A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Rêve

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Prascovie
Plume de Quetzal


Inscrit le: 21 Déc 2016
Messages: 31

MessagePosté le: 10/01/2017 11:44:14    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Le Rêve


       Tu ne peux pas dire où vont les routes.
       
       Il y avait un Rêve. La rue s’est envolée. Il ne restait qu’un bloc de trottoir dans lequel était planté un lampadaire allumé. Il ne restait plus qu’une porte, et, derrière, une route se courbant, traversant le champ d’étoiles. Il ne restait plus qu’une fille, qui parcourait la nuit sur la route, en nuisette blanche, et, de l’autre côté de l’espace, de l’autre côté du réel, tout au bout du virage, il y avait un autre bloc de trottoir, un autre lampadaire, une autre porte, un autre fantôme en vêtement de nuit blanc. La clarté des lumignons suspendus sous les planètes se jetait sur la scène et j’y voyais comme en plein jour. Je ne savais plus si j’étais soudain moi-même ou si j’étais soudain l’autre qui cherchait à me rejoindre, et, comme en miroir, mes deux êtres se risquèrent dans l’encadrement des deux portes, s’avançant sur le pont par-delà les étoiles. Je me rejoignis juste au milieu du monde et mon visage et mon corps se trouvèrent eux-mêmes, comme on s’approche de soi-même en remontant vers la surface et son reflet. Je fendis la surface et me réveillai dans un au-delà que tout le monde, en général, nomme la réalité.

       Tu ne peux pas dire où vont les routes.

       Tu ne peux pas dire si tu m’aimes.

       Il ne m’est plus resté qu’un grillage et la mémoire de toi. Il pleuvait. Le monde était gris, souviens-toi : tout était gris à cette époque, et le soleil ne se levait jamais. Je me souviens de la nuit perpétuelle qui finissait par tomber même à l’intérieur de nous. Je me souviens des cheminées volcaniques qui asphyxiaient les anges. Je me souviens de l’immeuble insalubre, des canalisations déversées sur les trottoirs, des rues si vastes qu’on pouvait y faire passer trois tanks de front. Je me souviens qu’on les avait dessinées pour ça. Il n’était plus resté ni couleur ni lumière, et tandis qu’ils me faisaient monter dans le camion, avec leurs gestes gris, leurs voix grises, leurs uniformes gris ; tandis qu’ils surveillaient leurs gestes et leurs mots pour qu’ils fussent tous utiles à quelque chose et qu’ils alourdissent la densité du plomb de ce couvercle de silence et de mort ; tandis qu’ils ne faisaient rien, qu’ils ne disaient rien, qu’ils se comportaient comme les pantins que nous avions été jusqu’à n’en plus pouvoir ; tu t’accrochais au grillage en pleurant, sous la pluie, et tes yeux retrouvèrent le bleu qu’ils avaient eu des années auparavant. Nous marchâmes une éternité l’un vers l’autre sur le fil de ce regard d’outremer. Nous marchâmes une éternité dans un couloir où tes yeux devenaient mes fenêtres sur l’ailleurs. J’avançais sur le fil, le funambule de l’espoir raidissant ses muscles, se risquant à tout petits pas précaires, sentant la fraîcheur irrésistible du jardin de la lumière en fin de course, et, malgré nous, la porte se referma, la bâche retomba sur le camion, l’un des soldats donna un ordre qui fracassa le cristal de l’instant sur le trottoir, dans une flaque pleurée du ciel. Les yeux bleus en cage étaient redevenus gris. Le camion démarra.

       Tu ne peux pas dire où vont les routes.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 10/01/2017 11:44:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Narcisse
Plume de Calao


Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 74

MessagePosté le: 10/01/2017 16:35:01    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Tu ne peux pas dire où vont les routes
Elles vont et viennent en champs d'étoiles
Parfois j'en dessine les toiles
Aux couleurs qui nous envoûtent

Tu ne peux pas dire si tu m'aimes
Mais tu sais que ce monde est gris
Il pleure les larmes des soldats aigris
Ils en pleurent comme la mort sème

Tu ne peux pas dire où vont les routes
Car elles n'ont plus de buts à mes yeux
Elles sont jonchées des corps de ceux
Qui tombent raides, goutte à goutte

