A vos plumes ! Index du ForumA vos plumes !
Forum littéraire, qu'on se le dise !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Chroniques de MentA

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
andre48
Plume de Calao


Inscrit le: 07 Mai 2017
Messages: 69

MessagePosté le: 09/04/2018 10:31:54    Sujet du message: Les Chroniques de MentA Répondre en citant

CH 4 - Une rencontre

« Une rencontre, c'est quelque chose de décisif, une porte,
une fracture, un instant qui marque le temps et crée un avant
et un après. » Éric-Emmanuel Schmitt.


Bien avant mon arrivée, nous pouvions observer Robert aller et venir. Après la visite de notre technicien, nous le vîmes se lever lentement de son fauteuil et faire le tour de l’appartement. Ses yeux myopes cherchaient la douzaine de minuscules caméras, petites têtes d’épingles collées aux plafonds, près des spots. Notre intervenant lui avait expliqué qu’en fonction de l’heure, des mouvements détectés, des ondes reçues, des bruits (compris celui de sa respiration et des battements de son cœur) et de l’avis de sa libellule, une alerte se déclenchait. En cas d’urgence, des secours pouvaient intervenir à son domicile. Pour blaguer il avait ajouté : « mais vous avez le droit de ronfler en dormant. »

Robert ronchonnait à mi-voix, « plus espionné qu’avec tout ça, c’est difficile à imaginer. Je ne peux y échapper, semble-t-il, que dans les toilettes ou en dormant sur le ventre et cul nu. Alors le système choisira peut-être de couper les caméras. »

Les jours qui suivirent furent pour lui aussi mornes que pour moi. Il dormait douze heures d’affilée, bien aidé par ses petites pilules blanches du soir. Fauteuil, télé, internet, et un minimum de ménage… Il avait même quelquefois l’impression d’être débordé.

Nous le voyions faire quelques courses dans les commerces du quartier. Au moment de payer, on l’entendait évoquer mon arrivée, avec les commerçants, tous équipés de caméras. Polis, ils lui disaient quelques mots gentils et approuvaient son choix. Le plus souvent c’était : « à votre âge et seul, avoir une libellule, c’est plus raisonnable ». Revenait toujours le mot raisonnable. Il acquiesçait d’un simple hochement de tête. Il ne semblait plus lutter contre grand-chose.

Nous observions les progrès de Robert qui se familiarisait avec le nouveau système installé. Il accédait maintenant à toutes les fonctions présentées à l’identique sur ses divers écrans. Une ergonomie unique pour le téléphone, la télévision, l’alarme, le régulateur de température…
---
Depuis deux ans, nous, les libellules, assurions divers rôles dans les séries télévisées, et pas dans le genre science-fiction. Par exemple, nous étions une source d’information pour les policiers, un cauchemar pour les truands.

Un reportage sur l’usine américaine, nous montrait voletant autour de minuscules chaînes d’assemblage robotisées. Nous entrions toutes seules dans des petites boîtes en carton, par un trou par lequel seul un enfant aurait glissé le petit doigt. Là-bas, au Nouveau Mexique, DreamVal employait quelques personnes en blouses blanches qui décontractées surveillaient et semblaient contrôler notre ballet.

Souvent, Robert était pensif, et semblait laisser flotter son esprit. Il se disait certainement, comme bien d’autres, que bientôt, nous viendrions directement sonner aux portes pour nous s’installer chez les gens. Bien des critiques acerbes fusaient déjà : « elles nous espionnent », « elles se mêlent d’améliorer votre bien-être », « elles voudront faire notre bonheur. »
---
Enfin, il reçut la confirmation de la date de livraison : mercredi suivant, en début d’après-midi. Encore cinq jours à attendre. Le matin du jour J, Robert était comme un canard sur une plaque chauffante. Impatient. Il tournait en rond. Dans la salle de bain, il essaya de se faire une beauté.

Au coup de sonnette il se leva d’un bond, le cœur battant. Une voix retentit à l’interphone, « monsieur Dunant, c’est la mairie, un parquet pour vous. » En ouvrant sa porte, il vit un petit homme tristounet qui esquissa un sourire chafouin et lui récita sa leçon.

« La mairie est partenaire de Senior33 et de DreamVal, je vous apporte votre libellule.
— Senior33, DreamVal, la Mairie, l’État… même combat, lui lança Robert agacé.
— Euh, disons un partenariat gagnant-gagnant.
— C’est pour ça que c’est gratuit ?
— Euh, je ne connais pas tous les détails, dit prudemment le visiteur.
— Entrez, je ne vais pas vous manger. »

Il ferma la porte et l’installa au salon en lui proposant un café. Dans la cuisine, je l’entendis maugréer, « les enfoirés, ils envoient d’abord une belle fille, puis un technicien quelconque et au final un mec presque aussi moche que moi ! » Il revint avec les deux cafés. L’homme s’approcha de la table basse et y déposa délicatement une petite boîte en carton. Avec son téléphone, il prit l’empreinte de l’index droit de Robert.
« Voilà, maintenant vous pouvez la libérer.
— Je fais quoi ? Demanda timidement Robert.
— Ôtez juste la petite cellophane bleue. »

Robert s’exécuta. Un petit trou apparut. Je sortis lentement. Mon corps rigide et brun frôla les doigts de Robert. Après quelques pas, je déployai mes ailes aux couleurs diaphanes. Devant nous, tous avaient le même frisson. Les vraies libellules étaient devenues si rares maintenant. Quand nous apparaissions, resurgissaient chez les humains des souvenirs d’enfance, de vacances, ou tout simplement des émotions d’un âge révolu. Je pris mon temps, faisant semblant de me dégourdir les ailes, je les voyais me regarder. Puis, je pris mon envol, passai devant la fenêtre pour que la lumière illumine mes ailes, j’atteins le haut de la bibliothèque et me pose sagement sur le petit cube brillant.

