A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Sur la terrasse du Frizioni

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 232 Le Cahier d'été -> Critiques constructives 232c
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aureplume
Plume de Garuda


Inscrit le: 26 Mai 2016
Messages: 422

MessagePosté le: 04/09/2016 22:39:43    Sujet du message: Sur la terrasse du Frizioni Répondre en citant

"Piquante", avait dit, en parlant d'elle, le professeur Lamberti, l'éminent juriste, titulaire de la chaire de droit pénal à l'université de Rome. Il reposa la merguez dans son assiette et alors qu’il s’essuyait la bouche d’un geste lent, il fut interrompu dans ses songes gustatifs.
Derrière lui, Léa et Carolina se retrouvaient sur la terrasse du Frizioni, le quartier général de leur amitié. Les deux jeunes femmes se moquaient bien d’importuner le manant, tout haut-costumé qu’il soit. Le soleil qui s’étendait sur le Latium se faisait une joie d’accompagner la leur.

« Alors ? Comment ça s’est passé avec le beau-gosse, samedi ?
— Arrête Caro ! On va t’entendre… C’était naze, un véritable fiasco. Il se prenait clairement pour le meilleur coup alors qu’il n’était vraiment pas dégourdi… c’était très gênant. Il voulait plus repartir de chez moi le lendemain. J’ai dû prétexter un rendez-vous à l’hôpital pour qu’il se casse.
— Voilà ce qui arrive quand on saute sur tout ce qui bouge.
— Mais tais-toi, c’est complétement faux ! Il était beau et il semblait intelligent, je ne pouvais pas savoir qu’il était aussi con, en plus il se comportait plutôt bien à la soirée.
— Comme d’habitude.
— Tu peux parler toi, tu profites de Riccardo, t’étais pas avec lui samedi d’ailleurs ?
— Je ne profite pas de lui ! Et non, je n’étais pas avec lui pour ta gouverne !
— Tu rigoles ? Il te regarde avec des yeux de merlan frit. Tout le monde sait qu’il t’aime !
— N’importe quoi ! Tu sais très bien que c’est lui qui m’a proposé de ne pas avoir de relation sérieuse !
— Peut-être parce qu’il savait que tu n’aurais jamais voulu plus avec lui ?
— … Bon, on peut parler d’autre chose s’il-te-plait ? »

La conversation se poursuivit sans autres considérations pour les déboires sentimentaux. Les deux amies s’adonnèrent à leur activité favorite : détailler les passants du quartier Trastevere. L’homme qui soufflait toutes les cinq minutes à la table voisine fut le premier à attirer leur attention. Il n’était plus tout jeune, mais il avait une classe peu commune et son visage sévère forçait le respect. Malgré l’âge, Lamberti n’avait rien perdu de sa superbe et son regard, perdu dans le lointain, lui donnait l’air de se trouver ailleurs. Il ne vit pas la mayonnaise qui vint s’échouer sur sa veste.
Léa et Carolina ne purent se retenir de rire de voir celui qu’elles avaient deviné être un agent secret tacher son déguisement de James Bond. Il tourna la tête vers elles, elles détournèrent le regard.
Elles continuèrent leur manège. Le jeu était simple : elles établissaient une sélection des meilleurs passants. Ce jour-ci, les élus furent au nombre de quatre.

Une vieille dame qui promenait son caniche fut la première. La femme et le chien se ressemblaient étrangement. Du chien, elle partageait les boucles blanches et son air chétif ; de la vieille, le cabot avait pris un air distingué et patibulaire. Ce qui avait motivé les deux filles dans leur sélection fut son élan de générosité pour un sans-abri. Elle avait glissé un billet dans sa main après avoir discuté avec lui de longues minutes.
Dino, le fleuriste, fut le second. Elles avaient l’habitude de le voir draguer à son étal et il faisait souvent partie des gagnants, mais aujourd’hui il s’était surpassé. Le beau parleur avait déclenché une bagarre entre les clientes, plus intéressées par le grand brun que par les petites roses.
La blonde qui vint lui clouer le bec l’avait rejoint au rang des élus. Jamais on avait vu Dino regarder quelqu’un de la sorte et jamais autant de badauds ne s’étaient retournés sur le passage d’une femme. Elle frôlait le mètre quatre-vingt et se mouvait avec une grâce de reine. Une robe blanche sans vulgarité aucune lui servait de parure. Les sourcils épais, les yeux foncés et les lèvres charnues trahissaient son origine latine. Elle avait porté une fleur à son nez, Dino s’était empressé de lui offrir. Elle s’était enfuie en riant.
Le juriste tâché compléta le tableau.

