A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rencontres à l'hôpital.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pascou
Plume de Quetzal


Inscrit le: 07 Juin 2016
Messages: 43

MessagePosté le: 02/08/2016 10:46:15    Sujet du message: Rencontres à l'hôpital. Répondre en citant

Rob est un brave type, qui aime faire rire ses potes et hier encore il racontait à ceux- ci son histoire favorite. C'est un type qui rentre tard le soir puisqu'il est huit heures du matin et encore pas mal éméché.Sa femme l'attend sur le pas de la porte et le laisse entrer avant de lui crier
-mais tu étais ou superman ?
Et lui d'expliquer que au bureau le stress, son pote Bruno qui lui propose un verre au bar du coin pour décompresser, !
-mais ça ne justifie pas de rentrer si tard superman !
-non dit il.bien sûr, mais tu sais comment c'est, ensuite on a rencontré Pierre et il nous a entraîné en boite.
-non je ne sais pas comment c'est superman, mais ce que je sais, c'est que ça ne justifie pas cette heure à laquelle tu rentres .
-bon écoute, ensuite nous sommes allés dans un club de nuit au petit matin , en tout bien tout honneur ma chérie, mais au fait pourquoi tu n'arrêtes pas de m'appeler Superman ?
-tu en connais d'autres toi andouille qui mettent leur slip sur leur pantalon.
C'est ainsi qu'est notre grand gaillard de Rob, chaleureux et heureux de vivre.Mais aujourd'hui il est triste le grand Rob. Sa voisine Betty est dépressive depuis plus d'une semaine, celle ci n'a pas ouvert la bouche, et aujourd'hui malgré ses contestations il la conduit à l' hôpital car il craint une grosse déprime.Betty d'habitude n'a aucune hésitation à tailler ses rosiers, comme pour parler avec son voisin devenu ami. Mais là depuis quelques jours elle reste cloitrée et malgré tous les efforts de Rob, rien n' y fait, Betty est muette comme une tombe aphone.Sur le chemin de l'hôpital, Rob tente encore de détendre l'atmosphère pour entendre la voix de Betty, mais rien n' y fait.Enfin l'hôpital est là.

Quand Jenny interne de garde voit la porte automatique des urgences s'ouvrir sur ce couple hétéroclite,elle a son stéthoscope qui se tord de rire.

Rob, est en tenue de travail, le casque encore vissé sur la tête qui doit culminer à pas loin de deux mètres du sol, Betty à son bras, insecte se débattant dans une toile, aux jambes fluettes , s'agitant dans des chaussettes trop grandes pour elles en accordéon.Deux tiges de tulipes au milieu de deux flûtes à champagne ,

En chaussons comme si elle était à la maison avançant sur des patins et un parquet ciré, quand Rob avec ses bottes pleines de terre jaune, balise son passage en semant tout ça derrière lui. Jenny puisqu'elle s'appelle ainsi prend les noms de Rob et Betty, c'est Rob qui décline les identités!

Elisabeth Soupolet et Robin Du buisson !

L'interne les dirige vers la salle d'attente .Dans celle -ci il y a quelques personnes mais surtout un homme, en discutant Rob se présente et son interlocuteur aussi, John, un homme d'affaire éminent qui est aux urgences car il vient de se faire mordre par une OPA des plus hostile dans le partie la plus charnue de son anatomie, son compte en banque.

Sur le mur et afin de laisser patienter les impatients qui sont au nombre de quatre en plus de John Rob et Betty, un écran plat ou défilent les infos en boucle.

un nom revient en boucle dans une édition spéciale, et c'est le sergent Will qui est à l'honneur. Derrière lui un grand jardin , une pelouse impeccable ou un périmètre de sécurité matérialisé par du rubalise et des policiers qui s'activent. La presse dans son ensemble est là. R.T.L et lui, le Daily Mail en concurrence avec le Télégramme, le Parisien fait le Point en Express et c'est sans Humanité que tous tendent leurs cous déplumés de vautours qui ont sentis le cadavre. C'est un chien qui selon toute vraisemblance aurait déterré ce qui semble être une mâchoire, les expertises nous en diront plus commente le journaliste. Tout le quartier est en effervescence, Rob et Betty sursautent en voyant les images de leur quartier, mais même là, Betty ne pipe mot.

Les infos tombent une à une , selon la dernière, il s'agirait d'une mâchoire aux dents bien alignées et saines, peut être un enfant. La rumeur enfle et notre homme d'affaire, John parle déjà de crime d'enfants en série.
Rob regarde avec attention le grand écran et raconte à Betty comme si le fait qu'elle ne parlât plus l'empêchait aussi de voir. Un coup de coude de Betty dans le ventre le fit sursauter et un coup de menton en direction de son casque jaune de chantier le fit le retirer, Betty avait de bonne manière elle! Rob était assis entre John et Betty, le contraste entre Rob et John l'était au moins autant que celui entre John et Betty.John dans son costume trois pièces impeccable, les ongles manucurés et la moustache finement taillé avait une élégance, une prestance qui appuyait encore la tenue de Rob, pas qu'elle soit négligée, non, mais on devinait tout de suite le gars habitué aux travaux extérieurs,sa salopette bleue, son tee shirt blanc et sa barbe mal taillée, même dans sa positon assise on voyait que les contraintes ne l'embarrassaient pas........
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 02/08/2016 10:46:15    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
pascou
Plume de Quetzal


Inscrit le: 07 Juin 2016
Messages: 43

MessagePosté le: 02/08/2016 10:54:06    Sujet du message: Rencontres à l'hôpital. Répondre en citant

à suivre Smile
Revenir en haut
Lili
Plume de Benu


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 244

MessagePosté le: 06/08/2016 10:58:30    Sujet du message: Rencontres à l'hôpital. Répondre en citant

C'est bien Choucroute de signaler une liste d'erreurs. Je trouve qu'il est plus profitable de donner la règle et les explications utiles afin que l'auteur ne les reproduisent plus.

