A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Noirs émois 1 / 2

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 14/01/2017 13:36:27    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant


J’ai un emploi du temps difficile. Pour me reposer, j'étale quelques lignes sur une page. N’y cherchez pas l’expression d’un imaginaire talent. Jouer avec les mots m’amuse, tout simplement.


Noirs émois 1/2

Je ne sais pas si cette adresse est encore bonne, je lance, à tout hasard, une bouteille à la mer. Je sais, tu ne me reconnais pas, malgré cela, tu as illuminé mon adolescence. Avec ta peau noire, tes yeux marron pigmentés de lichen doré, tes cheveux sombres tortillés comme des tire-bouchons, ta silhouette fine digne des gazelles du désert et ton merveilleux sourire, tu me donnais la fièvre. Tu étais ma raison d’être, mon journalier bien-être.

Je n’allais pas à l’école pour les cours, je m’en fichais complétement, j’allais te voir. Drôle d’idée de prénommer Claire une fille noire comme le charbon ! J’observais le sérieux de ton visage occupé à rédiger un devoir. J’admirais tes mimiques, le regard lointain, parfois furibond, que tu posais sur la classe. Le meilleur moment, c’était en français. Bonne lectrice, le prof te demandait souvent de lire ton devoir, un texte ou un récit. Ta tessiture rauque prenant mon cœur pour cible me troublait au-delà du possible. Je tremblais en écoutant ce ton chaud et profond, cette harmonie. J’aimais l’entendre fasciné comme le serait un serpent par le joueur de flûte. Tu charmais ma jeunesse avec ta mélodie. Tu jouais la chanson de ma vie.

Dans la classe, nous étions installés selon notre note moyenne. Tu étais toujours dans la seconde rangée des pupitres. Je ne te dis pas les dures et continuelles batailles que j’ai dû mener pour ne pas reculer. Voir ton dos aurait retiré tout attrait à ma curieuse scolarité. J’abhorrais les jours sans école parce que je ne te voyais pas, tu me manquais. J’ai souvent traîné devant chez toi, te voyant de loin, sans jamais oser m’approcher. J’étais habité, envoûté par une gracile sirène noire hors de ma portée.

J’étais Antoine, petit, gros et balourd au fond de la classe, malmené et moqué. Tu étais la princesse ignorée, le dessus du panier. Je n’ai jamais osé te parler, alors pour ne pas les oublier, ces mots que je ne pouvais prononcer, je les écrivais d’une façon douce-amère sur les pages d’un cahier. Je viens de les retrouver en déménageant le grenier de ma mère. Mes espoirs y sont écrits avec cette encre parfumée qui faisait fureur à l’époque du printemps de mes années passionnées. Le temps a dilué l’odeur, l’agréable senteur s’est évaporée, les mots sont restés. Pâlis et démodés, ils sont encore sur le papier. Ils évoquent mon aventure en témoins fidèles de mes émois et récitent mon adolescence sans pudeur ni condescendance. Ai-je négligé ma petite chance de conjuguer, sans y penser, le verbe aimer ?

Ai-je corrompu mon cœur et mon âme en voulant trouver une petite place auprès de toi ? Sans doute ai-je perdu le meilleur en restant à pleurer avec la peur du lendemain. Ai-je assez insisté avant d’abandonner ce que je croyais mon destin ? De lundis en vendredis, les semaines coulaient dans le flot de l’oubli. J’aimais vivre sous ta loi, prêt à accepter n’importe quoi. Tu ne m’as pas donné ton cœur, le mien tu l’as pris. Je regarde l’horloge dans le miroir de l’enfance, les aiguilles tournent à contre sens, toutefois, le temps, lui, se précipite en avant !

« Aujourd’hui, tu portes la même tenue qu’hier. Dans ton jean usé, raccommodé aux fesses et aux genoux. La pièce rapportée, cousue à l’intérieur, à grand zigzag de machine. Tes souliers à bout d’existence d’où jaillit une vis de chaussette pas très nette. Ton tee-shirt bleu au col râpé, trop grand, visiblement hérité d’une œuvre de charité, flotte sur ta poitrine libre de toute entrave. Tu traînes ces vêtements usés avec autant de dignité qu’une reine. Aucune forme de honte ne t’imprègne.

