A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Lutte de classe

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lili
Plume de Benu


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 244

MessagePosté le: 20/04/2016 10:02:00    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Lutte de classe

— Tu veux me parler, annonce un garçon en s’asseyant sur un banc de la cour du lycée Prévert près d’une brunette élégamment vêtue.
— Oui, je veux te demander un service, avance la fille dont les yeux marron n’ont rien d’amical.
— Demande toujours, propose le garçon.
— Je souhaite que tu me laisses la première place ce mois-ci, tu peux me rendre ce service, c’est important.
— Aucune chance, tu m’as piqué la première place le mois dernier, cela suffit. Anne-Laure, tu abuses.
— Je t’assure, c’est primordial pour moi, affirme la fille péremptoire. Marc, s’il te plaît !
— J’aurais tout entendu, la fille de bourgeois, hautaine et fière, devient polie et suppliante avec les prolétaires !
— Mon père sera là !
— Eh alors, si tu veux être la première tu bosses, c’est tout.
— Si je n’y arrive pas ?
— J’y arrive bien moi, le gamin des bas-fonds aux murs tagués, habitant dans un logement insalubre. Alors la petite Barbie des beaux quartiers, elle bosse un peu et elle gagne.
— Tu es vachard. Mon père vient pour mon anniversaire, je voulais lui faire ce cadeau, pleurniche la fille.
— Je crois que tu penses surtout à toi dans cette histoire.
— À moi, je ne vois pas… avoue Anne-Laure.
— Pas à moi, tu vois très bien ce à quoi je pense.
— Je t’assure, je ne vois pas !
— Je t’assure, je ne vois pas ! reprend Marc en imitant la fille. Le rôle d’idiote ne te va pas. Ton jeu est transparent.
— En résumé tu refuses de me laisser la première place.
— Parfaitement ! Et ta demande m’incite à la performance pour te battre sur le poteau. Ta demande me donne envie de contrarier tes plans sordides.
— Sordides ? Comment y vas-tu ? Tu ne fais jamais plaisir à ton père toi ? s’exclame la brunette.
— Lorsque j’obtiens de bonnes notes mon père est content, c’est tout. Et mes notes je les ai gagnées.
— Tu veux combien pour me laisser la place, insiste Anne-Laure.
— Tout de suite, les arguments de riches, je vais mettre une ardeur décuplée à être premier. Tu vas être déçue.
— C’est pour mon père !
— Arrête ton cinéma. Dis-moi ce que ton père t’a promis si tu es première, ce sera plus simple !
— Tu as le culot de supposer… et d’affirmer que c’est moi qui suis de mauvaise foi ! proteste Anne-Laure
— Pour la première place, les notes feront la différence, je ne me coucherai pas.
— Je m’en doutais, tu transformes tout en lutte des classes. Pour toi, il n’y a que deux catégories : les riches et les pauvres. Vous êtes tous pareils !
— Tu dis à peine bonjour aux élèves de mon quartier, avec tes copines vous rigolez en douce de nos habits, de nos chaussures qui ne sont pas à la mode et tu oses t’aplatir pour me demander un service.
— C’est pour mon père…
— Désolé, notre linge, même propre ne va pas dans le même panier. Travaille pour me battre.

— Tu vois le résultat de nos chamailleries, ronchonne Anne-Laure trois semaines plus tard, attrapant le bras de Marc qui s’apprête à sortir du lycée. Ce n’est pas juste.
— C’est très juste, Anthony a la meilleure note, tu es battue et moi aussi.
— Troisième, tu parles d’un classement, mon père va être déçu, affirme la gamine. Et le tien ?
— Le mien s’en fiche, il sait qu’il y a des hauts et des bas. Et moi aussi je m’en fiche. Je pouvais rendre un ou deux mauvais devoirs. Malgré mon refus, j’ai mis la pédale douce pour te favoriser, un peu malgré moi.
— Cela n’a servi à rien, reconnaît Anne-Laure avec un léger sourire vers le garçon.
— Et tu y perds ton scooter, affirme le garçon avec un petit sourire narquois.
— Comment… tu sais ? Ah, les copines ont parlé.
— Anthony a profité de la situation et tout le monde y perd. La division est toujours une pratique néfaste. En essayant de me corrompre, en montant un clan contre moi, tu as ouvert la porte toute grande à l’intrus. Sans toi, j’étais second, toi, je ne sais pas ! Je mets le paquet pour le mois prochain, tu devras t’accrocher.

