A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Triste couac

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 237 - le jeu du canard monochrome -> Critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 763

MessagePosté le: 14/11/2016 14:37:59    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Triste couac

La voiture de police roule dans les rues de la ville plongées dans une nuit d’encre. Je suis assis à l’arrière, menotté. Au commissariat je suis conduit dans une salle d’interrogatoire très sombre. Après un temps indéfini, un policier à la peau d’ébène entre et dit :
- Vous vous êtes mis dans de sales draps. Vous avez grièvement blessé un adolescent.
- Ce fut un accident !
- Un accident ? Expliquez-vous.
- Il y a un an, j’ai perdu mon épouse et ma vie n’était plus qu’un prisme chromatique noir. Insomniaque, je passais les nuits sur le balcon avec vue sur le parc faiblement éclairé par un unique lampadaire. Autour de ce morne halo tout n’était que ténèbres. Un soir pourtant, je remarquai la présence de deux canards. L’un était charbon, l’autre sa fumée. Spontanément j’allai chercher des quignons de pain que je leur lançai. Ils se précipitèrent pour les dévorer avant de s’envoler. Leur départ m’attrista plus que de raison alors que les quelques instants partagés avec ces volatiles avaient mis ma douleur entre parenthèses. La nuit suivante je me surpris à les attendre, avec impatience. Ils revinrent et eurent droit à des feuilles de laitue et à une pomme blette. Un vrai festin ! Soir après soir je jetais des restes au plus près de mon balcon et je pus observer que le mâle laissait les meilleurs morceaux à sa compagne. J’imaginais leur vie, à la fin de l’été, migrant ensemble vers l’Afrique en déjouant les dangers du voyage. Leurs visites mettaient chaque fois un peu plus du baume sur mon cœur d’onyx. Mais l’automne arriva et les canards s’en allèrent. Je pensais souvent à eux tandis que ma peine virait au gris. Au mois de juin et à ma grande surprise, ils étaient de retour. Je m’en réjouis, comme pour des retrouvailles entre vieux amis. Et c’était si merveilleux qu’ils fussent encore ensemble !
J’en arrive à ce soir. 
Tandis que je dînais, j’entendis un groupe de jeunes parler fort dans le parc. Je n’y prêtai guère attention jusqu’à ce qu’un garçon s’exclamât :
- Regardez, des canards !
D’un bond je me précipitai sur le balcon. Je compris vite leurs intentions tandis qu’ils commençaient à encercler le couple et hurlai :
- Ne vous avisez pas de leur faire du mal !
Les adolescents se retournèrent vers l’immeuble puis haussèrent les épaules avant de poursuivre leur sinistre jeu. Tel un fou, je sortis de l’appartement pour les rejoindre. Tout en courant, je vis l’un deux donner un violent coup de pied dans la femelle pour la projeter contre un mur. Je fonçai vers elle mais arrivai trop tard. La vie avait déjà fui son corps meurtri. Le mâle se tenait derrière un arbre, apeuré. Je suis sûr qu’il avait compris la gravité de la situation. Tout était de ma faute : si je ne les avais pas habitués à venir manger rien ne serait arrivé. Soudain une fille hurla :
- Il est mort ! Vous l’avez tué, salop, vous l’avez tué !
En me retournant je découvris le gamin imbécile étendu sur le gazon. Dans la précipitation pour sauver la cane je l’avais sans doute percuté mais tout à fait involontairement. Sa tête avait heurté la bouche à incendie et saignait d’abondance. Hébété, je regardais le canard s’approcher de sa bien-aimée, lui donner des petits coups de bec, tentant de la réanimer. Le désespoir m’étreignit tandis qu’une obscure et sinistre brume envahissait les lieux. 
Le policier me regarde, incrédule :
- Tout ça pour défendre des bestioles ?
Je me contente de baisser les yeux en gardant le silence. Je pense intensément à ce veuf aux plumes couleur de deuil.
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14/11/2016 14:37:59    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 820

MessagePosté le: 15/11/2016 09:23:22    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Une histoire d'inspiration touchante. Je l'ai écartée de ma sélection car l'ambiance monochrome ne m'a pas paru assez développée et la place réservée aux canards, par contre trop importante.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 294

MessagePosté le: 15/11/2016 09:47:10    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Pour ma part, j'ai bien senti l'ambiance monochrome, toute l'histoire étant plongée dans le sombre, du gris au noir, que ce soit dans la tête et le cœur du personnage ou dans le moment de la journée (ça se passe la nuit). De plus, cette atmosphère sombre et triste donne l'émotion du texte, j'ai donc trouvé l'écriture en adéquation totale avec le propos et c'est ce qui m'a touchée. La mise en parallèle de la mort du canard avec celle du gamin est particulièrement pessimiste et m'a serré le cœur. On a ici un texte désespéré et sensible, pour moi un très bon texte et je suis étonnée qu'il n'ait pas eu plus de votes que ça.
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 763

MessagePosté le: 15/11/2016 11:13:30    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Tes compliments me vont droit au coeur Khéops. D'autant que tu as été la première à voter pour ce texte et qu'en le découvrant je t'ai dit : "Merci, merci" à haute voix. Car, d'une part, tu ouvrais mon compteur et d'autre part j'apprécie que apprécies mes écrits  Mr. Green


P.S. Le gamin n'est pas mort. La gamine le croit, sans doute parce qu'il ne bouge pas, mais le policier dit bien au début "grièvement blessé". Dans le premier jet, j'avais mis que l'homme s'approche et constate que son coeur bat mais la contrainte des caractères m'a obligée à couper ce passage.
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 294

MessagePosté le: 15/11/2016 11:23:16    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Oui, c'est vrai, j'avais remarqué le "grièvement blessé" du policier mais la panique de la fille a dû se transmettre à mon subconscient Mr. Green

Ça n'enlève rien à la qualité de ton texte.

