A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mentonnière

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lal Behi
Plume de Phoenix


Inscrit le: 16 Déc 2008
Messages: 1 346

MessagePosté le: 23/10/2016 19:04:37    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

Voici le premier texte d'une série (à venir) qui traitera du même sujet et que je posterai au fur et à mesure de leur écriture sur mon blog nouvelle version (publicité non déguisée Smile ).

MENTONNIÈRE

Elle n’avait semblé aussi sereine depuis longtemps, n’était la mentonnière qui maintenait de force sa bouche close – ou tentait de le faire. Il subsistait un léger espace interlabial, béance que les employés de la morgue rectifieraient d’un trait de colle. De cet écart, on ne voyait que l’intérieur des lèvres, sec et noirci.

L’esprit se fixe sur des objets transitionnels tant qu’il peut éviter la douleur. Le mien a suivi ce même chemin : la mentonnière est devenue son champ d’investigation. Sa couleur, translucide, teintée de bistre, sans doute d’une nuance qui voulait se fondre avec celle de la carnation, m’évoquait le ton brunâtre de la voûte palatine des dentiers d’antan. Quelque chose de médical, quelque chose s’immisçant dans la bouche, dans l’ébauche de l’intimité, lieu d’entrée et de sortie, de sons, de rires, d’aliments, de baisers. Mais de mots, point ; depuis des années.

Certaines mentonnières sont biodégradables ; voilà le genre de détails que l’on apprend incidemment à l’approche de la mort. Et lorsque celle-ci survient, cette biodégradabilité est matière à réflexion. Pourquoi fabriquer une telle mentonnière? Qui aurait l’idée saugrenue d’aller vérifier si, le corps corrompu, l’objet litigieux est toujours présent ? Je suppose qu’on ne pourrait obtenir de certificat d’exhumation à ce titre. Toujours est-il que ce merveilleux appareillage de maintien, pur de ligne et simple d’utilisation, accompagne mes pensées qui s’élancent, font le tour de la chambre, regardent le visage de mon père qui ne montre guère d’expressions – mais en a-t-il déjà montré ?

Le corps gît sur le dos, dans la position la plus naturelle qu’on a pu lui imposer. Seul le genou gauche pointe sous le drap en signe de défi. Ce genou, c’est le détail sur lequel mon père achoppe. Un genou, une mentonnière. Il s’énerve un peu, sans lever le ton, comme si la mort couvrait tout bruit ou si l’on craignait de réveiller le défunt. Pourquoi le personnel n’a-t-il pas remis ce genou à sa place ? Il tourne autour du lit avec hésitation, appuie sur le genou, doucement, puis avec force, mais l’articulation s’entête à le narguer. À mon sens, c’est déjà un miracle que le corps ait cette presque rectilignité, alors que depuis une année il n’a pas quitté la position fœtale, fossilisé de souffrance et d’oubli. Il faudrait inventer une mentonnière des membres inférieurs.

Je n’ai pas parlé à ma mère depuis longtemps. Fils indigne. D’abord, elle me répondait de mots inadéquats, puis rares. Elle m’a accueilli d’un borborygme que mon père traduisait à son idée – ces insupportables grognements. Un jour, je n’ai plus été dans ses yeux, je n’y ai vu nulle part mon reflet, même celui censé perdurer jusqu’à la fin.

Sur l’oreiller immaculé, son visage est d’une telle maigreur que je ne peux le reconnaître. Ses joues creuses dessinent la forme de la mâchoire, le délinéament de la mandibule. La chair est figée mais pas tendue – la seule tension est celle du plastique de la mentonnière. Mentonnière à la présence palliative sans laquelle il faudrait m’abandonner au chagrin. À condition que je sache où le trouver, enfoui, enfoui.

Mon père se demande comment ce genou récalcitrant entrera dans le cercueil. C’est compter sans le savoir-faire des pompes funèbres, savoir-faire que l’on devine mais dont on ne veut rien savoir. À quoi peut-on employer du coton méché ou un couvre-œil avec aspérités ? D’ailleurs, conserveront-ils ou non cette même mentonnière ? Dans le second cas, sera-t-elle biodégradable ? Ne resterait-il de ma mère que des os et du plastique ?