Je suis puriste et intraitable, voici quelques conseils :

Les traits d’union, que l'on appelle divisions en typo sont collés aux deux mots : celui-là

Après un point il faut mettre une espace-mot. C'est la typo courante

Le tiret de dialogue doit être plus long, le tien est trop court c'est un trait d'union, utilise CTRL + Alt et le moins du pavé numérique. OU ALT enfoncé, taper 0151 sur le pavé numérique.

La virgule est collée au dernier mot et une espace-mot la sépare du suivant.

Les ! et les ? doivent avoir une espace insécable avant et une espace-mot après. Il s’obtient par CRT+MAj+Barre d'espace. Cela évite le renvois de ! ou ? à la ligne suivante en cas le fin de ligne.

D'autre part, après le tiret de dialogue, on met une espace-mot et la première lettre de la phrase qui suit doit être une capitale — Ne nie pas, je le sais.

Pas de capitale après un : Exemple Dans ce contexte, il existe plusieurs solutions : la réparation onéreuse ou l'échange.

Pas de capitale après ! ou ? s'il y a continuation de la phrase. Ah ! non, alors, je continue. Ou Que veux-tu dire ? je comprends mal.

J'ai apporté ces précision sur le fil parce qu'elles peuvent être utiles à d'autres

Voila, nanti de ces bases, nous ne verrons plus ces erreurs dans ton texte, je le sais.

La prochaine fois nous pourrons parler de l'orthographe et des accords, mais en émpé.
_________________
À quoi sert de voir dans un monde qui ferme le yeux.


Dernière édition par Lili le 06/08/2016 13:15:08; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pascou
Plume de Quetzal


Inscrit le: 07 Juin 2016
Messages: 43

MessagePosté le: 06/08/2016 11:40:55    Sujet du message: Rencontres à l'hôpital. Répondre en citant

Merci bien Lili, je vais essayer de rentrer ça dans ma petite tête.
Revenir en haut
pascou
Plume de Quetzal


Inscrit le: 07 Juin 2016
Messages: 43

MessagePosté le: 06/08/2016 11:44:03    Sujet du message: Rencontres à l'hôpital. Répondre en citant

...tous les trois étaient maintenant scotchés sur les infos diffusées en boucle , le sergent Will jeune homme célibataire voyait s'ouvrir devant lui une carrière prometteuse, c'est lui qui avait ramené dans ses mains ,mêlée de terre la découverte macabre sous la tente, là ou le légiste et la police scientifique allaient faire parler de gré ou de force cette mâchoire suspecte .Pendant ce temps, le terrain étaient retourné minutieusement laissant la presse pronostiquer le pire, la découverte de plusieurs cadavres. Un hélicoptère tournait en boucle au dessus de la maison du maire lieu de l'horrible découverte. Bien sûr en bon politicien, il avait sorti les banalités habituelles, il mettrait tout en œuvre pour faire la lumière et croyait à la justice de son pays lui qui se donnait corps et âme pour sa ville, ses citoyens, rappelant au passage que l'élection n'était pas, elle , enterrée! Il partit dans une envolée lyrique sans fin se prenant pour le superman du village, sauf que lui n'avait pas la puissance de tir de celui ci peut le fait qu'il ne portât point son slip sur son pantalon. Jenny, la jeune interne arriva et appela :

-Madame Soupolet s'il vous plait!

Elle se leva ainsi que Rob, mais Betty d'un geste lui fit signe de se rassoir aux cotés de John. A ce moment la presse diffusait la photo du chien à l'origine de toute cette histoire super médiatisée , qu'elle ne vit pas.. Un petit chien sans conséquence qui commença à lever la patte sur la tente du légiste, le trac sans doute avant d'être passé en revue par toutes ces caméras voyeuristes. John et Rob commentaient les infos, Rob parlait pelleteuse, et John calculait les dépenses. Entre deux commentaires ils se confiaient mutuellement sur leur vie privé puisque une certaine sympathie était née, instinctivement Rob dérapa d'une fesse sur la banquette en faux cuir quand John lui avoua son homosexualité , mais trop tard il s'était pris d'amitié pour John et c'est ce jour qu'il devinrent les meilleurs amis du monde, lui le manuel et l'intellectuel aux ongles manucurés.

C'est à ce moment qu'une info de taille tomba, le Sergent Will en fin limier annonçait que et bien non, la mâchoire n'avait pas été déterrée mais bien enterrée ce qui laissait penser que le meutre avait été perpétré ailleurs. Les pelleteuses se turent peu à peu et le maire se demandait déjà comment il allait pouvoir faire refaire sa pelouse avec l'argent de la commune, voyant bien au passage une piscine pour se remettre de ses émotions. Les cous des vautours rentrèrent dans leurs cols et s'envolèrent tel des rapaces affolés.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 13:27:24    Sujet du message: Rencontres à l'hôpital.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com