A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le jour où le soleil se leva à l’est

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Le jeu presqu'hebdomadaire -> Jeu 238 -> critiques constructives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ouroz
Plume de Calao


Inscrit le: 02 Nov 2016
Messages: 75

MessagePosté le: 28/11/2016 22:32:02    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est Répondre en citant

(Je me suis permis de corriger la faute d’orthographe de la première phrase)

Un matin en se réveillant, Pierre Delain constata que le soleil s’était levé à l’est.
Il n’y avait pas à s’y tromper. C’était un rayon de soleil tombant sur son visage qui l’avait réveillé. Or, il le savait bien, sa fenêtre donnait sur le couchant.
C’était un petit homme anonyme et calme, à qui personne n’avait jamais prêté attention. Il avait perdu sa famille tôt, au travail son chef savait à peine son nom parmi ses dizaines d’employés. Il avait un tempérament simple, pragmatique, résigné, qui lui avait permis de survivre à la solitude.
Un autre serait devenu fou, se serait rué dehors en hurlant. Mais il se contenta de se lever comme chaque jour de sa vie, de s’habiller et de manger un bol de céréales. Les choses étaient ainsi. Il les subissait, quand elles changeaient il s’adaptait.
Dehors, tout semblait normal. Les voitures roulaient, les gens vaquaient à leurs occupations. Personne ne semblait remarquer l’inversion de l’astre du jour.
Il fallait voir cela de plus près. Peut-être y avait-il quelque-chose qui expliquerait tout. Il sortit donc, à l’affut de quelque chose d’insolite.
Longtemps il marcha à travers les rues aux façades sales, les murs constellés de tags, les passants pressés. Tout était normal. Sauf le soleil.
Il commença à douter. Peut-être le soleil c’était-il en fait toujours levé à l’est, que l’erreur ne venait que de lui ? S’il posait la question dans un bar ou un magasin, on le prendrait pour un fou…
Et c’est alors qu’il la vit.
Elle marchait vite, malgré sa lourde robe à paniers de style victorien. Un chapeau d’où s’échappaient quelques anglaises brunes, sous le bras une délicate ombrelle à poignée d’ivoire. Tout en elle dénotait un raffinement et une élégance incongrue, dans ce quartier aux façades ternes et uniformes, agrémentées de troquets miteux. Où était-il d’ailleurs ? Il n’en savait rien. Il avait marché au hasard, et il n’était jamais venu par ici.
Sans réfléchir, il se mit à la suivre. Au bout d’une centaine de mètres, elle s’arrêta soudain. Et à sa grande surprise, elle se tourna vers lui et lui sourit.
« Il est tant d’y aller, n’est-ce pas ?
Elle désignait un grand bâtiment de style néogothique devant eux, dont l’entrée était surmontée d’une grande banderole. « Foire des livres d’exception ».
- Je suis vraiment en retard, Max va être furieux, reprit-elle. Mais c’est sa faute après-tout, il n’avait qu’à pas me traiter de la sorte ! »
Et d’un geste vif, ouvrant son gilet, elle lui montra un grand trou auréolé de sang dans son chemisier. Et avec un frais rire, elle disparut dans le hall.
Comme dans un rêve, Pierre la suivit.
C’était la plus étrange foire au livre qu’il n’ait jamais vu. On y croisait des chevaliers en armure, des indiens, des hommes préhistoriques. Des dames aux lèvres noircies par le poison riaient avec de jeunes élégants au crâne fracassé, ou un couteau planté dans le dos. Derrière les stands, des hommes et des femmes de tout âge les rappelaient parfois à l’ordre, les enjoignant à grands cris d’aller faire ce pour quoi on les avait écrits – du chiffre.
Longtemps Pierre erra à travers les stands. Et finalement il le trouva.
Derrière la table couverte de livres, le petit homme à l’air triste épongeait son front chauve.
« Je n’en ai pas vendu un seul ! Lança-t-il désolé à l’adresse de Pierre.
Et puis, d’une voix chargée de regrets :
- Mais aussi, qu’est-ce qui m’a pris de choisir un héros aussi minable que toi ! Et cette histoire de monde-miroir… »
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 28/11/2016 22:32:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 587

MessagePosté le: 29/11/2016 18:39:30    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est Répondre en citant

J'ai adoré ce texte à partir du moment où la femme blessée (une zombie très séduisante) apparaît. Je trouve ce passage fameux, très visuel et pittoresque. En revanche, je n'ai pas vraiment apprécié la fin qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Quelle est donc la fameuse idée de ce "monde-miroir"? Un monde surnaturel ?

