A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'adieu aux armes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> En ce moment, vous lisez quoi ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dirini
Plume de Kinor


Inscrit le: 17 Sep 2016
Messages: 120

MessagePosté le: 03/10/2016 15:33:29    Sujet du message: L'adieu aux armes Répondre en citant

L’adieu aux armes 
 
 
 
Ernest Hemingway 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ernest Hemingway est un auteur qui m’a beaucoup marqué « dans ma jeunesse » avec deux de ses oeuvres : Le vieil homme et la mer et Pour qui sonne le glas; Dans le premier et au-delà du style particulier qu’on ne retrouve pas totalement dans ses autres oeuvres Hemingway nous livre une véritable ode à l’humilité, très touchante en elle-même et par  la façon dont elle est menée. Dans le second c’est tout une réflexion sur l’engagement politique, amoureux ou tout simplement humain qui sont des thèmes universelles qui ne peuvent que trouver une résonance profonde chez la plupart des lecteurs, en outre Hemingway a su les traiter sans tomber dans le déjà-vu. Bref Hemingway est un auteur que j’affectionne particulièrement et dans lequel je me reconnais notamment dans le style concis et minutieux. Son style c’est aussi celui d’un auteur qui prend le temps de bien inscrire son propos dans un contexte très réaliste (Hemingway est avant tout un reporter). Je me reconnais dans cette démarche. Hemingway est un auteur qui me parle ! J’aborde donc L’adieu aux armes, objet de ma critique, avec enthousiasme.

Hemingway ouvre son roman sur une magnifique description d’un village en Italie où se déroule une partie de l’histoire. Il va droit au but et nous plonge avec le réalisme de sa plume épurée dans des environnements presque palpables, et nous enchante d’un romantisme bucolique qui transcende les pages de son livre.
C’est l’une des marques de fabrique de cet auteur qui aime aussi prendre son temps à dépeindre avec précision le contexte de son récit. Et ça fonctionne, dès les premières lignes nous voilà transportés d’une chambre, livre à la main, jusqu’en Italie, au début du XXème siècle. Hemingway a ce pouvoir. Le style saccadé et l’alternance savamment dosée des passages narratifs et descriptifs rythment le récit et y participent aussi largement.

Hemingway nous plonge donc dans la première guerre mondiale sur le front Italien à travers les yeux de Frédéric Henry, un officier américain engagé dans la Croix-rouge. On ne sait pas, et c’est volontaire de la part de l’auteur, à quel moment de la guerre on se situe et le protagoniste, perdu, ne semble pas savoir non plus pourquoi il s’est engagé ni même pourquoi il a choisi ce corps de l’armée; comme si cette guerre ne lui appartenait pas. Ce conflit militaire est finalement une guerre parmi tant d’autres et notre héros, dépersonnalisé, pourrait être n’importe qui.
Au cours de ce conflit notre officier va rencontrer une jeune infirmière anglaise Mrs Barkley. Cette rencontre n’a rien d’un coup de foudre. Le premier baiser se fait machinalement et Frederic Henry reconnait volontiers : « Je savais que je n’aimais pas Catherine Barkley et que je n’avais nulle intention de l’aimer ». Pour notre héros c’est un jeu, mais un jeu auquel il finira pas se prendre comme s’il venait de trouver une alternative à l’atrocité de la guerre. Comme si Mrs Barkley lui offrait le répit dans un conflit dont il ne voulait finalement pas. De là va se construire au fil des pages une véritable histoire d’amour.
Mais rode toujours, en arrière-plan, cette effroyable guerre dont chacun commence à se lasser et à désespérer d'en voir un jour une fin, dans la victoire ou dans la défaite. C’est le thème principale de ce livre au final, et même si Hemingway ne se livre malheureusement pas à un pamphlet contre le bellicisme il le dénonce parfois directement quand il dit à son sujet : « J’ai toujours été embarrasse par les mots : sacré, glorieux, sacrifice et par l’expression « en vain ». (…) Je n’avais rien vu de sacré , et ce qu’on appelait glorieux n’avait pas de gloire, et les sacrifices ressemblaient aux abattoirs de Chicago avec cette différence que la viande ne servait qu’à être enterrée »
Mais il fait surtout le choix de la pudeur par un cynisme discret, par la description neutre de scènes quasi insoutenables, et surtout par ces moments de répit à l’arrière du front quand notre officier retrouve les bras de sa dulcinée, mettant ainsi en avant l’atrocité d’une guerre sur le calme réaliste d’une vie qui suit son cours.

Au final Hemingway dépeint ce qui a tout d’une très grande histoire d’amour, malgré son dénouement tragique, en réaction à l’horreur de la guerre qui elle reste, le sujet dominant du roman. L’auteur fait contraster une romance singulière avec une guerre tout aussi singulière. Mais tout tourne autour de celle-ci. « L’adieu aux armes »; tout semble dit. Catherine Barkley et Frédéric Henry représentent le rejet de la guerre, le déni d’une atrocité. Un échappatoire. On sait qu’Hemingway très tôt en tant que reporter (ce qui par ailleurs influence largement son style) et plus tôt en tant qu’officier a connu les atrocités de guerres plus sordides les unes que les autres, ce roman est le concentré d’un dégout pour elles qui ne dit pas encore son nom. Un simple dégoût de jeunesse (Hemingway a à peine trente ans lorsqu’il publie ce roman), presque idéaliste. Ce qu’il n’aura pas des années plus tard dans Pour qui sonne le glas, qui est une réflexion plus mûrie de l’amour et des conflits militaires. Or pour le moment notre jeune auteur ne donne pas de véritable sens à ce qu’il décrit et ne s’implique pas. Il ne fait que constater le tragique de mécaniques qui individuellement nous dépassent.
L’adieu aux armes reste un monument literraire mais n’est pas dans la littérature "hemingwayenne" incontournable même si elle fait parti du cheminement d’un homme marqué par son époque en pleine construction qui a d’ores et déjà un style nouveau et éclatant que l’on retrouvera tout le long de sa carrière. Donc à lire en premier, et comme on ne sort pas indemne de sa confrontation à un auteur de la grandeur d’Hemingway : A lire, tout simplement!


Dernière édition par Dirini le 05/10/2016 04:55:43; édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 03/10/2016 15:33:29    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dirini
Plume de Kinor


Inscrit le: 17 Sep 2016
Messages: 120

MessagePosté le: 03/10/2016 15:35:00    Sujet du message: L'adieu aux armes Répondre en citant

C'est ma première critique, donc si vous pouviez également me donner un avis sur elle ce serait génial Smile
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 06/12/2016 03:52:41    Sujet du message: L'adieu aux armes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> En ce moment, vous lisez quoi ? Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com