A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ecrire comme qui ?
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> Tout et rien
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 11/10/2016 11:45:50    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Si vous aviez l'opportunité de signer un pacte pour devenir un écrivain renommé, quel est l'auteur que vous souhaiteriez imiter?

Je veux dire, plus simplement peut-être : quel est l'écrivain dont vous admirez le plus le style ? (avec extrait évidemment !)

A+ Smile
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/10/2016 11:45:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 821

MessagePosté le: 11/10/2016 16:02:25    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Sans hésitation aucune, je souhaiterais avoir la quart du talent de tailler un portrait, décrire un paysage, faire passer des émotions de mon ami Alain Emery. Auteur de nouvelles, de romans de policiers situés en Bretagne, sa renommée se répand de jour en jour en Bretagne et, à mon avis, il mérite tellement mieux. Ceux qui naviguaient sur le forum qui a précédé celui-ci (s'il en reste!), Ecriture et Partage, se souviendront du lauréat de concours de nouvelles qui avait fait l'unanimité. Il n'a plus le temps de participer aux concours, il écrit, écrit, écrit et j'ai l'insigne honneur d'être sa première relectrice.
L'extrait ci-dessous vous donne une idée de son style.

"Il a plu toute la journée d'hier et le ciel, ce matin, est comme à genoux. Vidé de toute sa force. Nous n’aurons droit aujourd’hui qu’à un de ces soleils de pacotille, brillant comme une timbale en fer-blanc et dépouilé de chaleur. Je m’en passerais bien. A mon âge, j’ai le cœur qui s’embourbe pour un rien. Je n’ai jamais été bien solide mais arrive un moment où le moindre courant d’air devient une question de vie ou de mort. Et je tiens à vivre...
Ce soir, la baie d’Erquy me murmure à l’oreille. Dans le bleu nacré des vagues, j’entends souffler mes vieux fantömes. C’est chaque année la même chose, au mois d’octobre. Je reviens sur mes traces.........
C’est juste qu’entouré par la Heussaye et le Cap, je me sens comme étreint, attrapé à bras le corps et protégé pour un temps de cette dernière infortune qu’est la vieillesse...." (Chapitre 1 de Rue de l'Enfer.).
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
trompette sournoise
Plume de Garuda


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 428

MessagePosté le: 11/10/2016 19:17:45    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Moi, sans hésiter non plus un seul instant, je voudrais écrire comme Arnaud Modat, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation météorologique, connu presque exclusivement dans la partie basse de la Moselle (57) (et c'est assez bien mérité, pour le coup).
Ce jeune homme a le don de vous planter une ambiance en quelques lignes, à l'aide de ses incomparables dialogues autour de la pluie et du beau temps. C'est fin, et souvent moins profond qu'il n'y parait.
De plus, la vulgarité est toujours gratuite, ce qui nous change de toutes ces productions actuelles qui se veulent à la fois crues et stylées.
Enfin voilà, je suis un grand fan de son style et de son physique. En plus, il aime les enfants, la confiture de fraise et le free-fight donc bon...
Mais un extrait vaut mieux que deux tu n'auras et tous les plus beaux discours écrits par JAcques Séguéla :



— Je ne supporte plus la chaleur depuis ma troisième grossesse. Dès qu’on passe légèrement au-dessus des valeurs saisonnières, je me mets déjà à suer du fion comme une truie.
— Moi quand il pleut, j’ai envie de me tuer. J’ai l’impression que c’est un affront personnel. J’ai vraiment l’impression qu’on fait ça pour me pourrir la vie. Alors, oui, dans ces conditions, je préfèrerais encore mourir, je crois…
— Ok, mais les agriculteurs attendaient ça depuis longtemps, tout de même, François.
— Moi, je connais un agriculteur.
— Moi, je me souviens, les hivers quand j’étais petit, c’était pas des hivers de suceurs de pines comme maintenant. On les sentait passer.
— Oh oui, il a raison ! J’adorais le bruit que ça faisait, moi, quand on marchait dans la neige avec nos bottes en plastique.
— Sylviane, c’est pas de ça qu’on parle. Merde ! Tu fermes ta gueule tout de suite. On t’a pas sonnée, pétasse de mes couilles. Moi, j’ai grandi au bord de la mer et je peux vous dire une chose : équinoxe….
— Vous savez que si ça continue comme ça, j’ai peur que ça ne s’arrête jamais.