Et de rien pour les compliments. Tu sais qu'ils sont sincères, je n'hésite jamais à dire quand j'aime un texte (et pourquoi) comme je n'hésite pas non plus à dire quand je n'aime pas (et pourquoi aussi) ! Smile
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 926

MessagePosté le: 19/11/2016 10:35:49    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

J’ai d’abord fait la grimace en voyant que la couleur était prise au figuré. Décrire l’humeur rose ou noire, c’est finalement moins ardu que d’imaginer un monde vraiment monochrome. Mais comme l’écrit Khéops on ressent bien ce côté sombre. Et les variations d’humeur du héros en déclinent les nuances ( ma peine virait au gris)

Moi aussi, j’ai cru que le gamin était mort, ayant à chaque lecture oublié le « grièvement blessé » du tout début. J’ai trouvé que le fait que la mort de l’ado soit tout à fait accidentelle, puisque le narrateur ne l’a même pas frappé diminue l’impact de l’histoire.

Quand à l’émotion, j’en ai ressenti autant pour la mort du canard que pour celle de l’ado, sans doute parce que je suis souvenu d’un fait divers dans lequel des crétins avaient martyrisé un canard et que j’avais trouvé ça ignoble.

L’un était charbon, l’autre sa fumée : superbe formule !
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
En'Kaï
Plume de Benu


Inscrit le: 02 Juil 2016
Messages: 167

MessagePosté le: 19/11/2016 12:44:24    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Je n'ai pas encore lu les critiques ici.

Ce texte m'a laissée ambivalente et je n'arrive pas à déterminer pourquoi. Le camaïeu de noir et de gris illustrant la forte déprime du personnage est dans le ton. La présence des canards selon la consigne pouvait être anecdotique ou prégnante, donc aucun souci sur ces aspects.
Si je reprends mes notes*, le personnage n'est pas farfelu mais bien mal en point moralement; le couple de canards et la canne représentent un beau transfert, ou identification; à ce point, c'est peut-être cela qui me fait tiquer. A moins que, comme sur la micro-nouvelle, l'idée ne soit trop dense pour être traitée en si peu de place. Je m'interroge.

L'exclamation "vous l'avez tué" est bien amenée dans la surprise. Car il peut s'agir du protagoniste en parlant du canard. J'aime cette double interprétation possible sur le moment. J'avais à peine intégré que c'était la fille qui le disait.

*Triste couac
Noir et original. Un personnage farfelu, omnicentré sur son canard, ça fait un peu peur quand même. Et je crois que je n’étais pas dans cette humeur-là, le soir où j’ai voté.
Bon titre, même si j’aurai aimé trouver un jeu plus évident entre le couac, le coin-coin, et éventuellement un couic.. Coinc ?


edit après lecture: J'avalise aussi la formule L’un était charbon, l’autre sa fumée, tout simplement magnifique.
Revenir en haut
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 763

MessagePosté le: 21/11/2016 16:40:15    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

@ Tober : Merci d'avoir apprécié ce texte et plus particulièrement la formule  Smile
@ En'Kaï : c'est juste la canne du couple qui est tuée. Il n'y a pas trois canards avec six pattes ou un avec trois,  mais deux avec quatre   Mr. Green  
Comme pour Tober, merci aussi d'avoir apprécié les deux  Smile  
Pour le titre je suis restée sur le couac pour son sens au figuré et n'ai pas cherché un jeu de mots original. Mais j'aime bien ton coinc  Razz
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 294

MessagePosté le: 21/11/2016 18:45:18    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Une cane, mesdames, une cane Wink

Sinon, effectivement, on n'y comprend plus rien Smile
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dulcie
Plume de Kookaburra


Inscrit le: 17 Nov 2008
Messages: 763

MessagePosté le: 21/11/2016 18:50:58    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Embarassed Je l'aie pourtant bien orthographiée dans mon texte ...grrrrr....
_________________
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que beaucoup de personnes paraissent brillantes avant d'avoir l'air con...
Gaston Bachelard
Revenir en haut
En'Kaï
Plume de Benu


Inscrit le: 02 Juil 2016
Messages: 167

MessagePosté le: 21/11/2016 19:24:01    Sujet du message: Triste couac Répondre en citant

Dulcie, c'est moi, qui ai fait la faute, je viens de la voir en relisant, et tu as suivi. (Honte à moi; mes pauvres neurones en ce moment!).

Oui, oui, j'avais bien vu qu'il n'y avait que le couple de canards. Je me suis mal exprimée. J'évoquai plutôt deux transferts distincts: celui du couple qu'il formait avec sa femme. Puis la mort de sa femme qu'il revivait en catharsis par la mort de la cane.

Je te laisse le coinc, sans souci. Very Happy
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 13:31:48    Sujet du message: Triste couac

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 237 - le jeu du canard monochrome -> Critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com