A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rouge ire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 237 - le jeu du canard monochrome -> Critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
En'Kaï
Plume de Benu


Inscrit le: 02 Juil 2016
Messages: 167

MessagePosté le: 15/11/2016 22:57:18    Sujet du message: Rouge ire Répondre en citant

Rouge ire

Les fraises et les framboises dégoulinaient du mur comme l’aurait fait un cœur arraché et projeté avec violence. Ces larmes incongrues striaient ainsi le mur du balcon à la terrasse, comme des lianes. Les mûres arrachées des ronces difficilement domestiqués rejoignirent leurs copines de déconfitures. Dommage, la saison des tomates était passée, mais elle avait déniché un stock de conserves : sauces, marmelade de groseille et de cassis.

Après ce badigeonnage, la silhouette s’empara des roses, en nombre impair, et en appliqua les vifs pétales dans le fructose collant. Tout ce qu’elle avait planté ces quatre dernières années était désormais empégué sur la façade de sa chère maison qu’il n’entretenait guère pourtant. Ici, elle avait déposé espoirs et croyances : qui enracine le sol, pense en récolter les fruits les années à venir.

Pour faire bonne figure, et eut égard à son lien avec l’alcool, elle y fracassa une bonne bouteille de bordeaux. Elle pensa bien à s’ouvrir l’artère fémorale avec un tesson, et se plaquer contre la façade en un simulacre d’étreinte ou de signature définitive, mais aucun chef d’œuvre ne mérite cela.

Du pied du mur, quelque chose remua. Une masse d’apparence sanguinolente qu’elle eut du mal à reconnaitre. C’était Gédéon qui siestait là, baignant, maculé de carmin et de vermillon. L’envie de sang la reprit. Elle hésita à le projeter, l’estropier, l’écarteler, le dépiauter et le coller au milieu du tableau nature ; cela aurait rajouté une nuance supplémentaire. Mais il n’y était pour rien, ce brave canard. Elle lui en avait fait cadeau pour un anniversaire, sur une blague. Depuis, elle avait un peu perdu le sens de l’humour. Etrange qu’il n’ait pas joint le palmipède aux cartons qu’il lui avait soudainement fait, et qu’elle avait découvert un soir en rentrant. Le rosier d’Anahakan, conte arménien, illustre que le jardin est à celui qui le chérit. Elle sait que ça n’est pas toujours vrai si du jour au lendemain, l’accès vous en est interdit.

Elle n’était pas revenue depuis, encaissant et gérant les conséquences immédiates. Six mois plus tard, le plus urgent étant à peu près réglé, la colère commençait à se faire jour. Il fallait faire quelque chose pour extérioriser, marquer cette étape et passer le palier. C’était son psy qui lui avait conseillé. « Pensez à une couleur et laissez-la vous inonder ». Conseil incompréhensible, mais qu’elle avait mis à sa sauce écarlate, avec ses interprétations andrinoples et les symboles qu’elle avait voulu y mettre. Si certains écrivent la force de leurs rêves sur les murs, elle, elle incrustait sa colère sur ce mur-là, précisément.
Elle recula pour contempler son forfait, en prit une photo-souvenir qu’elle ne mettrait pas sur son facebook, et s’apprêta à faire demi-tour, en toute discrétion. Dans son sillage, le rosier pleurait encore.