Seuls les clous de tes oreilles changent. Tu en as sept paires et tu les remplaces chaque jour. Toutefois il n’y a pas d’ordre régulier. J’ai repéré : le bleu océan : le calme te sied. Aujourd’hui, bleu clair : tu es souriante. Le noir : tu es inquiète. Les verts : tu es impatiente, en attente de nouvelles, peut-être ? J’interprète, à ma manière, ta façon de vivre modestement, en restant à tes genoux.

Chaque jour me viennent des velléités épistolaires. Sur ma page, je m’applique, malhabilement, à coucher sur le papier, à l’encre bleue, tous ce que je ne peux te dire. On me croit tête en l’air, c’est une ineptie, les doigts tâchés comme mes écrits, je m’en mets plein les yeux. Je guette les mouvements gracieux de ma Claire. Commenter ta vie dans mes pages te donne une seconde naissance, une autre vie. Ma tête folle tisse un parcours où nous nous retrouvons tous deux dans un combat à mener qui, sans toi, ne me conduira nulle part. »

D’une petite main, noire dessus, pâle dessous, tu guidais mes jours et ma vie, m’aidant à construire de solides fondations afin d’y bâtir des lendemains que j’espérais sereins. Des cours aux récréations, mes yeux te suivaient partout. J’ai vécu tes échecs comme de sonores paires de claques, tes joies m’ont touché comme des éclats de rire. L’esprit vagabond, j’imaginais les reliefs dansant dans ton corsage. Je me figurais avec toi au bout du monde, dans un pays lointain où toutes les filles sont noires et se marient à treize ans. Mon esprit errait sur une autre planète où mon destin, décliné à l’infini, en immenses lettres dorées, s’écrivait. Je traçais des phrases que je ne regretterai jamais : à les relire aujourd’hui, mes lèvres se troublent et s’enfièvrent, je brûle, je m’enflamme, je me consume, je brûle du corps et de l’âme.

Un rare diamant noir au prix inestimable ! Un joyau unique, fait main, de la ligne des jambes au bout des seins, un parfait dessin. Bien plus qu’il n’en faut pour satisfaire mes mains fébriles dans un amoureux parcours d’illusions qui me tenait éveillé une partie de mes nuits. Incapable de vivre pour moi, je vivais à travers toi, de jours calmes et silencieux en tonnerre d’ouragans furieux. J’ai pris seul le chemin de la tendresse, sans rien dire, ne souhaitant incommoder ma déesse. Je ne souhaitais pas augmenter la distance qui nous séparait, par un geste précipité.

Par la noirceur de ta peau, ébloui, j’avais besoin de vivre ma jeunesse, de sublimer ma peur de te perdre. Il te suffisait de déménager pour disparaître. J’ai passé mon adolescence le cœur aux aguets, battant à toute vitesse, entre bonheur et impudence, oscillant de ferveur et d’insouciance en te regardant vivre, sans moi ! Je jouais des musiques et des symphonies avec ton prénom, mêlant ta vie à la mienne. La mer roule, hurle le bleu du ciel et tombe la pluie, d’orages ou de soleil, Claire est ma mie. Tu ne m’as jamais rien donné, aucun espoir, aucun refus, pas une attitude, pas un sourire, pourtant j’aimais vivre près de toi.

Lili

Pour augmenter mes chances de retrouver, intacte, le matin venu, l’envie d’écrire qui me déchire, chaque soir avant de m’endormir, j’écris au bas de ma page ces deux mots : À suivre…
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.


Dernière édition par Lili le 22/01/2017 20:53:56; édité 3 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 14/01/2017 13:36:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 594

MessagePosté le: 16/01/2017 20:17:24    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Question Question Question
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 17/01/2017 20:30:35    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

??? Que veux-tu dire ?

Ai-je mélangé les fenêtres ouvertes ?

Quelque chose est-il incomppréhensible ?

J'arrive facilement à m'enbrelificoter dans les arcanes des sites.
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jeeves
Plume de Griffon


Inscrit le: 30 Aoû 2012
Messages: 1 522

MessagePosté le: 17/01/2017 20:51:57    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Voici une histoire classique: l'adolescent amoureux d'une fille de sa classe. Amour à sens unique.
Mais j'ai un peu de mal à comprendre s'il s'agit d'une élève ou d'une adulte.
Revenir en haut
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 17/01/2017 21:10:10    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Je dois mal m’expliquer, si certains ont des fleurs au bout des doigts, chez moi, ce sont les tiges qui s’emmêlent.

