A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

DETOURS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 232 Le Cahier d'été -> Critiques constructives 232c
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 760

MessagePosté le: 05/09/2016 10:47:03    Sujet du message: DETOURS Répondre en citant

Détours

"Piquante", avait dit, en parlant d'elle, le professeur Lamberti, l'éminent juriste, titulaire de la chaire de droit pénal à l'université de Rome. Justine avait surpris ce commentaire alors qu’il téléphonait, juste après leur rendez-vous, dans une des salles de réunion du siège social de Nid. Cela me correspond bien, pensa-t-elle en souriant et en visualisant son dernier véhicule qu’elle avait choisi couleur «Red hot chili».
Lamberti était un vieil ami de son père et, au nom de cette amitié, il avait accepté de venir à Paris et de retourner dans un tribunal pour défendre un de leurs directeurs impliqué dans une sale affaire de meurtre. Le pétulant italien avait un charme certain avec des tempes grisonnantes et une belle voix grave qu’il utilisait un peu trop souvent en mode ténor. Au barreau il devait être tonitruant ! Elle l’avait reçu dans son bureau présidentiel, car c’était elle maintenant qui dirigeait l’entreprise et ce depuis quinze ans. La passation de pouvoir s’était accomplie par étapes, suivant une sorte de parcours initiatique qui lui avait permis d’appréhender le général et le particulier.
Daniel l’avait toujours soutenue et encouragée. Leur relation était bien au-dessus des considérations de niveau social et ils avaient tous deux cette intelligence du cœur qui permet de ne jamais froisser les susceptibilités. Toutefois, pour ne pas avoir à subir des réflexions imbéciles de la part de ses collègues, il avait démissionné et, pour vivre pleinement sa passion du sport, avait ouvert une salle d’entraînement.
Ils s’étaient mariés dès leur retour de la Réunion. Leur fils, Geoffrey, était né sept mois plus tard. Pendant toutes ces années, leur union n’avait pas connu de nuages. Comme au premier jour, Justine était toujours séduite par c’était cette façon qu’il avait de poser son regard sur tout ce qui l’entourait : il le magnifiait pour rendre le présent plus intense et donner l’espoir d’un avenir radieux. Elle l’aimait infiniment ! 
Tout comme elle adorait son enfant de bientôt dix-huit ans qui, contrairement à elle en son temps, piaffait d’impatience pour prendre les rênes de la société. Le grand-père était un homme sévère, autoritaire et peu communicatif. Son caractère extraverti avait fait d’elle une maman qui n’avait jamais rien caché de son travail, partageant tantôt la satisfaction d’un défi relevé, tantôt les soucis inhérents à la gestion d’une multinationale. Très tôt, et parce qu’il en manifestait le désir, elle l’avait amené avec elle dans ses voyages professionnels. Aux personnes surprises de voir un garçonnet à ses côtés, elle disait : « Je vous présente mon conseiller très personnel ! ».

Possédant amour, pouvoir et argent, Justine entrerait bientôt dans la quarantaine. Passé l’amusement, le « piquante » du professeur avait entraîné une réflexion sur elle-même et sur sa vie : comme un bon petit soldat elle s’était pliée à la volonté de son père après avoir écouté les arguments de son mari. Pourtant elle aurait voulu vouer sa vie à l’écriture. Elle aimait écrire pour le sentiment de liberté et de paix, pour l’exaltation de la créativité et, chaque fois, éprouver un plaisir infini. Mais, à sa prise de fonction, elle avait enfoui son rêve en même temps qu’elle avait rangé tous les carnets noircis depuis son adolescence. Dès lors elle avait assumé son rôle, du mieux possible. Elle se devait d’être rigoureuse, organisée, tentant de toujours prendre la décision la plus juste. Toutefois son caractère enjoué allié à un sens de l’observation l’amenaient parfois, au détour d’une phrase, à faire une remarque sur un ton de moquerie indulgente qui troublait ses interlocuteurs parce qu’elle faisait toujours mouche. C’est sans doute cela que Lamberti avait relevé.


Le soir même, pelotonnée tout contre Daniel, elle lui demanda :

- Qu’est-ce qui t’a plu chez moi lorsque nous nous sommes rencontrés ?

Il s’est aussitôt souvenu du jour du départ pour ces fameuses vacances sur la planète Europe. Il l’avait regardée traverser le hall d’embarquement. Sa démarche était assurée et elle fendait la foule regardant droit devant elle, l’air en colère. Pourtant, loin de déformer son visage, la moue qu’elle affichait avait une adorable forme de cœur. Sa tenue, sa coiffure, son maquillage, tout était rigoureusement impeccable. Cependant, elle donnait une impression d’aisance parfaitement naturelle : une combinaison sombre, près du corps mais assez fluide pour juste laisser deviner ses formes ; les cheveux bruns plaqués en arrière mais une mèche rebelle était venue se poser sur la paupière légèrement charbonnée pour donner encore plus d’éclat au bleu de son iris.

- Dès que je t’ai vue, j’ai été sous le charme. Quand, une semaine plus tard, nous avons bavardé au Jupitarium, j’ai découvert une personne tout à la fois sensible et intransigeante, tantôt grave tantôt rieuse, doutant mais opiniâtre. J’ai été convaincu que je ne voulais plus te quitter et que ce voyage organisé par le CE avait doublement valu le détour !
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 05/09/2016 10:47:03    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 810

MessagePosté le: 05/09/2016 15:52:32    Sujet du message: DETOURS Répondre en citant

Indépendemment du fait que c'est une partie de ta trilogie, j'ai trouvé que ce texte manquait un peu de piquant. Justine a de nombreuses qualités mais à mon avis, aucune qui fasse d'elle une personne vraiment pétulante ou agressive, selon le sens que l'on donne à piquante.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 760

MessagePosté le: 05/09/2016 16:02:27    Sujet du message: DETOURS Répondre en citant

Oui je vois ce que tu veux dire, et tu as raison  Wink
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
Dolo21
Plume de Benu


Inscrit le: 06 Mai 2016
Messages: 204

MessagePosté le: 05/09/2016 19:03:51    Sujet du message: DETOURS Répondre en citant

Au delà des qualités certaines d'écriture qui transparaissent dans ce texte, j'ai un peu le même ressenti que Danielle. Ce texte m'a fait l'effet d'un récit de vie ordinaire d'une femme de quarante an qui essaie d'allier vie professionnelle et familiale. Sans doute trop proche de ma propre vie pour me faire voyager... Razz
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 01:16:26    Sujet du message: DETOURS

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 232 Le Cahier d'été -> Critiques constructives 232c Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com