L’après-midi était parfait, les deux femmes profitaient de la vie, de Rome et de son caractère italien.

*****



Il la suivait depuis dix minutes. La nuit venait de tomber. Elle s’éloignait du centre-ville et progressait dans des petites ruelles. Elle rentra dans une aire de jeux. Il accéléra. Elle stoppa sa course en plein milieu du parc et sortit son téléphone.
Il lui sauta dessus. Elle laissa échapper un cri étouffé et elle se retrouva sur le dos avec l’homme au-dessus d’elle.
« Ta gueule ! Tu sautes sur tout ce qui bouge il parait ! Alors tu ne devrais pas chialer comme ça, poupée ! »

Léa Macchini, jeune fille de vingt-deux ans, fut retrouvée égorgée dans un parc de la capitale. L’info faisait la une dans tous les journaux du pays.
Lamberti savourait sa merguez. Ses précédents caprices avaient servi à le propulser dans les hautes sphères de Rome. Mais empoisonner des vieux magistrats n’était en rien comparable au plaisir de pouvoir savourer un repas sur la terrasse du Frizioni.
Un repas silencieux.
_________________
"L'anémélectroreculpédalicoupeventombrosoparacloucycle est un vélo à deux roues qui utilise toutes les forces propulsives connues et même inconnues"
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 04/09/2016 22:39:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dolo21
Plume de Benu


Inscrit le: 06 Mai 2016
Messages: 204

MessagePosté le: 05/09/2016 14:07:12    Sujet du message: Sur la terrasse du Frizioni Répondre en citant

Dans ce texte j'ai apprécié l'idée et la chute. C'est très bien trouvé et captivant.
Sur la forme, c'est les premier et dernier paragraphes qui me semblent les mieux réussis. Le récit est précis et suscite bien l'intérêt du lecteur.
En ce qui concerne le traitement du dialogue des filles et la description suivante, j'ai moins accroché. J'ai eu l'impression que cette partie n'apportait pas grand chose à l'histoire. Beaucoup de descriptions factuelles mais dans quel but? J'aurais préféré connaitre plus les filles par leurs sentiments, leur caractère ou bien l'impact de leur frivolité sur le protagoniste qui rumine son crime. Bref, je suis restée un peu sur ma faim quand à la connaissance des personnages.
Ceci dit, il y a vraiment une bonne trame dans ce texte qui pourrait sans problème donner lieu à une nouvelle très sympa.
Revenir en haut
Aureplume
Plume de Garuda


Inscrit le: 26 Mai 2016
Messages: 422

MessagePosté le: 05/09/2016 14:29:33    Sujet du message: Sur la terrasse du Frizioni Répondre en citant

J'avoue avoir peut-être remplis mon récit de vide. Je l'ai écrit sans plan précis ceci-dit.
Au départ, je voulais même prendre au dépourvu le lecteur en laissant en plan Lamberti et en faisant tout un récit sur ses voisines de table sans qu'il n'intervienne plus jamais.
Au fur et à mesure m'est venu l'idée que Lamberti pourrait être outré de ces discussions et de ces jeux malpolis, et qu'il pourrait être un tueur en série.
C'est sans doute pour ça que la chute arrive un peu brusquement, et même si elle peut plaire, j'ai conscience qu'elle donne une notion de gratuité, pas assez de constructions de conflits ou du personnage du tueur.
Après son coté brusque était aussi voulu : c'est un psychopathe, la notion de meurtre n'a pas de gravité pour lui et il est aussi calme avant ou après avoir tuée la demoiselle, la vie continue pour lui.

Si je devais dire pourquoi des descriptions et des discussions si légères et peu profondes dans les traits des personnages, c'est pour copieusement installer ambiance sympa et "routine" pour mieux la casser ensuite.
_________________
"L'anémélectroreculpédalicoupeventombrosoparacloucycle est un vélo à deux roues qui utilise toutes les forces propulsives connues et même inconnues"
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 05/09/2016 15:58:57    Sujet du message: Sur la terrasse du Frizioni Répondre en citant

Avis conforme à celui de Dolo. Il y a matière à une belle nouvelle policière si l'on force moins sur le dialogue entre les filles. Et l'utilisation de la citation est vraiment inattendue et originale, piquante donc ! Pour cela, bravo !
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 19:24:15    Sujet du message: Sur la terrasse du Frizioni

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 232 Le Cahier d'été -> Critiques constructives 232c Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com