C’est un homme d’une quarantaine d’années qui retrouve les cahiers de « ses années amoureuses » en déménageant le grenier de sa mère.

Il relit ce qu’il écrivait à treize ou quatorze ans à une fille de sa classe et, parfois, donne son avis d’homme devenu adulte sur cette époque.

Si cela ne se lit pas dans le texte, je le jette, j'ai raté mon coup.
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jeeves
Plume de Griffon


Inscrit le: 30 Aoû 2012
Messages: 1 522

MessagePosté le: 17/01/2017 21:21:46    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Ce n'est pas raté, c'est simplement que je n'arrivais pas à différencier l'adulte de l'ado.
Vocabulaire d'adulte prêté à un jeune, c'est, pour moi, un peu déroutant.
Mais nous ne sommes pas en critiques constructives.
Revenir en haut
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 594

MessagePosté le: 17/01/2017 22:47:12    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Quant à mes points d'interrogation, c'est parce que Loustic avait posté un message disant que ça ne servait à rien de mettre la suite en ligne. Je me demandais pourquoi il avait mis ça sur ton fil, je ne comprenais pas et j'ai donc mis ces points d'interrogation. Et puis presque dans la foulée, Loustic a supprimé son message ! Mais mes points d'interrogation sont restés... 
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 594

MessagePosté le: 17/01/2017 22:53:38    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Ceci dit, si Loustic entendait par là que le fait de n'avoir aucune réaction à ton texte signifiait qu'il était inutile de poursuivre en postant la suite annoncée, je pourrais rétorquer que :

1) Les gens ne sont pas toujours rapides à réagir et il n'y avait pas si longtemps que le texte était en ligne. Il faut laisser le temps des réactions, c'est comme ça =

2) Nous ne sommes pas en critiques constructives, effectivement, il y a donc forcément moins de réaction. Et encore je trouve que souvent, on fait abstraction de la rubrique et qu'on commente quand même... Si Loustic pense que tes textes méritent des commentaires, il faut alors les mettre en critiques constructives ! Smile
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 18/01/2017 14:26:21    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

C'est plus simple que cela. Il estimait que cet embrouillamini n'avait pas besoin de suite. Je pense qu'il a raison. Mon histoire n'est pas très claire, une seconde couche n’est pas indispensable.

Malgré tout, je posterai la seconde partie, telle quelle, ce soir. Lorsque l'on remanie un texte, je trouve qu'il perd de sa spontanéité, qu’il devient « préfabriqué ». Enfin, c’est mon point de vue, je reste une fervente du premier jet. Je suis pour l'écriture intuitive.
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Khéops
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 5 594

MessagePosté le: 18/01/2017 14:41:07    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Oui, le premier jet est peut-être bien pour la spontanéité mais il faut être sacrément fort pour réussir un premier jet qui tienne la route stylistiquement et littérairement du premier coup ! C'est possible après beaucoup de travail de réécriture sur des années d'entrainement. Et le retravail des textes nous force à "penser" ce qu'on écrit, à mettre en perspective, à polir nos mots, c'est selon moi, indispensable. Smile
Est-ce pour cela que tu ne mets pas tes textes en critiques constructives ? Parce que tu te sentirais obligée de les retravailler ? Tu sais, on n'est jamais forcée à rien ici, tu fais ce que tu veux mais avoir des conseils d'écriture n'est jamais inutile, même si on ne les suit pas Smile
_________________
http://gcm-ecriture.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 19/01/2017 20:24:02    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Je ne les mets pas en CC parce que je n’ai pas la même façon de « voir » les choses que vous. Mes « images » ne correspondent pas aux vôtres. Je fais ce que je peux pour rester compréhensible par tout le monde. La preuve est faite, j’y arrive mal.