— Oui mais on s’en fout, putain ! Ce qui compte, ce sont les anticyclones des Açores ! ça c’est vraiment du lourd, les mecs. J’veux dire… OK : une dépression anticyclonique de plus, et on est tous bons pour la casse, ok ? Mais on va où, là ?
— On ne sait plus comment s’habiller, quoi…
— Une veste en Gore-Tex, ça passe partout, je pense.
— Non, je me suis mal exprimée : on ne sait littéralement plus s’habiller. On ne sait plus enfiler ses chaussettes ni à quoi sert un chapeau. Moi-même, je m’habille très péniblement. Je suis devenue très maladroite. Je me lève à quatre heures du matin, c’est éreintant.

_________________
Foutez nous la paix et remplissez les bacs à sable
http://wizzz.telerama.fr/trompettesournoise
Revenir en haut
trompette sournoise
Plume de Garuda


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 428

MessagePosté le: 11/10/2016 20:17:20    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

J'en profite pour dire qu'Alain Emery est effectivement un chic type (et franchement, j'ai aucune action, ni rien).
(je pourrais vous dire dans quel contexte nous nous sommes moyennement rencontrés, et tout, mais on va dire que j'ai changé, que maintenant je connais du monde, tout ça, alors qu'en fait, ma conne de boulangère continue à me demander ce que je veux, tous les matins, hein, la conne...)
Et oui, il est, comme on dit, pétri de talent.
_________________
Foutez nous la paix et remplissez les bacs à sable
http://wizzz.telerama.fr/trompettesournoise
Revenir en haut
trompette sournoise
Plume de Garuda


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 428

MessagePosté le: 11/10/2016 20:19:56    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Et une autre fois, j'ai croisé Nelson Monfort, comme ça, dans la rue (je ne pourrais pas dire si c'est un brave homme, cela dit)
_________________
Foutez nous la paix et remplissez les bacs à sable
http://wizzz.telerama.fr/trompettesournoise
Revenir en haut
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 309

MessagePosté le: 11/10/2016 20:46:28    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Trompette, avec tout le respect que je te dois, ce n’est pas parce que tu n’aimes pas Arnaud Modat, et que tu lui gardes rancune pour une sombre affaire qui ne regarde que vous, qu’il faut essayer d’en dégoûter les autres. Que tu sois aigri parce qu’il écrit comme un dieu et qu’il te met la misère bien profond sans mouiller sa chemise, je peux le comprendre, mais on est sur un forum (sérieux) de littérature, ici, pas dans un bac à sable.

Et justement, ce que j’étais en train de dire avant que tu ne te pointes pour nous faire ta petite crise de jalousie, c’est :

Donaco a écrit:
Si vous aviez l'opportunité de signer un pacte pour devenir un écrivain renommé, quel est l'auteur que vous souhaiteriez imiter?
Je veux dire, plus simplement peut-être : quel est l'écrivain dont vous admirez le plus le style ? (avec extrait évidemment !)

Sans hésiter, et sans vouloir l'imiter (ni même être dans sa tête parce qu'il semble y régner un sacré bordel et j'ai déjà assez de mal avec le mien, de bordel, et après, entre les courses, le ménage, les dents du petit dernier, la sciure pour le chat et les impôts, on ne s'en sort plus, donc juste pour lui pomper son talent (merci de ne pas faire de commentaire foireux et déplacé sur ma tournure de phrase, ce serait trop facile)), mais donc, disais-je, simplement parce que (quasi) tout ce qu'il écrit me bluffe, me touche, ou me fait rire (voire tout à la fois), sur le fond comme sur la forme, mesdames zet messieurs, on applaudit bien fort : Arnaud Modat, même s'il n'est pas encore assez renommé.