Lili
_________________
À quoi sert de voir dans un monde qui ferme le yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 20/04/2016 10:02:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Orcus
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 05 Juin 2013
Messages: 908

MessagePosté le: 20/04/2016 15:21:04    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Lutte des classes un peu aseptisée, mais plaisante à lire. Pas facile à satisfaire, cette demande : comment lever le pied suffisamment, mais pas trop ? Je suppose que ces deux-là vont finir par être copains.
_________________
En savoir plus
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 20/04/2016 15:29:25    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Moi qui ai tant de mal à écrire des dialogues, j'avoue que je reste assez admirative de l'ensemble : descriptions intégrées dans la conversation, histoire plausible, progression, dénouement, effet de chute... Pas mal !

Mon seul bémol : la manière dont parle le garçon n'est pas très crédible. Il gagnerait à parler un peu plus en argot de cité, ça ne l'empêche pas d'être bon élève mais après tout il s'en fiche... Il y a quelque paradoxe qui me gêne là-dedans...
Revenir en haut
Orcus
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 05 Juin 2013
Messages: 908

MessagePosté le: 20/04/2016 17:55:10    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Marc ne vient peut-être pas de la cité, je le vois plutôt en fils "d'ouvrier" brillant. Evidemment, deux jeunes qui s'expriment correctement par les temps qui courent (où ?) sans s'insulter, ça fait bizarre. Là où je te rejoins, c'est au niveau du caractère très policé des dialogues. Dans la "vraie vie", ce n'est pas aussi cordial.
_________________
En savoir plus
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lili
Plume de Benu


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 244

MessagePosté le: 20/04/2016 18:10:25    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

J'ai remanié le texte pour en faire une version plus « peuple », j'ai eu du mal. Les mots ne venaient pas tout seul. Je la mets en réponse ou dans un nouveau fil ?
_________________
À quoi sert de voir dans un monde qui ferme le yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 20/04/2016 18:48:49    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Poste-le à suivre, ici. sourire
Revenir en haut
Lili
Plume de Benu


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 244

MessagePosté le: 20/04/2016 19:08:14    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Lutte de classe révisée langage de cour de récréation