En plus, pour corriger je dois faire épeler tous les mots, donc, je m’acharne à écrire en premier jet, en réfléchissant avant de taper chaque mot. Cette pratique est-elle encore un premier jet ?
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
jeeves
Plume de Griffon


Inscrit le: 30 Aoû 2012
Messages: 1 522

MessagePosté le: 19/01/2017 23:44:31    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Bien sûr c'est un "premier jet", le fait d'épeler les mots n'enlève pas la spontanéité des premiers idées et des premières phrases.

C'est ce texte-là qui n'est pas très compréhensible, pas ta façon d'écrire.
Revenir en haut
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 204

MessagePosté le: 20/01/2017 10:51:18    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Pour moi, Jeeves a tout dit. Elle résume très bien ce qui ressort des retours de lecture de chacun.
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Donaco
Plume de Griffon


Inscrit le: 22 Oct 2015
Messages: 1 855

MessagePosté le: 20/01/2017 18:08:23    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Lili, nous sommes davantage habitués à tes chroniques extraordinaires de café ordinaire qu'à tes écrits lyriques. Il faut un peu de temps pour s'habituer aux changements de style...
Revenir en haut
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 20/01/2017 20:10:29    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Je le sais, je n’ai pas de genre, cela chiffonne les gens.

Pas de genre (policier, romantique, etc.), j’écris depuis un mot, donc j’écris sur un peu de tout. Les lecteurs ont du mal à me classer. Et, tout le monde le sait, nous avons la manie de ranger chacun dans un style précis. Je dérange !

Mon prochain écrit, je le tournerai genre bistrot, promis.
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
EmmaBovary
Modérateur


Inscrit le: 05 Oct 2007
Messages: 3 204

MessagePosté le: 20/01/2017 20:36:53    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Moi aussi, j'écris dans des genres différents et je le vis très bien. Tu devrais écouter, méditer ce qui est dit et prendre ce qui te semble constructif et faire à ta sauce. Tu ne déranges pas Lili, mais je pense que tu as du mal quand les retours ne vont pas dans ton sens. Si tu as le sentiment de déranger, je ne pense pas que cela vienne des gens du forum qui sont, à mon sens, plutôt bienveillants avec toi. Poste peut-être moins de textes ou prend le temps de les travailler et de réfléchir à tout ça. Si besoin, nous pouvons échanger par messages privés si tu as besoin de poursuivre sur ce thème. Smile
_________________
"Mais si vous n’avez pas envie de vous casser le cul, ce n’est pas la peine de vous imaginer que vous écrirez bien un jour ; contentez-vous de la compétence que vous avez et réjouissez-vous de pouvoir au moins compter dessus."
Stephen King
Revenir en haut
Genovanna
Plume de Simurgh


Inscrit le: 14 Aoû 2008
Messages: 3 167

MessagePosté le: 22/01/2017 16:03:55    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

Je suis surprise des commentaires. Le style est plutôt élégant et expressif.
Pour moi il y a trois paragraphes reprenant les écrits jeunes, à partir de "Aujourd'hui tu portes la même tenue qu'hier...
et je pense qu'il manque juste une fermeture de guillemets après "ne me conduira nulle part'.
Dis-moi si je me trompe, Lili...

Quant au thème de l'histoire, un amour à sens unique et exprimé uniquement en secret sur papier, pourquoi pas ?
Je me demande seulement ce qui peut pousser l'adulte à essayer de reprendre contact. Peut-être le "à suivre" l'explique.
_________________
Il est des portes sur la mer qui s'ouvrent avec des mots. ...
Hay puertas al mar que se abren con palabras...
Alberti, Rafael 1902
Revenir en haut
Lili
Plume de Garuda


Inscrit le: 27 Oct 2015
Messages: 299

MessagePosté le: 22/01/2017 20:37:19    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2 Répondre en citant

@ Genovanna : As-tu lu la seconde partie : Noirs émois 2/2. J'aurais dû la mettre dans le même fil.

J'ai mis un » je relirai demain.

En retrouvant ses cahiers, ému, il souhaite avouer son amour silencieux. Savoir ce que Claire est devenue. Bien tard, je le reconnais. Toutefois qui ne le ferait pas ?

À suivre, je l’écris tous les soir.

J'avais prévu la réponse de la fille. J'y renonce.
_________________
À quoi sert de voir lorsque le monde ferme les yeux.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 30/05/2017 02:29:59    Sujet du message: Noirs émois 1 / 2

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com