Je suis un peu nul en tant que critique littéraire.. Chez moi c'est j'aime, ou je n'aime pas, ça ne vole guère plus haut. Alors j'ai préféré te faire un poème en guise de réponse, c'est ce qui m'est resté de l'unique lecture de ton texte. Je ne sais pas si j'ai visé juste, je l'interprète ainsi du moins
(j'ai piqué ici et là dans ton texte pour écrire le poème !)
Ah et zut, j'ai cherché à m'amusé aussi, comme "étoiles / les toiles" ... "est gris / aigris" ... Mais j'ai zappé de le faire dans le dernier paragraphe... Bof tu m'en voudras pas hehe
_________________
"One of us cannot be wrong" de Léonard Cohen Wink
Revenir en haut
Sanae
Plume de Quetzal


Inscrit le: 30 Déc 2016
Messages: 27

MessagePosté le: 12/01/2017 22:19:13    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Quelques impressions en vrac après avoir lu ton texte (tu me pardonneras si j'interprète totalement à l'envers de ce que tu avais en tête):
J'ai beaucoup aimé la façon dont tu scindes le passage en deux parties très distinctes. Mais je ne saurais dire laquelle j'ai préféré, car les deux m'ont plu. Elles sont totalement opposées (même si on a l'espoir de retrouver le monde onirique de la première partie dans les dernières lignes, avant que la bulle n'éclate - plutôt que la porte ne se referme, pour reprendre ton image) : elles sont magnifiques chacune à leur manière.
La transition de la troisième personne au "je" est surprenante, mais elle donne un effet de "zoom" : on commence par avoir une description générale, qui se dédouble, puis on plonge dans un (ou le ?) personnage. En fait, j'ai trouvé le passage entier assez "mouvant" (mais si, c'est possible) : on se laisse porter sans vraiment savoir où tu nous emmènes - peut-être cette impression est-elle en partie due aux nombreuses virgules et aux émotions qui affluent par vagues.

C'est pas très clair tout ça, mais en tout cas j'ai adoré l'ambiance que tu nous proposes (c'est beau et triste à la fois : élégant, quoi).
_________________
"Vous ne sauriez voir venir à vous ces vagues chimériques, mais au travers de ces quelques lignes, vous les entendrez se briser sur une grève lointaine."
Mark Twain
Revenir en haut
Liz
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 341

MessagePosté le: 15/01/2017 10:56:00    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

J'arrive bien à "voir" les images de ce que tu racontes. Tout le monde n'y arrive pas.
Des virgules, il y en a, c'est vrai, elles sont bien placées, toutefois elles coupent un peu le rythme du lecteur d'écran.
Pour un voyant, je ne sais pas si elles ont le même impact sur la lecture.
_________________
Sur ma page AVP, j'explique comment nous lisons et écrivons. Il y a aussi (en exemple) mon devoir pédagogique paru en ebook (18 pages) avec une illustration de Rebecca Fourment.

Ma page pour AVP
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Plume de Simurgh


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 246

MessagePosté le: 15/01/2017 13:18:07    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Je me permets de faire une intervention pour jouer ma curieuse de base Mr. Green et parce que ça m'intéresse. Lili, qu'appelles-tu un lecteur d'écran, comment cela fonctionne-t-il? Je pense que cela pourrait nous éclairer sur les retours que tu fais sur les textes. Et comment écris-tu, avec quel matériel?

Désolée Prascovie pour ces questions techniques, mais je pense que c'est intéressant pour tout le monde de comprendre. Smile
Pour en revenir à ton texte, j'aime beaucoup l'ambiance que tu as mise en place, le début est vraiment très bien écrit. Petit bémol: comme le dit SirMK, je ne suis pas sûre d'avoir tout compris non plus à ce que tu racontes dans ce texte. C'est un joli jeu d'images (qui rejoignent d'ailleurs le thème) mais un peu trop opaque pour emporter le lecteur. Il faut parfois trouver un juste dosage entre ce que l'on distille dans le texte et les informations apportées au lecteur. Là, malgré un style qui me plaît beaucoup, c'est un peu trop obscur pour moi.
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Liz
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 341

MessagePosté le: 15/01/2017 14:33:06    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

J’utilise le système JAWS comme la plus grande partie des non-voyants. Je ne vais pas vous détailler le système. Ce lien vous conduira directement aux informations que je suis incapable de vous donner.

http://www.accessolutions.fr/Jaws-pour-Windows.html

J’ai un clavier braille, toutefois je sais taper directement sur le clavier classique de mon portable. Sur un clavier d’ordi fixe, c’est plus compliqué, les touches ne sont pas toujours aux mêmes endroits.

