A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Verts

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 229 - les cinq sens de la honte -> Critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 923

MessagePosté le: 13/06/2016 10:54:34    Sujet du message: Verts Répondre en citant

Luc était revenu, ravivant la honte que Paul tentait de refouler dans les abysses de sa mémoire. Enfants, ils étaient copains, l’attirance des contraires. Paul, fils du pharmacien, effacé, pétri de la morale parentale, Luc, ainé d’une marmaille zonarde, garnement dominateur qui l’emmenait dans ses virées campagnardes pour piller les nids et tuer passereaux, pies, merles, écureuils au lance-pierre. Paul jetait à peine un regard aux cadavres encore chauds, horrifié et fasciné, à peine spectateur, pas même complice. Jusqu’au jour…

Ils suivent un sentier herbeux, frappant le sol d’une baguette de noisetier pour écarter les vipères. Un bruit léger, un froissement de feuilles dans le buisson les immobilise, cœur battant. C’est un lézard vert, impressionnant, bien 20cm de long, qui fixe les deux gamins. « Frappe ! » lance Luc d’une voix sourde mais autoritaire. Paul lève son bâton et l’abaisse sur la bête qui, reins brisés, lève la tête, tentant vainement de fuir. Un frisson hérisse le corps de Paul. Il frappe, frappe tandis que Luc hurle « tue le ! tue le ! » puis conclut : « il est mort, ramasse-le ». Avec répulsion, Paul saisit la dépouille du bout des doigts, le contact de la peau écailleuse lui provoquant un nouveau frisson. Il a eu peur, il est soulagé. Et fier de ce goût de sang et de violence dans sa bouche. De retour chez lui, il attend la nuit pour, en cachette de ses parents, s’introduire dans l’officine, emplir un bocal de formol et y plonger son trophée. L’odeur écœurante lui soulève le cœur. Ensuite il va cacher le bocal derrière le tas de rebuts du débarras.

Quelques mois plus tard, sa mère lui met sous le nez le bocal avec son cadavre aux airs d’embryon malformé :
-C’est quoi ça ?
Et il raconte l’histoire.
-Qu’est-ce qu’il t’avait fait ce lézard ?
Paul baisse la tête
-Rien bien sûr, c’est de la méchanceté pure. Tu me déçois ! Tu m’enlèves cette horreur, tu n’as qu’à le donner à ton copain et après ça, tu ne le fréquentes plus !

La honte monte en lui, consumant jusqu’à la moindre parcelle de son être. Honte de cet acte, qui lui apparait maintenant pour ce qu’il est, une cruauté gratuite, honte du mépris de sa mère.
Quand il remet le bocal à Luc en lui annonçant qu’il ne le reverra plus, l’autre se contente de ricaner.

Paul n’a pas repris la pharmacie, il est devenu vétérinaire et militant écolo, un notable, un homme respecté pour son intégrité, adjoint au maire. Il fait beaucoup pour la protection de la faune locale.Luc est promoteur immobilier en Ile-de-France. Paul espérait ne jamais le revoir, mais il est revenu. Ils se sont croisés, Luc l’a appelé, avec un ignoble clin d’œil, « le vert » et « l’agité du bocal », ajoutant « tu protèges les bestioles à présent… si les gens savaient ! »

Par téléphone, il lui a donné rendez-vous là-bas, sur le sentier, « en souvenir du bon vieux temps ».
Paul accepte, il veut en finir, savoir ce qu’il attend de lui. Sur place, Luc déclare :
- J’ai un projet juteux… construction d’une résidence, en partie sur une zone protégée. J’ai besoin de toi : si l’écolo est d’accord, ça passera à l’aise. Tu auras ta part, et je garderai pour moi l’histoire du lézard vert. Sinon…
Dans le crâne de Paul bouillonne un magma de honte, indignation, haine et fureur. Il lance son poing, mais Luc se penche, se relève un bâton à la main, frappe Paul à la nuque et frappe encore.

Paul s’écroule. Ses idées s’embrument, son cerveau reptilien prend toute la place et ce n’est plus qu’un lézard qui meurt là, sur le sentier.
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 13/06/2016 10:54:34    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DK
Plume de Benu


Inscrit le: 19 Mai 2011
Messages: 198

MessagePosté le: 13/06/2016 11:26:33    Sujet du message: Verts Répondre en citant

On est toujours rattrapé par son karma...
J'ai bien aimé l'opposition des deux personnages mais j'ai trouvé que celui de Luc faisait trop "archétype du mal".
Remarque : mon personnage du petit crapaud n'est pas mal dans son genre, niveau archétype... Razz

Et j'ai adoré la dernière phrase : une chute magistrale !
Revenir en haut
Aureplume
Plume de Garuda


Inscrit le: 26 Mai 2016
Messages: 422

MessagePosté le: 13/06/2016 13:49:03    Sujet du message: Verts Répondre en citant

La honte d'avoir déçu ses parents, et la culpabilité qui ronge une vie entière, comme chacun doit en avoir dans sa vie !

J'ai trouvé l'histoire un peu grosse ceci-dit (est-ce qu'une connerie d'enfant peut amener à de telles situations ?)

Quelle chute par contre ! Super bien amenée !
_________________
"L'anémélectroreculpédalicoupeventombrosoparacloucycle est un vélo à deux roues qui utilise toutes les forces propulsives connues et même inconnues"
Revenir en haut
Dolo21
Plume de Benu


Inscrit le: 06 Mai 2016
Messages: 204

MessagePosté le: 13/06/2016 14:07:12    Sujet du message: Verts Répondre en citant

J'ai apprécié ce texte, l'idée d'une anecdote de l'enfance qui détermine un parcours de vie adulte m'a vraiment plu. Et puis, toutes ces faiblesses humaines si délicatement distillées tout au long du texte. Un vrai plaisir de lecture.
Okay
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 13/06/2016 16:32:29    Sujet du message: Verts Répondre en citant

Dans un premier temps, j'avais noté: "pas suffisamment de sensations"; A la relecture, je retire cette remarque. Je crois que le fait qu'une querelle d'enfants puisse amener les deux protagonistes à une telle extrémité à l'âge adulte a eu du mal à passer.
Sinon, c'est brillamment écrit et les retournements de situation sont savoureux.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 17:16:40    Sujet du message: Verts

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 229 - les cinq sens de la honte -> Critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com