— Tu veux me parler, annonce un garçon en s’asseyant sur un banc de la cour du lycée Prévert près d’une brunette élégamment vêtue.
— Oui, je veux te demander un service, avance la fille dont les yeux marron n’ont rien d’amical.
— Venant d’une nana comme toi, je suis méfiant ! Demande toujours, propose le garçon.
— Je souhaite que tu me laisses la première place ce mois-ci, tu peux me rendre ce service, c’est important.
— Alors là que dalle, tu l’as chopée le mois dernier, tu ne vas pas m’avoir ce coup-ci. Anne-Laure, tu abuses.
— Je t’assure, c’est primordial pour moi, affirme la fille péremptoire. Marc, s’il te plaît !
— J’aurais tout entendu, la fille de bourges, qui se prend pour le nombril du monde, devient aimable et implorante avec les zonards, je ne te reconnais plus !
— Mon père sera là !
— Eh alors, si tu veux être la première tu torches le boulot comme il faut, c’est tout.
— Si je n’y arrive pas ?
— J’y arrive bien moi ! Ouvre tes quinquets : c’est moi, le mec détestable des bas-fonds de la cité aux murs peinturlurés, habitant dans un logement de la taille de ton placard à fringue. La petite Barbie du château avec sa piscine, ne va pas se noyer dans un verre d’eau. Elle peut se la faire toute seule sa première place, elle bosse un peu et elle gagne le pompon.
— Tu es vachard. Mon père vient pour mon anniversaire, je voulais lui faire ce cadeau, pleurniche la fille.
— Je ne mords pas là-dedans, je crois que tu penses surtout à ta pomme dans cette histoire.
— À moi, je ne vois pas… avoue Anne-Laure.
— Pas de salade avec moi, tu entraves très bien ce que je veux dire.
— Je t’assure, je ne vois pas !
— Je t’assure, je ne vois pas ! reprend Marc en imitant la fille. Le rôle de pouffe ne te convient pas, tu n’as ni l’effronterie d’une bimbo ni d’une lolita ou d’une gigolette, trop raide, trop racornie. Je ne kiffe pas ta proposition, elle sent le coup fourré à plein nez !
— En résumé tu refuses de me laisser la première place.
— Tu as tout imprimé ! Et ta demande me colle la haine, compte sur moi, je vais tout faire pour te mettre la honte. Ta proposition sordide me donne envie de te bananer avec tes plans tordus.
— Sordide ? Comment y vas-tu ? Tu ne fais jamais plaisir à ton père toi ? s’exclame la brunette.
— Lorsque j’ai de bonnes notes mon vieux est content, c’est tout. Les miennes je les gagne. Le tien ne va pas clamser pour un graffiti du prof sur ton bulletin.
— Tu veux combien pour me laisser la place, insiste Anne-Laure.
— Tout de suite, on parle pognon, c’est le seul argument des riches, celui qui ne marche jamais avec moi, je vais résister, me défoncer grave, tu es prévenue.
— C’est pour mon père !
— Arrête ton cinoche. À force de tremper tes fesses dans ta piscine, le chore a ramolli ta comprenoire. Ton pater t’a promis monts et merveilles. Il t’a promis quoi au juste ? Pas un tacot, tu n’as pas le permis ! Alors c’est quoi ?
— Tu as le culot de supposer… et d’affirmer que je suis intéressée et de mauvaise foi ! proteste Anne-Laure
— Tu marnes, les notes feront la différence, le jeu ne sera pas truqué, je ne vais pas m’aplatir devant une meuf comme toi qui m’évites comme la peste quand elle n’a besoin de rien
— Je m’en doutais, tu transformes tout en lutte des classes. Pour toi, il n’y a que deux catégories : les riches et les pauvres. Vous êtes tous pareils !
— Avec tes copines, tu regardes les zonards du quartier uniquement pour rigoler en douce, nous trouver mal lingés.
— Lingés…
— Habillés si tu préfères… Vous nous zieutez en douce pour vous foutre de nos blousons, de nos grimpants et de nos grolles qui ne sont pas à la mode. Maintenant, tu oses t’aplatir pour me demander une faveur. Je te croyais plus farouche au respect des principes de la haute société.
— C’est pour mon père…
— Désolé, notre linge, même propre ne va pas dans le même panier. Imagine ton pyjama en soie et le mien, d’avant-guerre, récupéré au secours populaire, épinglé côte à côte sur la même corde, tu vois le tableau. J’ai trouvé le titre : Disgrâce d’Anne-Laure. Je te conseille de réviser. Cette fois tu vas ramer.

— Tu vois le résultat de nos chamailleries, ronchonne Anne-Laure trois semaines plus tard, attrapant le bras de Marc qui s’apprête à sortir du lycée. Ce n’est pas juste.
— Le meilleur a gagné, c’est nickel non ? Anthony a fait fort, tu es dans les choux et moi aussi.
— Troisième, tu parles d’un classement, mon père va être déçu, affirme la gamine. Et le tien ?
— Le mien s’en fout, il sait qu’il y a des hauts et des bas dans la vie. Et moi aussi je m’en tape. Je pouvais rendre un ou deux devoirs pourraves. Malgré mon refus, je me suis retenu pour te favoriser, un peu par défi.
— Cela n’a servi à rien, reconnaît Anne-Laure avec un léger sourire vers le garçon.
— Et tu y paume ton scooter, affirme le garçon avec un petit rire narquois. À pattes la môme encore un moment
— Comment… tu sais ? Ah, les copines ont parlé.
— Tout le lycée est au courant ! Anthony a profité de la situation et tout le monde y perd. Le trucage est toujours découvert un jour ou l’autre, ce bricolage est pourri. En essayant de m’acheter, en montant ton clan contre moi, tu as ouvert la lourde toute grande à l’intrus. Sans ta cabale, j’étais second, toi, je ne sais pas ! Je mets le paquet pour le mois prochain, tu devras sérieusement t’agripper à ton pupitre pour le garder…

