A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vilnius Poker - Ricardas Gavelis

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> En ce moment, vous lisez quoi ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lal Behi
Plume de Phoenix


Inscrit le: 16 Déc 2008
Messages: 1 345

MessagePosté le: 19/09/2016 16:21:41    Sujet du message: Vilnius Poker - Ricardas Gavelis Répondre en citant

Attention pavé ! 540 pages (très) bien comptées agrémentées de mes divagations (vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenu).

Avez-vous déjà eu entre les mains le roman d’un auteur lituanien ? Pour moi, ça a été une première. Auparavant, je n’en connaissais pas plus sur la littérature du cru que ce que tout le monde en connaît, c’est-à-dire rien (enfin, je suppose avec quelque prétention que je n’en sais pas moins que les autres dans ce domaine).
Pour moi qui suis une nullité en géographie, la Lituanie se situait vers la droite, un peu en haut (ou pas…). Quant à sa capitale, j’ai honte de l’avouer, mais je ne la connaissais que pour de mauvaises raisons trintignanesques. C’est dire…
Quand je pense qu’il y en a qui croient que la Lithuanie prend un h, là je rigole…

Mais comment – fichtre ! – ce bouquin a-t-il atterri sur ma table de chevet ?
Figurez-vous qu’une mienne voisine est arrivée de sa Lituanie natale avec, dans son cabas, un manuscrit inédit… [Je m’aperçois que je suis parti pour en écrire une tartine nappée de digressions, ce qui ne me ressemble pourtant guère. Si ? Non, non. J’ai l’étrange impression d’avoir été Jeffw-isé – pour les plus anciens du Forum qui verraient à qui je fais allusion]. Or donc, point de manuscrit secret, puisque ce fameux Vilnius Poker est sorti en France l’an dernier aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.
En réalité, pour ceux que ça intéressent et même pour les autres qui sont obligés de tout lire de peur de manquer quelques révélations, une amie de ma fille a une mère lituanienne (elle n’a pas de cabas, du moins pas que je sache, mais un accent qui ne trompe pas – on sait qu’elle n’est pas de langue maternelle française) et un père libraire : CQFD !

Ce Ričardas Gavelis (au cas où la lettre entre le i et a apparaît comme un petit rectangle, sachez qu’il s’agit d’un c diacrité d’un caron [ou hatchek pour faire plus local] dont je n’ai pu déterminer précisément s’il faut le prononcer ch, tch ou autre chose du même tonneau – c’est pour éviter ce désagrément que j’ai utilisé Ricardas dans le titre du fil de discussion, faisant honteusement fi de tout lituanitude) est une star dans son pays. Si, si ! À ma connaissance, après deux ou trois recueils de nouvelles, il n’a écrit que cet unique roman, mais a mis dix à quinze ans pour le rédiger. C’est ce que j’appelle être persévérant.

Vilnius Poker est un pavé : 540 pages, pas plus, mais un pavé tout de même. Et pourtant je peux ingurgiter quelques pages d’affilée ; j’ai bien lu La Recherche du temps perdu dans les transports en commun alors que je n’y étais même pas obligé (sic mon ancien chef de service qui, à part être cinglé ou se casser une jambe, ne voyait pas d’autre raison valable pour s’infliger cela).

Vilnius Poker se situe dans les années 70 et raconte l’histoire de Vilnius occupée par les Russes. J’emploie à dessein l’expression « raconte l’histoire de Vilnius » au sens propre, car Vilnius est véritablement le personnage principal du livre. Elle y apparaît sous de multiples facettes mais toutes sont terribles, mornes, sanglantes, ou pire. Tout y est gris, miséreux, sous le joug de la peur et de la résignation face à l’occupation. On y dépasse même le stade de la résignation ; le manque de libre arbitre fait partie intrinsèque de l’habitant de Vilnius (je viens de m’apercevoir que lesdits habitants n’ont pas de gentilé en propre ; tout est dit !).

Le Roman se découpe en quatre parties très inégales puisque la première fait dans les 350 pages. La narration y est menée par le personnage de Vytautas Vargalis, revenu des goulags sibériens, marqué comme on peut l’imaginer. C’est un récit à la première personne : il y est moins question des aventures du sieur Vargalys que de son omniprésente paranoïa (qui n’en est d’ailleurs pas toujours une – on ne sait parfois plus ce qui est la réalité et l’imagination) envers ceux qu’il nomme Eux ou Ils (avec majuscule et italique dans le texte), c’est-à-dire l’occupant russe dont la chape pèse à chaque ligne. Pour information, dans les années 70, un quart des habitants de Vilnius étaient russes.
Plus que les situations factuelles que subissent les Vilniusois (ça y est, je les ai baptisés), le texte est sous une gangue paranoïaque du début à la fin, sans respiration et, surtout, sans espoir. Le Lituanien est d’ailleurs décrit par l’auteur comme un personnage grandiose, au destin unique, mais qui échoue immanquablement in extremis, juste avant un hypothétique heureux dénouement.
Je n’avais pas rencontré une telle densité d’écriture et de sentiment d’étouffement depuis (dans un genre qui n’a pourtant rien à voir) Épépé de Ferenc Karinthy, un auteur hongrois.

