sa mort.

Dans mon esprit se dressent tour à tour, mon enfance, mes parents, mes enfants, leurs enfants, mon mari… Mon mari. Il a l’air noyé par tout ce qu’il se passe, entre les moments passés avec moi à me dire, le regard dans le vide, que je vais m’en sortir et les instants où je l’entend sangloter seul en pensant que je dors.

Les jours se répètent actuellement, l’heure ne prend plus cours, le calendrier est démodé, et je suis déboussolée. Je me réveille, je regarde autour de moi et lorsque mes yeux sont ouverts, je vois se diriger vers moi plusieurs denrées alimentaires destinées à me faire prendre des forces. Que je me destine à prendre non pas parce que j’y crois mais parce qu’ils y croient. Actuellement tous les jours sont identiques, entre réveils réccurents et prise de médicaments intempestifs.

Mais aujourd’hui est différent. Aujourd’hui est le jour où je meurs.
_________________
Écriture, l'ancre de nos vies.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 08:47:07    Sujet du message: Une Renaissance

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com