Merci de vous intéresser à ma situation particulière. L'écriture est à peu près un des seuls endroits où je peux me battre en étant « pratiquement » à armes égales. Je m'acharne depuis le CP (treize ans, déjà), en espérant que cette opiniâtreté aura servi à quelque chose.

Merci de vous intéresser à ma situation particulière.
_________________
Sur ma page AVP, j'explique comment nous lisons et écrivons. Il y a aussi (en exemple) mon devoir pédagogique paru en ebook (18 pages) avec une illustration de Rebecca Fourment.

Ma page pour AVP
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Plume de Simurgh


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 246

MessagePosté le: 15/01/2017 16:11:18    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Merci à toi pour ces informations qui nous permettent de mieux comprendre comment tu écris. Il est vrai qu'en tant que voyants, nous avons des habitudes qui conditionnent nos textes: l'idée passe directement sous nos doigts et les mots s'affichent rapidement sous nos yeux. Toi, tu entends ce que tu écris. J'imagine que cela apporte une autre façon d'appréhender la structure, la résonance, le rythme du texte... Ou même les échanges comme nous en avons ici.

En relisant ton commentaire sur les virgules dans le texte de Prascovie, je me rends compte qu'effectivement, en lisant le texte à voix haute, les virgules ressortent plus, alors qu'en le lisant mes yeux avait tendance à jouer à saute-mouton en passant par-dessus les virgules.
Mais effectivement, dans le cas de cette phrase par exemple, il y en a beaucoup: "Il ne restait plus qu’une fille, qui parcourait la nuit sur la route, en nuisette blanche, et, de l’autre côté de l’espace, de l’autre côté du réel, tout au bout du virage, il y avait un autre bloc de trottoir, un autre lampadaire, une autre porte, un autre fantôme en vêtement de nuit blanc."
Je propose une version avec moins de virgules: "Il ne restait plus qu’une fille qui parcourait la nuit sur la route en nuisette blanche et, de l’autre côté de l’espace, de l’autre côté du réel tout au bout du virage, il y avait un autre bloc de trottoir, un autre lampadaire, une autre porte, un autre fantôme en vêtement de nuit blanc."
Que penses-tu de tout ça Prascovie?
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Liz
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 341

MessagePosté le: 15/01/2017 16:58:39    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Le lecteur d'écran est intraitable, il marque une pause à chaque ponctuation. La longueur ainsi que la retombée de la voix est différente selon qu'il s'agit d'un point ou d'une virgule.

Si j'en crois la règle, nous devons mettre entre virgules tout ce qui est superflu à la compréhension de la phrase. Toutes ces petites précisions que nous apportons malgré nous.

J'entends d'ici mon ex-prof de français (je n'ai pratiquement plus de français maintenant). Cette phrase indique une volonté d'objectivité et de description. La proportion de virgules, nettement supérieure à la moyenne, dénote une longueur et une structure de phrase inhabituelle pouvant être dynamisée par des séquences plus courtes.

"Un autre fantôme en vêtement de nuit blanc" Vêtement, vêtements j'hésite. Je me pose souvent trop de questions.
_________________
Sur ma page AVP, j'explique comment nous lisons et écrivons. Il y a aussi (en exemple) mon devoir pédagogique paru en ebook (18 pages) avec une illustration de Rebecca Fourment.

Ma page pour AVP
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Liz
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 341

MessagePosté le: 15/01/2017 17:11:26    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Pardon, en ajoutant un post, j'ai fait remonter un vieux truc qui ne le mérite pas.
_________________
Sur ma page AVP, j'explique comment nous lisons et écrivons. Il y a aussi (en exemple) mon devoir pédagogique paru en ebook (18 pages) avec une illustration de Rebecca Fourment.

Ma page pour AVP
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Prascovie
Plume de Quetzal


Inscrit le: 21 Déc 2016
Messages: 31

MessagePosté le: 15/01/2017 19:55:07    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Merci de votre lecture et de vos commentaires !