Il a commis, dans le collectif Leitmotiv, un petit bijou : Death on two legs, l'une des meilleures nouvelles du monde chrétien depuis Cléopâtre, histoire d'amour atypique, tragi-comique et panoramix.

Par ailleurs, dans son recueil La Fée Amphète, je ne me lasse pas du Syndrôme du vélo d'appartement, même si tout le reste est excellent aussi.
Extrait (contexte : un gars vient de perdre son père et roule en boucle sur l'autoroute, se demandant quoi faire de l'urne funéraire contenant les cendres)

Citation:
J’ai conduit pendant une semaine, mon père en équilibre sur le tableau de bord. Je n’ai pas pu me résoudre à l’enfermer dans le coffre, calé entre deux bidons d’huile.
Ce qu’il y a de pratique avec l’autoroute, c’est que vous n’avez pas besoin de destination précise. Par ailleurs, les glissières de sécurité vous remettent sur les rails en cas d’endormissement passager. De grands panneaux bleus défilaient mais je ne les lisais pas. J’en inventais de nouveaux :

Deuil : 86 659 kilomètres
Bonheur : Attention, déviation. Veuillez emprunter l’itinéraire secondaire.
Véhicules lents, visez les platanes.
Avez-vous bouclé votre ceinture ? Si oui, pourquoi faire ?

Une semaine sur la route, à tourner en rond, syndrome du vélo d’appartement, je ne me suis pas ennuyé une seconde. Il fallait que je pense à changer de vitesse, remonter un peu la vitre, garder mes distances, choisir une station de radio, allumer une cigarette, compter les lignes discontinues, ralentir aux travaux, recompter ma monnaie aux péages, vérifier le niveau d’essence…
Ce n’était pas particulièrement exaltant mais ça valait toujours mieux que de foutre le nez dans les comptes paternels, résilier sa ligne de téléphone, vider son appartement, expliquer aux voisins, me débarrasser de ses fringues, remplir des papiers, me gaver de médicaments, accepter, pardonner, oublier, survivre.
J’ai donc labouré les larges bandes d’asphaltes, jour et nuit, comme un paysan ivre.
Ma barbe a poussé, mes yeux se sont cernés, papa a refroidi, j’ai attrapé un coup de soleil sur l’avant-bras gauche.
Si je n’avais pas eu aussi mal au dos, pour finir, je conduirais encore. Je pensais que tant que je serais en mouvement, la vie ne pourrait pas me rattraper.

Mais à présent, le regard plongé dans un gobelet vide, assis sur une table de pique-nique, épinglé au kilomètre 39, je ne sais toujours pas où saupoudrer mon vieux.



Si je devais choisir dans un registre plus célèbre, je miserais sur Boris Vian, qu'il n'est pas besoin de présenter, je pense.
Incipit de la nouvelle Les Fourmis dont le titre s'explique, magistralement, dans la toute dernière ligne de cette nouvelle à chute :