Il n’aurait pas dû être là, évidemment. Malgré la surprise, elle ne cilla pas, ne tenta pas de s’expliquer, soutenant le regard. Il était près de ce même portail où ce matin-là, tant de sa stature que de sa paranoïa du moment, il l’avait toisé, dédaigneux. Le soir-même, elle retrouvait ses affaires entassées, sans plus de mot de sa part. Elle était plus forte aujourd’hui. Rocs infaillibles en face à face. Ce qu’il pensait ? Elle s’en contrefichait désormais. En son temps, il n’avait pas consenti à ce qu’elle, elle comprenne, au minimum. Sa culpabilité l’avait rendu lâche. Elle se demanda si cette émotion avait aussi une couleur.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 15/11/2016 22:57:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 16/11/2016 13:59:43    Sujet du message: Rouge ire Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé, dans ce texte, le camaïeu de rouge associé à la violence de la situation. Situation un peu floue, elliptique tout comme la fameuse phrase finale... Libre à soi d'interpréter (rupture amoureuse, inceste..) en tout cas, la pathologie dont souffre le protagoniste (qui consulte un psychiatre) trouve enfin un échappatoire... On peut supposer qu'il est délivré de son mal après ce défoulement incroyable... Ce n'est pas gai mais c'est fort dans une forme aussi courte et aussi métaphorique.

Bravo En'kaï Okay
Revenir en haut
En'Kaï
Plume de Benu


Inscrit le: 02 Juil 2016
Messages: 167

MessagePosté le: 19/11/2016 18:58:04    Sujet du message: Rouge ire Répondre en citant

Merci Donaco. J'avais omis ton commentaire.
Le personnage consulte un psy:psychiatre, psychologue, psychothérapeute? pathologie vraiment? j'ai volontairement laissé à l'appréciation du lecteur.
Après l'expression de la colère, on espère la délivrance totale, oui. A défaut d'avoir eu "réparations" pour les dommages subis, un peu de "retours visibles", de vengeance originale, ça peut aider aussi, non?

Je constate que l'essentiel de ce que je voulais y mettre est passé, et un peu de zone d'ombre subsiste pour que le lecteur travaille aussi un peu, comme il le souhaite.
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 821

MessagePosté le: 20/11/2016 09:12:44    Sujet du message: Rouge ire Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé ce jeu de couleurs, cette déclinaison en images de tous les rouges possibles, expression d'une douloureuse colère, ainsi que l'impression de mystère qui baigne le texte et ouvre la porte à l'imagination du lecteur.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sachka
Plume de Griffon


Inscrit le: 09 Déc 2007
Messages: 1 806

MessagePosté le: 20/11/2016 10:54:43    Sujet du message: Rouge ire Répondre en citant

C'est curieux mais ce texte qui est centré sur la colère, qui est supposé regorger d'une certaine violence (au moins intérieure), ne m'a pas du tout remué les tripes. A mon avis, c'est trop descriptif, et pas suffisamment exprimé du point de vue des émotions intérieures de la nana vengeresse pour que ça résonne à mes esgourdes.
Je trouve pourtant que l'idée est bonne et l'introduction du canard aussi insolite que drôle dans cette désolation. Mais, vraiment, trop de distanciation par rapport à ce que vit l'héroïne à mon goût.

Sur la forme, il y a quelques maladresses, par exemple :
"la silhouette s’empara des roses" : parler de silhouette dans ce cas ne me semble pas approprié puisque le personnage est central, ce n'est pas quelqu'un qu'on ne fait qu'apercevoir.
"Tout ce qu’elle avait planté ces quatre dernières années était désormais empégué sur la façade de sa chère maison qu’il n’entretenait guère pourtant." : mettre elle / il dans la même phrase alors que l'autre n'a pas encore été introduit auparavant complique la lecture et la compréhension
"cartons qu’il lui avait soudainement fait, et qu’elle avait découvert" : faitS et découvertS
_________________
Into the woods, we must go.
Revenir en haut
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 926

MessagePosté le: 27/11/2016 11:16:38    Sujet du message: Rouge ire Répondre en citant

Un texte très dense et dont le centrage sur la rage et la couleur rouge font la force. Agrémenté de pointes d'humour aussi. Mais comme Sachka, je n'ai pas été vraiment touché. Quelques fautes et maladresses ont un peu cassé mon plaisir de lecture.


eut égard : eu égard
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 08:47:29    Sujet du message: Rouge ire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Archives -> Archives 2016 -> Jeu 237 - le jeu du canard monochrome -> Critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com