Il règne dans la chambre une odeur que l’on croit être celle de la mort ; mais ce n’est que celle du chagrin – ou d’un soulagement coupable. Autrefois, ma mère et moi faisions de concert des gâteaux aux pépites de chocolat. C’était à celui dont le dessert serait le plus gonflé à la sortie du four. Je reverrais volontiers ces mains qui remuaient la cuiller en bois, mais je n’ose soulever le drap. La couleur de la mentonnière pourrait bien, tout compte fait, évoquer celle d’un caramel en cours de cuisson. J’ignore s’il est un ange de la mort, mais il est repoussé à grandes vapeurs de sucre. J’ai veillé toute la nuit et j’ai faim.
_________________
« La pensée de chacun allait au gré de l'ombre des arbres. » - Kyoto, Yasunari Kawabata
Lalbehyrinthes devient Łálßєħўrιnтђeș, là où naissent les poèmes-capsules


Dernière édition par Lal Behi le 28/10/2016 20:19:26; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 23/10/2016 19:04:37    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 588

MessagePosté le: 23/10/2016 19:20:40    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

Puissant.

Le déplacement vers la mentionnière, la sensation de faim, c'est une sorte de palliatif contre la réalité du moment.
C'est troublant et sobre, économe en émotions je veux dire pourtant on ressent bien le chagrin mais pour l'instant, il est tu, pour le père comme pour le fils.
Revenir en haut
Hori
Administrateur


Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 1 827

MessagePosté le: 23/10/2016 19:55:49    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

Un petit texte pas sans conséquences tant il est bien écrit ! Choix des mots, agencement des paragraphes, déroulée de l’introspection : ta publicité éhontée pour ton blog est réussie, j'irai y lire la suite ! Smile
Revenir en haut
choucroute vélocipédiqu
Plume de Garuda


Inscrit le: 02 Déc 2014
Messages: 299

MessagePosté le: 25/10/2016 17:05:58    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

La mentonnière ou comment se fixer sur un détail, machinalement, puis volontairement, comme on se cramponnerait à une bouée, pour ne pas sombrer dans les pensées morbides qui surviennent immanquablement dans une telle situation...

La faim, ô paradoxe suprême, qui surgit ici d'un souvenir évoqué par l'objet supposé servir de bouclier contre le malheur. Cette faim qui rappelle un bon moment que le narrateur croyait n'avoir jamais connu.

Ce texte me fait penser à celui de trompette où il raconte qu'enfant, il a assisté à la mort de son chien "sans rien ressentir". Et si c'était par ces attitudes de froideur apparente que l'on se montrait finalement le plus humain ?

Texte très bien écrit... Une petite mise en situation comme je les aime.
Revenir en haut
Sachka
Plume de Griffon


Inscrit le: 09 Déc 2007
Messages: 1 806

MessagePosté le: 25/10/2016 18:37:46    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

Merci Lal pour ce beau texte qui m'a fait pleurer.

Rien à ajouter.
_________________
Into the woods, we must go.
Revenir en haut
En'Kaï
Plume de Benu


Inscrit le: 02 Juil 2016
Messages: 167

MessagePosté le: 28/10/2016 19:55:21    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

Texte fortement évocateur, avec un rendu précis, minuté de ces moments très particuliers, et si importants pour encaisser la chose.

Même réflexion que choucroute, pour le lien avec le texte de trompette sur la mort d'un chien. Le déroulé net et sans fioritures des instants, des détails en disent très longs, mettent dans l'ambiance et le ressenti sans autre forme de procès.
Belle écriture, soignée...
Revenir en haut
Ouroz
Plume de Calao


Inscrit le: 02 Nov 2016
Messages: 77

MessagePosté le: 02/11/2016 21:25:19    Sujet du message: Mentonnière Répondre en citant

Très joli texte ! J'aime beaucoup la façon dont est abordé le rapport à la mort.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 09/12/2016 16:27:13    Sujet du message: Mentonnière

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com