Citation:
On est arrivés ce matin et on a pas été bien reçus, car il n’y avait personne sur la plage que des tas de types morts ou des tas de morceaux de types, de tanks et de camions démolis. Il venait des balles d’un peu partout et je n’aime pas ce désordre pour le plaisir. On a sauté dans l’eau, mais elle était plus profonde qu’elle n’en avait l’air et j’ai glissé sur une boîte de conserves. Le gars qui était juste derrière moi a eu les trois quarts de la figure emportée par le pruneau qui arrivait, et j’ai gardé la boîte de conserves en souvenir. J’ai mis les morceaux de sa figure dans mon casque et je les lui ai donnés, il est reparti se faire soigner mais il a l’air d’avoir pris le mauvais chemin parce qu’il est entré dans l’eau jusqu’à ce qu’il n’ait plus pied et je ne crois pas qu’il y voie suffisamment au fond pour ne pas se perdre.
J’ai couru ensuite dans le bon sens et je suis arrivé juste pour recevoir une jambe en pleine figure. J’ai essayé d’engueuler le type, mais la mine n’en avait laissé que des morceaux pas pratiques à manœuvrer, alors j’ai ignoré son geste, et j’ai continué.
Dix mètres plus loin, j’ai rejoint trois autres gars qui étaient derrière un bloc de béton et qui tiraient sur un coin de mur, plus haut. Ils étaient en sueur et trempés d’eau et je devais être comme eux, alors je me suis agenouillé et j’ai tiré aussi. Le lieutenant est revenu, il tenait sa tête à deux mains et ça coulait rouge de sa bouche. Il n’avait pas l’air content et il a vite été s’étendre sur le sable, la bouche ouverte et les bras en avant. Il a dû salir le sable pas mal. C’était un des seuls coins qui restaient propres.
De là, notre bateau échoué avait l’air d’abord complètement idiot, et puis il n’a plus même eu l’air d’un bateau quand les deux obus sont tombés dessus. Ca ne m’a pas plu, parce qu’il restait encore deux amis dedans, avec les balles reçues en se levant pour sauter. J’ai tapé sur l’épaule des trois qui tiraient avec moi, et je leur ai dit : " Venez, allons-y. " Bien entendu, je les ai fait passer d’abord et j’ai eu le nez creux parce que le premier et le second ont été descendus par les deux autres qui nous canardaient

_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 294

MessagePosté le: 11/10/2016 22:10:54    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Laughing Laughing Laughing
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 821

MessagePosté le: 12/10/2016 07:54:50    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Mais c'est qui cet Arnaud Modat ? Laughing Laughing Laughing Laughing ,
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 2 997

MessagePosté le: 12/10/2016 09:09:43    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Laughing
Quant à moi, pour être claire, je n'aimerais pas écrire comme Papa Flaubert, hein! Bon, et puis en fait, je ne suis pas vraiment Emma Bovary en vrai... Si, si... Je sens bien que je vous déçois... Mr. Green
En tout cas, pour en revenir à la question, je n'ai pas d'auteur en tête, mais je sais que j'aimerais avoir écrit "Le hussard sur le toit" de Giono, Les "Harry Potter" de Rowling, "Les Déferlantes" de Claudie Gallay, "Ce que je sais d'elle" de Béatrice Hammer ou "Le temps d'un soupir" d'Anne Philipe, par exemple.
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King


Dernière édition par EmmaBovary le 12/10/2016 11:28:45; édité 1 fois
Revenir en haut
Dirini
Plume de Kinor


Inscrit le: 17 Sep 2016
Messages: 120

MessagePosté le: 12/10/2016 11:07:14    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Comme Victor Hugo, sans la moindre hésitation. Il a tout.
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 821

MessagePosté le: 12/10/2016 11:49:54    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Ouh la ! Le père Hugo ? Autant je goûte sa poésie, et encore pas la totalité, autant sa prose me paraît assez indigeste.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dirini
Plume de Kinor


Inscrit le: 17 Sep 2016
Messages: 120

MessagePosté le: 12/10/2016 11:52:08    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

N'as-tu pas aimé Les misérables ?
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 12/10/2016 13:06:44    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

EmmaBovary a écrit:
Laughing
Quant à moi, pour être claire, je n'aimerais pas écrire comme Papa Flaubert, hein!



Hein ? Si j etais croyante en quoi que ce soit, je me damnerais pour pouvoir ecrire au moins le chapitre 1 de "Salambo" !
Revenir en haut
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 763

MessagePosté le: 12/10/2016 13:15:19    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Parmi beaucoup d'écrivains, j'ai une admiration particulière pour Stefan Zweig. Je lui envie cette facilité à décrire les sentiments avec une grande simplicité alliée à une précision extrême.
Extrait de "La pitié dangereuse" :