J'ai tâché d'y répondre en réfléchissant sur ma pratique et c'était très intéressant.


Sanae a écrit:
Quelques impressions en vrac après avoir lu ton texte (tu me pardonneras si j'interprète totalement à l'envers de ce que tu avais en tête):
J'ai beaucoup aimé la façon dont tu scindes le passage en deux parties très distinctes. Mais je ne saurais dire laquelle j'ai préféré, car les deux m'ont plu. Elles sont totalement opposées (même si on a l'espoir de retrouver le monde onirique de la première partie dans les dernières lignes, avant que la bulle n'éclate - plutôt que la porte ne se referme, pour reprendre ton image) : elles sont magnifiques chacune à leur manière.

À proprement parler, la première partie est le Rêve. Il s'agit du projet cosmique de se retrouver, de coïncider parfaitement avec soi-même en ne subissant nulle altération, nulle influence sociale. En pleine nuit, les injonctions sociales sont impuissantes, elles ne nous poursuivent plus. On peut retrouver son équilibre en parcourant le champ d'étoiles. On peut fixer le ciel, marcher parmi le ciel, se soustraire à l'horizontalité des rapports sociaux. Plus rien n'a d'emprise sur nous sinon notre être véritable, en direction duquel nous marchons.

La deuxième partie est la vie. Elle est grise et insatisfaisante, en tout cas dans ce texte. La nature est parasitée par la fonction. Les vêtements, les gestes, les mots, tout devient fonctionnel. Il n'y a qu'un passage entre la vie et le Rêve, et ce couloir tient dans le regard d'un autre, et la narratrice emprunte un peu ce couloir. Ce sont les rares secondes qui méritent d'être vécues. Ce ne sont que des secondes, mais l'infinité de la sensation peut allonger l'instant jusqu'à l'éternité.

Sanae a écrit:
En fait, j'ai trouvé le passage entier assez "mouvant" (mais si, c'est possible) : on se laisse porter sans vraiment savoir où tu nous emmènes - peut-être cette impression est-elle en partie due aux nombreuses virgules et aux émotions qui affluent par vagues.

C'est pas très clair tout ça, mais en tout cas j'ai adoré l'ambiance que tu nous proposes (c'est beau et triste à la fois : élégant, quoi).

Tu décris très bien ce style, que j'utilise de temps en temps, surtout dans les écrits sur lesquels je ne reviens pas. Il n'y a pas beaucoup de phrases. Elles sont plus longues, avec plus de virgules. La phrase est la fluidité du vécu, les virgules sont le rythme intérieur. C'est l'un des styles les plus intéressants que j'ai pu lire, en particulier chez Claude Simon et Gabriel Garcia Márquez.

Ton commentaire est très encourageant. Merci !


Lili a écrit:
J'arrive bien à "voir" les images de ce que tu racontes. Tout le monde n'y arrive pas.
Des virgules, il y en a, c'est vrai, elles sont bien placées, toutefois elles coupent un peu le rythme du lecteur d'écran.
Pour un voyant, je ne sais pas si elles ont le même impact sur la lecture.

Je suis contente de la consistance de mes images. Je ne sais pas si le style employé est fait pour le lecteur d'écran : je n'ai jamais spécifiquement composé en pensant à la possibilité qu'on me lise en utilisant un lecteur d'écran. Pour un voyant, les virgules sont pénibles s'il ne parvient pas à s'embarquer dans le texte, en raison de la qualité du texte, ou de sa sensibilité de lecteur. J'écris des textes sur plusieurs pages sans changer de phrase et les effets sont intéressants, surtout chez les bons auteurs cités plus haut. Certains sont trop perturbés dans leurs habitudes de lecture pour apprécier la chose, et moi-même, en commençant mon premier Claude Simon, j'ai perdu pied. Je me suis accrochée et j'ai trouvé des trésors. J'essaie d'en produire à mon tour. Vaste programme.


EmmaBovary a écrit:
Pour en revenir à ton texte, j'aime beaucoup l'ambiance que tu as mise en place, le début est vraiment très bien écrit. Petit bémol: comme le dit SirMK, je ne suis pas sûre d'avoir tout compris non plus à ce que tu racontes dans ce texte. C'est un joli jeu d'images (qui rejoignent d'ailleurs le thème) mais un peu trop opaque pour emporter le lecteur. Il faut parfois trouver un juste dosage entre ce que l'on distille dans le texte et les informations apportées au lecteur. Là, malgré un style qui me plaît beaucoup, c'est un peu trop obscur pour moi.