Un petit mot sur l’écriture qui est magnifique de bout en bout, un peu grandiloquente par moment (on a l’âme slave ou pas !) mais est un vrai plaisir de lecture. C’est un roman où le contenu et contenant sont d’égale qualité. Et pourtant, je suis exigeant dans les deux cas.

Conclusion épistolaire : pas du tout mon genre de bouquin, de thème, d’ambiance, mais j’ai été captivé – fasciné même – du début à la fin. Bref, on aura remarqué que je suis emballé.

Et pour les courageux qui ont lu jusqu’au bout mes élucubrations, je vais tout de même vous recopier la quatrième (mais ne le dites pas, de peur que d’autres avépiens zappent mes divagations pour passer directement à ce qui les intéresse vraiment) :
Ils l’observent, Ils le suivent, Vytautas Vargalys le sait : sa vie est celle d’un homme qu’on a mis en joue. Ils sont partout, Vilnius Leur appartient, alors que lui n’est qu’un simple employé de bibliothèque chargé de référencer les livres qu’Ils ont mis à l’index. Traumatisé par neuf années de tortures endurées au goulag, il se bat désormais pour comprendre Leur but. Gardien de l’histoire de son pays et de ses mythes, le dernier des Vargalys sombre petit à petit dans la folie. Seule Lolita, jeune séductrice au passé trouble et au corps parfait, lui permet encore de croire qu’une nouvelle vie est possible. Mais le sauvera-t-elle ou précipitera-t-elle sa chute ?

Et pour rendre à Gavelis ce qui appartient à Gavelis, je lui dédie mon jph de cette semaine que j'ai sans vergogne baptisé d'une délicieuse expression tirée de son roman : augural et mutin.
_________________
« La pensée de chacun allait au gré de l'ombre des arbres. » - Kyoto, Yasunari Kawabata
Lalbehyrinthes devient Łálßєħўrιnтђeș, là où naissent les poèmes-capsules


Dernière édition par Lal Behi le 20/09/2016 14:56:10; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 19/09/2016 16:21:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 926

MessagePosté le: 20/09/2016 14:49:30    Sujet du message: Vilnius Poker - Ricardas Gavelis Répondre en citant

Lal, je me suis un peu perdu dans ton pavé critique, alors je me demande ce que ce serait avec ce Poker. 430 pages, 540 ? A moins que la différence soit une préface de ton crû (430 pages (très) bien comptées agrémentées de mes divagations. ) Manuscrit, roman édité ? Je te soupçonne de chercher délibérément à nous égarer. Mr. Green

Je ne connais sans doute en tout et pour tout un seul auteur lituanien, et encore il écrit en français : le magnifique poète élégiaque O.V. de Milosz.

Ce qui m'inciterait à tenter la lecture de ce pavé : la paranoïa et aussi la référence à Epépé, lu sur ton conseil je crois et qui avait été pour moi la révélation littéraire de l'année.
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Lal Behi
Plume de Phoenix


Inscrit le: 16 Déc 2008
Messages: 1 345

MessagePosté le: 20/09/2016 15:05:02    Sujet du message: Vilnius Poker - Ricardas Gavelis Répondre en citant

Bien vu sur le décompte des pages, je me suis perdu moi-même dans ma logorrhée... Mr. Green Il s'agit bien de 540 pages (édité dans mon précédent message, ça ne change d'ailleurs pas grand chose). Et on se perd un peu aussi dans la lecture de ce Vilnius Poker (mais c'est un compliment).

C'est vraiment un livre qui m'a marqué ; j'avoue avoir spécialement pensé à toi en mentionnant la référence à Épépé puisque je me souvenais que tu avais aimé ce livre.
Je m'aperçois que j'ai oublié d'insérer une photo de la couverture qui est tout à fait représentative du contenu.

_________________
« La pensée de chacun allait au gré de l'ombre des arbres. » - Kyoto, Yasunari Kawabata
Lalbehyrinthes devient Łálßєħўrιnтђeș, là où naissent les poèmes-capsules
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 926

MessagePosté le: 20/09/2016 16:22:55    Sujet du message: Vilnius Poker - Ricardas Gavelis Répondre en citant

Cette couverture me fait beaucoup penser à du Aubrey Beardsley ( à part peut-être les gratte-ciel)

Je viens de voir que les médiathèques que je fréquente ont ce livre. Donc je tenterai.
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 06/12/2016 03:49:10    Sujet du message: Vilnius Poker - Ricardas Gavelis

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> En ce moment, vous lisez quoi ? Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com