"Situation effroyable, insoluble: l'instant d'avant encore, on se sentait libre, on s'appartenait et on ne devait rien à personne, et soudain on est poursuivi et assiégé, but et proie d'un désir étranger. Troublé jusqu'au plus profond de l'âme, on sait que jour et nuit une femme pense à vous, languit et soupire après vous, elle, une inconnue! Elle vous veut, vous désire, exige que vous soyez à elle de toutes les fibres de son être, de toutes les forces de son corps et de son sang. Vos mains, vos cheveux, vos lèvres, votre corps, elle les veut, vos nuits et vos jours, vos sentiments, votre sexe, et tous vos rêves et pensées. Elle veut s'associer à votre vie, vous prendre et vous aspirer avec son souffle. Toujours, que vous soyez éveillé ou que vous dormiez, il y'a désormais dans le monde un être qui vit avec vous et pour vous, qui vous attend, qui veille et rêve en pensant à vous. C'est inutile que vous vous efforciez de ne pas penser à elle, qui sans cesse pense à vous, que vous cherchiez à fuir : vous n'êtes plus en vous, mais en elle. Comme un miroir ambulant, un être étranger vous porte en lui, et encore un miroir ne saisit votre image que quand vous vous offrez volontairement à lui. Elle, la femme, l'étrangère qui vous aime, elle vous a déjà absorbé dans son sang. Elle vous a en elle, vous porte en elle, où que vous fuyiez. Vous êtes le prisonnier d'une autre, vous n'êtes plus jamais vous même, plus jamais livre et sans soucis, toujours vous êtes traqué, poursuivi, tenu à des devoirs. Cette pensée d'autrui, vous la sentez comme une succion brûlante et constante. Rempli de haine et d'effroi, il vous faut endurer ce désir de quelqu'un qui souffre à cause de vous. La torture la plus affreuse qu'un homme puisse éprouver, à présent je le sais, c'est d'être aimé malgré soi. Et c'est un tourment à nul autre pareil, que cette culpabilité dans l'innocence. "
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 2 997

MessagePosté le: 12/10/2016 13:46:59    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

@ Donaco: j'aime lire Flaubert, j'apprécie sa plume, sa critique de la société et son ironie. Si j'écrivais comme lui, je serai contente, mais je suis plus accro à des écritures plus contemporaines... Par contre, j'utilise sa méthode du gueuloir! Mr. Green
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 821

MessagePosté le: 12/10/2016 14:17:16    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

@Emma Bovary:Les Misérables, une bonne histoire mais bien longuette à mon goût... Alors que je ne me suis jamais ennuyée avec Zola par exemple !
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 2 997

MessagePosté le: 12/10/2016 15:19:48    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Wink
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Lunatik
Plume de Griffon


Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 2 309

MessagePosté le: 12/10/2016 16:08:27    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

danielle a écrit:
Alors que je ne me suis jamais ennuyée avec Zola par exemple !


Je me souviens, au collège, avoir été au bord du suicide quand il a fallu lire Au bonheur des dames, qui n'est, dans mon souvenir, qu'une interminable succession de descriptions de chiffons d'une atroce platitude (je serais même incapable, du coup, de dire si ça parlait d'autre chose à un moment). La même année, il a fallu se coltiner Eugénie Grandet, et c'est un miracle que tout ça ne m'ait pas à jamais coupé toute velléité scripturaire.
Heureusement, le père Dumas a débarqué, sur son blanc (ou plutôt : jaune bouton d'or) destrier avec ses mousquetaires.

J'ai, depuis, toujours éprouvé une certaine suspicion à l'encontre des grands auteurs classiques (surtout ceux avec des Z dans leur nom). Par contre, plus tard, de mon propre chef, j'ai lu Hugo, en commençant par Le dernier jour d'un condamné, puis Ruy Blas (avant de me goinfrer tout son théâtre et les incontournables Notre Dame de Paris & Co) et c'était que du bonheur. Je trouve son style beaucoup plus moderne, non exempt d'un certain humour, et plus attaché à raconter qu'à décrire.

Et sinon, comme Emma, j'ai plutôt tendance à préférer des styles plus contemporains (avec un faible pour ceux qui savent mettre de l'humour même dans les histoires les plus sombres, ou désespérées, ce qui est, je trouve, une véritable prouesse), et avant d'avoir une belle plume, ce que j'aimerais par dessus tout, c'est maîtriser l'art de raconter des histoires, à la manière de John Ajvide Lindqvist, Stephen King, Jack Ketchum, Joe R.Lansdale. Pas des "grands" auteurs avec des styles classes, mais de vrais conteurs.