J'ai peut-être expliqué plus haut les points sur lesquels tu aurais voulu un éclaircissement dans le texte. Je ne pense pas que mon texte soit obscur, mais abstrait, du moins dans sa première partie. J'ai souhaité qu'il soit évocatoire et qu'il ressasse le tragique de la vie, ce qui en fait à la fois la tristesse et la beauté. Rien n'est caché. Le texte est peut-être difficile si l'on veut remonter de l'impression qu'il provoque vers la conceptualisation. Mais je ne sais pas ce que SirMK n'a pas compris, je n'ai pas trouvé son commentaire. J'espère ne pas te répondre à côté de la plaque.

EmmaBovary a écrit:
En relisant ton commentaire sur les virgules dans le texte de Prascovie, je me rends compte qu'effectivement, en lisant le texte à voix haute, les virgules ressortent plus, alors qu'en le lisant mes yeux avait tendance à jouer à saute-mouton en passant par-dessus les virgules.
Mais effectivement, dans le cas de cette phrase par exemple, il y en a beaucoup: "Il ne restait plus qu’une fille, qui parcourait la nuit sur la route, en nuisette blanche, et, de l’autre côté de l’espace, de l’autre côté du réel, tout au bout du virage, il y avait un autre bloc de trottoir, un autre lampadaire, une autre porte, un autre fantôme en vêtement de nuit blanc."
Je propose une version avec moins de virgules: "Il ne restait plus qu’une fille qui parcourait la nuit sur la route en nuisette blanche et, de l’autre côté de l’espace, de l’autre côté du réel tout au bout du virage, il y avait un autre bloc de trottoir, un autre lampadaire, une autre porte, un autre fantôme en vêtement de nuit blanc."
Que penses-tu de tout ça Prascovie?

Le rythme de ta proposition ne me plaît pas. Cela n'a pas l'air vivant, cela n'a pas l'air soufflé. Il n'y a plus la voix de la narratrice et ses hésitations, les retours de la pensée sur elle-même et la tentative de reconstruire quelque chose qui n'est apparu qu'une fois, et dont on doute, comme un mirage, de l'avoir vraiment vue, et qu'on essaie, ensuite, fastidieusement, de reconstruire sur la fondation d'un faux souvenir. Il y a un rythme qui peut conserver une précieuse impression. Il y en a un autre qui ne peut en conserver qu'un contenu, qu'une information. Je suis bien d'accord sur la difficulté de la lecture, et, comme dit plus haut, j'ai moi-même eu du mal à rentrer dans les auteurs s'étant distingués dans ce style un peu plus liquide. Je préfère en priorité préserver l'impression du texte et, si possible, ensuite, essayer de diminuer la difficulté d'embarquer dedans.

Je ne sais pas si j'ai répondu de façon très compréhensible.


Lili a écrit:
La proportion de virgules, nettement supérieure à la moyenne, dénote une longueur et une structure de phrase inhabituelle pouvant être dynamisée par des séquences plus courtes.

Cela me rappelle un conseil donné aux jeunes auteurs. Beaucoup de ces conseils sont valables pour des textes "hollywoodiens" : des séquences d'action, du rythme effréné, de l'adrénaline et du suspense. On peut ne pas vouloir de dynamisme et, au contraire, de la lenteur, de la langueur, comme une station devant une œuvre d'art, comme on s'éterniserait devant quelque chose qui en vaut vraiment la peine. On essayerait d'approcher l'œuvre, de la dire, en reformulant, en n'hésitant pas à revenir sur ses pas. On peut même écrire un livre sur un seul instant. Il n'y aurait aucun dynamisme. C'est le projet d'Anatomie d'un instant, de Javier Cercas. Le livre est une spirale de circonvolutions. Il ne cesse pas de dire la même chose et, pourtant, on progresse en profondeur de compréhension.

Je ne sais pas si j'ai raison, mais je ne veux pas dynamiser ce type de texte !

Lili a écrit:
"Un autre fantôme en vêtement de nuit blanc" Vêtement, vêtements j'hésite. Je me pose souvent trop de questions.