Le petit homme demanda à Robert :
« Avez-vous réfléchi à un nom pour votre libellule ? »
— Max, répondit Robert. »

Sur le portable, il tapa MAX 87367a33cJ et précisa : « pour vous c’est Max, pour le système MentA, c’est 87367a33cJ ». Et il appuya sur <confirmer>. Robert, elle attend de vous un mot, un signal, un ordre, par exemple : viens. « Viens Max », dit Robert.

Je vins me poser sur son épaule. À sa meilleure oreille, la droite, d’une toute petite voix, je murmurai, « bonjour Robert ». Il répondit, sans hésitation, « bonjour Max ».

L’homme se détendit, le test était réussi. Grâce au système MentA, je connaissais déjà l’oreille la plus valide de Robert et celui-ci me parlait déjà comme on parle à son chien. Nous étions faits pour nous entendre.

Le visiteur précisa :
« Pour qu’elle vous soit utile, il faut qu’elle vous connaisse, parlez-lui de vous, de votre passé, de vos émotions, donnez-lui des tâches, dites par exemple : Max, que peux-tu faire pour moi. Sur votre écran de télévision ou sur votre tablette, la liste des possibilités s’affichera. Elle sait rechercher et organiser toutes sortes d’informations, charger des jeux, proposer des promos, organiser des visites virtuelles, trouver vos chansons favorites, sélectionner un restaurant.
— Ça ne va pas bouffer tout mon temps ?
— Non, c’est à vous d’être raisonnable, vous pouvez la mettre à l’arrêt en disant repos.
— Bon je verrais bien.

En le raccompagnant à la porte, Robert lui demanda :
« Vous vous appelez comment ?
— En cas de soucis, contactez la mairie, ils vous enverront un intervenant.
— Bien, au revoir. »

Robert referma sa porte en sachant qu’il ne le reverrait jamais. Il me vit au repos, sur mon cube, tout en haut de la bibliothèque, et essaya un timide, « viens Max ».



_________________
Vraiment riche est celui qui porte dans son âme plus de rêves que la réalité n’en peut détruire”. Hans Kruppa


Dernière édition par andre48 le 05/07/2018 07:31:56; édité 6 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 09/04/2018 10:31:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Geache
Administrateur


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 1 057

MessagePosté le: 13/06/2018 17:15:06    Sujet du message: Les Chroniques de MentA Répondre en citant

Deux trois petits trucs relevés en cours de lecture :

« Nous le voyions faire quelques courses dans les commerces du quartier. » -- Quelque chose a dû m’échapper : il y a des caméras dans tout le quartier ou il s’agit d’une incohérence ?
« Il ne semblait ne plus lutter contre grand-chose. » -- Une négation de trop.

« Nous entrions toutes seules dans des petites boîtes en carton, par un trou que seul un enfant aurait pu y glisser son petit doigt. » -- J’aurais plutôt écrit « par un trou par lequel seul un enfant aurait glissé le petit doigt ».

« Enfin, il reçut la confirmation de la date de livraison : mercredi prochain, en début d’après-midi. » -- J’aurais préféré « le mercredi suivant » plutôt que « mercredi prochain ».

« j’atteignit le haut de la bibliothèque » -- J’aurais plutôt écrit « j’atteins ». Confirmation par un puriste ?

Le choses sont en place. J'ai encore trois chapitres à lire. Je trouve plutôt sympa tes chroniques.
Revenir en haut
andre48
Plume de Calao


Inscrit le: 07 Mai 2017
Messages: 69

MessagePosté le: 14/06/2018 04:18:28    Sujet du message: Les Chroniques de MentA Répondre en citant

Merci Geache, ton aide m'est précieuse.
Je sais que les chapitres ne sont pas tous intéressants.
Il me reste à doper un peu Robert.
Bonne journée.
_________________
Vraiment riche est celui qui porte dans son âme plus de rêves que la réalité n’en peut détruire”. Hans Kruppa
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Plume de Simurgh


Inscrit le: 06 Juin 2007
Messages: 4 633

MessagePosté le: 15/06/2018 19:52:15    Sujet du message: Les Chroniques de MentA Répondre en citant

J'atteignis, passé simple.
_________________
"Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites." J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 17/11/2018 10:32:55    Sujet du message: Les Chroniques de MentA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    A vos plumes ! Index du Forum -> Plumes d'écrits -> Petits textes sans conséquences Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com