Je n'ai pas bien compris non plus ce en quoi était-ce important de souligner la solitude de ce personnage. Est-ce parce qu'il peut survivre, sans devenir fou, à ce qu'il voit ?

Ceci dit, c'est bien écrit et agréable à lire malgré ces passages que je n'ai pas appréciés.
Revenir en haut
En'Kaï
Plume de Benu


Inscrit le: 02 Juil 2016
Messages: 165

MessagePosté le: 29/11/2016 19:49:37    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est Répondre en citant

J'ai lu plein de passages bien décrits: la solitude et la résignation de Pierre Delain, la liste des personnages de livres qui se baladent, j'ai adoré et l'idée du soleil à l'envers est intéressante; mais le tout m'a donné une impression de puzzle mal assemblé. Comme si tu voulais mettre plusieurs idées en même temps, mais qu'elles ne s'emboitaient pas vraiment. Qu'il se découvre lui-même un personnage du coup (si j'ai bien compris) tombe un peu à plat.

J'ai cru aussi à un moment, qu'il remontait dans le temps, idée bien trouvée pour aller avec le soleil qui se lève dans l'autre sens, mais là aussi, c'est peu traitée, et je ne suis pas sûre d'avoir compris ce que je devais comprendre. En fait je me dis que tu as voulu trop en dire, et que tu as voulu raconter plusieurs histoires en une. Ecrire, c'est parfois choisir.
Revenir en haut
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 3 814

MessagePosté le: 30/11/2016 08:18:45    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est Répondre en citant

Avant tout, je te reprécise que j'ai beaucoup de mal avec la SF, la fantasy, donc la quatrième dimension m'a donné du fil à retordre et ton texte en particulier parce qu'il est carrément "en plein dedans": fou, foisonnant, des personnages hauts en couleurs mais plus qu'étranges. Je m'y suis perdue !
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
tobermory
Administrateur


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 6 923

MessagePosté le: 30/11/2016 14:30:37    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est Répondre en citant

Je rejoins les commentaires précédents. Il y a dans ce texte deux idées fascinantes : au début, le héros qui s’étonne que le soleil se soit levé à L’est, et la fin le monde miroir et la rencontre de l’auteur et de son personnage. Un texte riche, trop même pour un format aussi court, si bien que je m’y suis un peu perdu. Deux points qui m’ont laissé perplexe :
Longtemps Pierre erra à travers les stands. Et finalement il le trouva. Cette formulation donne l’impression qu’il a cherché l’homme en question alors qu’en fait on nous a dit qu’il cherchait simplement quelque chose d’insolite qui puisse expliquer la situation.
La description de Pierre et celle de l’auteur-vendeur commencent de la même façon (un petit homme… le petit homme) ce qui est à éviter sauf s’il y a une bonne raison à cette similitude.
Et attention aux fautes d’étourderie : c’était-il ; Il est tant d’y aller etc.

Du point de vue de la consigne : on ne trouve pas la situation de départ imposée par le sujet.
Mais pour un premier essai de Jph, c’est plus qu’encourageant.
_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement (G. K. Chesterton)
Revenir en haut
Ouroz
Plume de Calao


Inscrit le: 02 Nov 2016
Messages: 75

MessagePosté le: 30/11/2016 20:45:09    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est Répondre en citant

Merci beaucoup pour vos commentaires, qui me seront précieux ! Je crois effectivement que j'ai voulu courir trop de lièvres à la fois. Je n'avais plus l'habitude de ce genre d'exercices, qui sont vraiment excellent.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 04/12/2016 17:12:11    Sujet du message: Le jour où le soleil se leva à l’est

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Jeux de plumes -> Le jeu presqu'hebdomadaire -> Jeu 238 -> critiques constructives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com