Lili
_________________
À quoi sert de voir dans un monde qui ferme le yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hori
Administrateur


Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 1 824

MessagePosté le: 20/04/2016 20:36:39    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Le premier dialogue est très sympathique mais le registre de langue n'est pas du tout crédible ; j'ai également eu du mal à entrer dans la seconde version. J'ai eu l'impression que le texte était écrit non pas par une adolescente mais par quelqu'un de beaucoup plus âgé (pognon, bananer, gigolette, zonard, quinquets...tous ces termes sonnent vieillis ou campagnards, que ce soit pour des adolescents ou pour des adultes utilisant souvent l'argot).
Revenir en haut
Lili
Plume de Benu


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 244

MessagePosté le: 20/04/2016 21:14:40    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Je ne nie pas. Je suis passionnée des mots, je les ai découverts avec des gens soixante ans plus âgés que moi !

Toutefois, j’ai eu du mal à trouver des expressions qui me plaisent, j’aime sortir le vocabulaire avili par la poussière.

Désormais, je vais me cantonner à mon registre habituel.
_________________
À quoi sert de voir dans un monde qui ferme le yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montparnasse
Plume de Garuda


Inscrit le: 28 Sep 2015
Messages: 355

MessagePosté le: 21/04/2016 09:25:04    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Chacun pourrait essayer de reprendre le texte avec le vocabulaire parlé de "son" temps. Le mien est vieux de 15 ans...
_________________
Comment Eve aurait-elle pu naître d'une côte d'Adam ?
La beauté ne peut être simplement une partie de la force.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jeeves
Plume de Phoenix


Inscrit le: 30 Aoû 2012
Messages: 1 371

MessagePosté le: 21/04/2016 10:45:28    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Mon langage-ado est vieux de 48 ans, "grimpant" était déjà démodé mais j'ai apprécié ce déballage de mots toute-époque. C'est amusant et sympathique.
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 21/04/2016 12:55:09    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

C'est déjà beaucoup mieux à la deuxième version ! Même si ça reste un peu vieilli, ça crée un mélange assez drôle ! Il faut tester encore, tu as bien fait d'essayer - sourire
Revenir en haut
Lili
Plume de Benu


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 244

MessagePosté le: 21/04/2016 16:42:25    Sujet du message: Lutte de classe Répondre en citant

Ce texte est uniquement un exemple pour montrer qu’il est possible d’écrire les descriptions sans sortir du dialogue.

J'ai appris la passion des mots avec des gens soixante ans plus âgés que moi, d'où la courtoisie de mon argot. Je n'en ai pas honte !

J’ai choisi cette histoire parce qu’elle m’est arrivée, en pire, il y a peu de temps. Un garçon m’a demandé, non seulement de le laisser remporter la meilleure note dans un devoir de français, mais en plus, il a eu le culot de me proposer, contre rémunération, de lui écrire le devoir pour qu'il soit certain d’avoir la meilleure note. Où s'arrêtera l’effronterie et le culot des nantis ?

J'en ai déjà parlé, ma prose doit pouvoir être lue par n’importe qui, n’importe où et devant tous les publics. C'est le cas j'espère !

Bon, j’ai compris, désormais je me cantonne à mon écriture traditionnelle, conventionnelle et soutenue.
_________________
À quoi sert de voir dans un monde qui ferme le yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 02/12/2016 20:47:04    Sujet du message: Lutte de classe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com