Et après Arnaud Modat et Boris Vian, j'aimerais ajouter à ma liste un troisième larron dont le style très visuel a sur moi un effet boeuf : Kenneth Cook. Il a commis des romans noirs (Cinq matins de trop, Le vin de la colère divine) ou d'aventure (La Bête) et des recueils hilarants (en mode autobiographie romancée) narrant ses rencontres et expériences avec les animaux du bush australien : Le koala tueur, La vengeance du wombat, L'ivresse du kangourou etc. Si un jour j'écrivais une nouvelle qui aurait sur qui que ce soit le même effet que La vengeance du wombat a sur moi, je pourrais mourir en paix, avec la certitude de n'avoir pas été inutile en ce bas monde :



Extrait (contexte : Kenneth Cook, avec son fidèle chien George, doit capturer un wombat ; il n'a jamais fait ça et n'est armé en tout et pour tout que d'un filet et une seringue hypodermique)
Citation:
Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient. Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l’autre, j’attendais le wombat qui m’intéressait. L’idée que je risquais gros si tous ces wombats s’unissaient contre moi m’effleura l’esprit, mais elle s’en écarta aussitôt : j’avais affaire à un marsupial inoffensif et herbivore.
Mon wombat était le plus éloigné de son terrier et les autres avaient tous disparu quand il s’approcha assez près pour que je puisse l’atteindre avec le filet. C’était en effet un mâle massif. Il était presque aussi grand que George et beaucoup plus épais, avec une énorme tête noire et carrée, plus grosse que la mienne.
Avec l’aisance du geste entraîné, je lui lançai le filet sur le corps.
Il le déchiqueta en moins de deux secondes.
Déconcerté, la seringue à la main, je l’observais s’ébrouer pour se débarrasser des restes de filet : comment étais-je censé m’y prendre à partir de là ?
Je n’eus pas le temps de me décider. Le wombat s’approcha de moi en poussant un grognement meurtrier, avec la ferme intention d’anéantir tous les mythes sur le caractère inoffensif et herbivore des wombats. Je n’étais pas encore excessivement inquiet car j’avais George à mes côtés. Fidèle à ses habitudes, ce dernier poussa un grognement de gorge effarant, releva les babines pour montrer des crocs redoutables et blancs qui brillaient sous la lune, dressa la queue, hérissa le poil et se plaça entre moi et le wombat.
Comme je l’ai dit précédemment, un éléphant enragé aurait pris la fuite en couinant à la vue de George dans cette attitude. Mais un éléphant enragé n’est pas un wombat en pétard. Ce dernier s’approcha sans hésiter et resserra sa mâchoire sur la patte avant de George.
George, glapissant de douleur et de surprise, se mit à talocher le wombat à grands coups de patte droite.
Pour être juste, George ne s’était jamais battu auparavant. Il n’avait pas eu à le faire, la phase d’intimidation avait suffi. Mais je dois reconnaître que je l’ai tout de même trouvé un peu chiffe molle. Quand une bête sauvage enragée lui ronge la patte gauche, un chien sérieux devrait sans doute trouver mieux à faire que de lui asséner des coups de l’autre patte. Sans parler qu’une fois qu’il en aurait fini avec George, le wombat avait sans doute l’intention de s’en prendre à moi. 

_________________
"La douleur des veaux n'intéresse personne : avec un peu de riz, tout s'arrange" B.Fontaine
Tous crocs dehors.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 2 997

MessagePosté le: 12/10/2016 16:15:24    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Ah ouaiiis, Cook! Toujours pas lu, je l'ajoute à ma liste à lire pour les vacances. Okay
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 12/10/2016 16:35:18    Sujet du message: Ecrire comme qui ? Répondre en citant

Que ce fil est passionnant !!!!

Je lis tout mais ne commente rien pour l'instant Wink
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 08:53:50    Sujet du message: Ecrire comme qui ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes parlantes -> Tout et rien Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com