Il n'y a qu'un vêtement.
Revenir en haut
Liz
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 341

MessagePosté le: 15/01/2017 20:33:05    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Je ne discute pas ta façon d'écrire. Je suis trop atypique pour cela. Tou-tefois, la synthèse vocale rend une impression bizarre.

Je comprends parfaitement que tu n'écris pas la lecture informatique. Elle prend de plus en plus de place, même les voyants l'utilisent.

Mon choix va vers des séquences courtes. Les phrases longues sont plus difficiles à imager dans notre esprit. Maintenant, c'est mon idée et je n'oblige personne à la partager.

Oui un vêtement, une chemise de nuit par exemple. Un pyjama en deux parties, nous dirions aussi un vêtement.

Tout ce que je sais, je l'ai appris par ouï dire, même la proportion de vir-gules.

Merci de ta réponse.
_________________
Sur ma page AVP, j'explique comment nous lisons et écrivons. Il y a aussi (en exemple) mon devoir pédagogique paru en ebook (18 pages) avec une illustration de Rebecca Fourment.

Ma page pour AVP
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hori
Plume de Griffon


Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 2 135

MessagePosté le: 15/01/2017 20:40:59    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Je n'ai plus rien à dire après vos échanges et les explications de Prascovie... Smile

Mais au début je croyais que tout était un rêve, et qu'il virait au cauchemar. Ou que tout était la vie réelle, et qu'après une phase d'innocence (l'enfance dans un monde en paix) venait la découverte de la noirceur (installation du totalitarisme). En tout cas je ne voyais pas dans la deuxième partie le symbole de la vie réelle par opposition à une vie idéale.

C'est le "tu ne peux pas dire où vont les routes" qui m'a hypnotisée pendant la lecture ; et "le camion démarra" donne la chair de poule !
_________________
Elle vit apparaitre le matin
Elle se tut discrètement
Revenir en haut
Prascovie
Plume de Quetzal


Inscrit le: 21 Déc 2016
Messages: 31

MessagePosté le: 19/01/2017 14:19:32    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Hori a écrit:
Mais au début je croyais que tout était un rêve, et qu'il virait au cauchemar. Ou que tout était la vie réelle, et qu'après une phase d'innocence (l'enfance dans un monde en paix) venait la découverte de la noirceur (installation du totalitarisme). En tout cas je ne voyais pas dans la deuxième partie le symbole de la vie réelle par opposition à une vie idéale.

Ce n'est pas simplement un symbole, une interprétation : la chose est textuellement dite en fin de première partie.

Hori a écrit:
C'est le "tu ne peux pas dire où vont les routes" qui m'a hypnotisée pendant la lecture ; et "le camion démarra" donne la chair de poule !

J'avais peur que ce soit plus artificiel qu'hypnotique, et je suis contente de lire le contraire ! En revanche, je regrette d'avoir mentionné les soldats : c'est vrai qu'ils font signe vers le totalitarisme, et j'aurais dû, plutôt que d'incriminer la coercition politique, en venir à montrer qu'il n'y a aucun régime sous lequel le décalage entre le Rêve et la réalité se résorbe, et, d'ailleurs, le totalitarisme est lié à l'utopie. Je veux dire : en laissant planer le doute entre une exécution dans la forêt voisine et un déménagement, j'aurais sans doute été plus fine.

Merci de m'avoir lue !
Revenir en haut
Sanae
Plume de Quetzal


Inscrit le: 30 Déc 2016
Messages: 27

MessagePosté le: 24/01/2017 21:06:10    Sujet du message: Le Rêve Répondre en citant

Je suis complètement partagée après avoir lu les détails que tu donnais sur ton texte. J'ai adoré le style abstrait que tu proposes, dont une part de la magie repose sur le fait que nous soyons libres de l'interpréter à notre façon, mais aussi de nous y perdre. Et d'un autre côté, une fois que tu nous expliques tes intentions, on découvre réellement la profondeur de ce passage. Je n'arrive pas à décider si je préfère le message que tu tentes de faire passer, ou la manière dont tu t'y prends Very Happy
_________________
"Vous ne sauriez voir venir à vous ces vagues chimériques, mais au travers de ces quelques lignes, vous les entendrez se briser sur une grève lointaine."
Mark Twain
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 20/09/2017 04:52:34    Sujet du message: Le Rêve

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com